Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 Les gaillars et la dunette au XVIIe siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
demuylder bob
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3143
Age : 75
Localisation : 5550 Pussemange (Vresse-s-Semois)
Date d'inscription : 07/05/2011

MessageSujet: Les gaillars et la dunette au XVIIe siècle   Lun 11 Mar 2013 - 14:17

LE GAILLARD D'AVANT

Malgré sa petite taille, le gaillard d'avant jouit d'une certaine autonomie.
Sur ses bossoirs sont caponnées (rangées) les ancres du vaiseau.
L'équipage s'y rend constamment, y lave son linge, utilise la pipe (c'est le seul endroit autorisé) ...
En cas de combat, des coffres à poudre et des armes légères sont à proximité.


LE GAILLARD D'ARRIERE

C'est le plus important.
Il est le poste de commandement du vaisseau, le siège de la grande chambre, de la timonerie, du corps de garde et, à l'étage au-dessus, de la chambre du conseil et des chambres du capitaine et du lieutenant.
Le toit de cet ensemble constitue la dunette au fond duquelle, contre couronnement, s'élèvent des cabanes, minuscules logements pour officiers mariniers qu'on trouve sur des unités plus importantes.


Amicalement, Bob marin simson
Revenir en haut Aller en bas
demuylder bob
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3143
Age : 75
Localisation : 5550 Pussemange (Vresse-s-Semois)
Date d'inscription : 07/05/2011

MessageSujet: le LOCH et les SABLIERS   Lun 22 Avr 2013 - 13:32

L E L O C H

Il consiste en une planchette de bois reliée à un filin ponctué de noeuds bien visibles espacés de 14,40 mètres, qui étaient enroulé sur une sorte de bobine.

On lançait la planchette par l'arrière et le marin qui tenait le rouleau laissait filer la ligne.

Une première longueur correspondant à la longueur du bateau et indiquée par un fragmant de toile, la HOUACHE, était ignorée mais dès que la houache passait par-dessus bord, un deuxième marin chargé du sablier déclenchait son instrument et un troisième comptait les noeuds qui passaient devant lui pendant 28 secondes, raison pour laquelle, encore aujourd'hui, la vitesse d'un navire s'exprime en "noeuds".

Un noeud correspond à 1.852 mètres parcourus en 3.600 secondes (une heure).


L E S S A B L I E R S

Cônes de verre blanc opposés, les sabliers communiquent par leurs pointes.

L'un des cônes est rempli non pas de sable mais d'une poudre de coquille d'oeufs.

L'ensemble est protégé par une petite cage de bois.

On utilise généralement des sabliers d'une demi-heure destinés au quart, mais il y en a un de quatre heures pour les combats et parfois des ampoulettes d'une demi-minute ou d'un quart de minute pour l'usage du loch. Tous ces sabliers sont bien entendu retournés à la main par un matelot .


salut Amicalement, Bob
















Revenir en haut Aller en bas
 
Les gaillars et la dunette au XVIIe siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Divers :: Les sujets en rapport avec la marine et la mer-
Sauter vers: