Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 FREMM - FREgate MultiMissions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34232
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:31

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 02/09/2006 ---
Jan a écrit:
Pour autant que je saches, la Marine Canadienne utilise toujours un gors poisson pour son SQS-510 VDS.

Jan
C'est juste Jan, je m'en suis rappelé en regardant les photos, du HMCS Huron à Bahrein, postées postées par david il n'y a longtemps

Mais pour les autres marines (US, GB, De, NL, etc...) ils utilisent seulement l'antenne linéaire sans poisson ?
Ce qui est bien moins imposant et donc plus façile à déployer !?
Mais alors le poisson qu'est-ce que c'est ? Un sonar actif !!!

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:33

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 21/09/2006 ---
21 Septembre 2006 : Un lance-roquettes multiple sur les frégates multi-missions ?
Le ministère de la Défense réfléchit actuellement à la possibilité d’installer un nouveau type de matériel sur les futures frégates multi-missions. Il s’agirait d’une version navalisée du Guided Multiple Launch Rocket System (GMLRS), conçu par l’américain Lockheed Martin et développé en coopération avec la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et l’Allemagne. Paris envisage le lancement d’un plan d’études amont (PEA) en 2007 pour déterminer la faisabilité du projet. Ce matériel, successeur du LRU, imposant lance-roquettes utilisé sur les véhicules des forces terrestres, aurait, grâce à sa roquette guidée, une portée de 60, voire 100 kilomètres. Il serait destiné aux frégates européennes multi-missions, construites en coopération avec l’Italie. La France prévoit de se doter de 17 unités de cette classe, dont 8 en version anti-sous-marine et 9 en version Action Vers la Terre (AVT). Ces dernières, outre des missiles de croisière navals (MDCN), doivent être équipées d’un petit radier permettant la mise à l’eau des futures embarcations Ecume destinées aux commandos. Afin d’augmenter leurs capacités contre les objectifs situés sur la bande littorale, les FREMM AVT pourraient donc recevoir des GMLRS, en remplacement du canon avant de 76 mm. Le poids d’un tel système, d’une vingtaine de tonnes, ne s’opposerait nullement aux spécifications techniques de la frégate.
La question de l’artillerie : Pour l’attaque contre le littoral, la pièce de 76 mm, avant tout antiaérienne, est jugée trop faible (5 kilomètres de portée contre but surface). C’est pourquoi les Italiens envisagent d’installer un canon de 127 mm sur leurs navires. Une tourelle plus légère, de 22 tonnes (contre 27 sur le modèle précédent), est en cours d’étude avec le Britannique Vickers et un obus guidé pourrait donner à ce canon une portée de 116 kilomètres. On notera que ce type de nouvelle munition est également prévu pour le 76 mm, lui conférant, en théorie, une portée de 40 kilomètres. Du côté français, si on estime que le 76 mm OTO Melara Compact SR est un bon matériel, on semble rester très dubitatif quant aux performances du 127 mm et des munitions guidées italiennes. C’est pourquoi, afin de pouvoir toucher des cibles au-delà d’une bande littorale de 40 kilomètres, la solution du lance-roquettes est envisagée. Elle n’est toutefois pas la seule option possible. GIAT travaillerait toujours sur un canon de 155 mm navalisé. Doté également d’obus guidés, l’allonge de ce matériel serait susceptible d’atteindre 80 kilomètres. Selon certains militaires, le poids beaucoup plus important du 155 mm et son impact sur la stabilité de la partie avant de la frégate pourrait être corrigé par une capacité réduite de la soute et une meilleure répartition des poids, par exemple en étalant le système d’approvisionnement. DCN, qui réalisera les frégates à Lorient, prévoit le début de l'usinage de l'Aquitaine au premier trimestre 2007.


Vue du lance-roquettes multiple en service dans les forces terrestres


Roquette du GMLRS
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:34

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 26/09/2006 ---
26 Septembre 2006 : La première tôle ne sera pas découpée en février
Le début de l'usinage de l’Aquitaine, première frégate du programme franco-italien FREMM, n’est plus attendu en février. La découpe de la première tôle doit, désormais, avoir lieu mi-mars à Lorient (Morbihan). Pour DCN, il ne s’agit pas, pour autant, d’un retard : « Les équipes d’ingénierie travaillent intensément sur le projet et nous avions fixé, comme challenge interne, de découper la première tôle mi-février. Ca ne sera finalement pas possible mais ce décalage de quelques semaines n’a aucune incidence sur le programme », indique-t-on chez l’industriel. Suivant le contrat signé en novembre 2005 avec le ministère de la Défense, la date contractuelle fixée pour la découpe de la première tôle ne tombe pas avant le mois d’août prochain (T0 + 21 mois). Si elle débute la fabrication en mars, DCN restera donc en avance sur le planning contractuel. Toutefois, pour l’industriel, la pression reste plus sociale qu’étatique. L’important retard pris initialement par le projet, en raison des incertitudes portant sur le financement des frégates et sur le degré de la participation italienne, ont entraîné un important creux de charge, en production, sur l’établissement de Lorient. Si DCN parvient à combler cette baisse d’activité en jouant sur des redéploiements internes, la sous-traitance est beaucoup plus durement touchée. Ainsi, avant l’été, la direction départementale du travail du Morbihan estimait à 700 le nombre d’emplois menacés chez les fournisseurs du bassin de Lorient, une situation dénoncée par les syndicats, qui craignent une perte de compétences.
En attendant le montage industriel : D’ici la découpe de la première tôle, les travaux d'ingénierie se poursuivent, notamment au niveau de la carène. Des études d’optimisation de la coque, équipée du nouveau sonar Thalès 41 10 CL sont par exemple en cours, avec des tests au bassin d’essais des carènes de la Délégation Générale pour l’Armement (DGA). En matière d'équipements, certaines incertitudes demeurent au niveau de la propulsion. Si la turbine General Electric LM 2500 a finalement été retenue, au détriment de la MT 30 de Rolls-Royce, le choix pour les diesel-alternateurs n’aurait toujours pas été fait. Deux concurrents resteraient en lice. Par ailleurs, aucun montage industriel du programme n’est à ce jour avancé pour mener à bien la réalisation d'une série de 17 FREMM. Si le prototype, l’Aquitaine, est intégralement construit à Lorient, il n’en sera pas de même pour les suivantes. A compter de la troisième unité, Lorient livrera un bateau tous les 7 mois. Le site, saturé à compter de 2008/2009, devra s’appuyer sur une production externe pour tenir la cadence. A plusieurs reprises, la direction a indiqué que la saturation des autres établissements, Brest et Cherbourg en particulier, était une priorité. Le choix du montage dépendra essentiellement des sous-marins nucléaires du type Barracuda, dont la commande est attendue prochainement. Ce programme et l’activité de Cherbourg sécurisés, l’ex-Direction des Constructions Navales devrait faire appel à d’autres chantiers. Le nom du Breton Piriou a déjà été évoqué, de même que le Bulgare Bulyard Shipbuilding Industries. Sofia serait, en effet, prête à commander à DCN des corvettes du type Gowind, à condition que BSI décroche la réalisation d’anneaux pour le programme FREMM. Aucun montage officiel ne devrait être annoncé avant plusieurs mois, la construction intégrale de l’Aquitaine à Lorient laissant le temps à la direction de DCN pour étudier tous les partenariats qui s’offrent à elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:36

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 28/09/2006 ---
28 Septembre 2006 : « Tous les sites seront servis »
Jean-Marie Poimboeuf, PDG de la direction des constructions navales, était hier à Lorient. Il a voulu rassurer le personnel sur le plan de charge.
Ancien directeur de ce site, comment le voyez vous aujourd'hui ?
J'ai quitté Lorient il y a 10 ans. Je suis impressionné par sa métamorphose. L'outil industriel est parfaitement intégré, dans une surface resserrée. Robotique, soudage automatique. Tout a été bien conçu pour le rendre encore plus productif. Sans oublier le département ingénierie : avec ses écrans de réalité virtuelle, nous pouvons avoir un vrai dialogue avec le client. Lorient s'est équipé pour faire face à des projets ambitieux.
Justement, peut-on faire le point sur le programme frégates multimissions ?
Huit frégates seront construites. La première le sera intégralement à Lorient. La seconde le sera partiellement. Mais toutes, je dis bien toutes, seront assemblées à Lorient. La sous-traitance est aujourd'hui à définir. D'abord, tous les sites DCN seront servis. Pour Cherbourg, cela dépendra bien sûr du démarrage du programme Barracuda (sous-marin nucléaire d'attaque). Dont j'espère la concrétisation en fin d'année. On peut envisager les premiers travaux de coque d'ici le premier semestre 2007.
Quand sera découpée la première tôle de l'Aquitaine, nom donné à la première FREMM ?
La date est fixée au 15 mars 2007. Globalement, nous tablons sur la construction d'1,7 frégate par an. Les moyens de Lorient le permettent largement. Pour atteindre ces objectifs industriels, deux critères sont à prendre en compte : l'économique et le commercial. Les syndicats ont évoqué les chantiers bulgares. Oui, si en échange, la Bulgarie s'engage dans la commande de quatre corvettes Gowind. Les négociations sont en cours. Idem pour la Géorgie, qui s'intéresse à deux corvettes du même type. Ce sera du donnant donnant. Pour les autres pays, dont les noms sont avancés, comme la Pologne, nous voulions connaître leurs prix de construction. Nous avons même eu des discussions avec des chantiers africains. Mais on oublie que des contacts ont également été pris avec des chantiers tels que Piriou à Concarneau, Aker Yards à Saint-Nazaire, le Lorient pôle naval. À eux de présenter les devis pour ces frégates. Elles se feront sous formes d'anneaux, qui seront ensuite assemblés à Lorient.
Le personnel craint que tous les corps de métier ne bénéficient pas de la commande de ces bâtiments.
Pour faire une frégate, tous sont concernés. Il faudra même envisager du 2/8. Que ce soit pour les chaudronniers, les mécaniciens, les électriciens. Le trou de plan de charge prévu pour le début de 2007 sera traité par un transfert de personnel en fonction des besoins comme à Toulon et Brest. La dernière fois que nous avons lancé un appel pour 15 volontaires, nous avons eu 80 candidats.
Les Brestois aimeraient savoir où en est le porte-avions numéro 2 ?
Nous n'avons pas encore une vision claire de la manière industrielle dont il se fera. Mais ce projet n'est pas remis en cause. Nous déposons en fin d'année une proposition commerciale à l'État. Les Britanniques feront-ils le leur et nous le nôtre ? Ferons-nous les mêmes au même endroit ? De toutes les façons, Brest est en première ligne et est le port intégrateur de ce PA2.
Le mariage de DCN avec Thalès fait couler beaucoup d'encre. Où en est-on ?
Armaris était né d'un rapprochement de compétences entre DCN international et Thalès. Nous réintégrons Armaris dans DCN. Sur certains marchés, nous sommes en concurrence avec Thalès. Cette compétition sera stoppée s'il y a un opérateur unique. Du moins pour la partie française de Thalès. Pas pour ses filiales internationales. Faire rentrer un actionnaire privé, est capital pour l'expansion de DCN. D'autant qu'il n'y a pas que les commandes, il y a des missions de services que nous pourrons ainsi développer. Dans le contexte européen et mondial du marché du bateau militaire, aujourd'hui, c'est incontournable.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:39

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 23/10/2006 ---
En direct du Salon Euronal 2006 - Mer & Marine

23 Octobre 2006 : Après l’attente, la réalité et quelques choix à faire
Début 2007, probablement mi-mars, DCN Lorient procèdera à la découpe de la première tôle de l’Aquitaine. Un véritable soulagement pour l’établissement, qui attend depuis plusieurs années le début de l’usinage de cette nouvelle génération de bâtiments. L’Aquitaine fait partie des 8 premières frégates européennes multi-missions (FREMM) commandées en novembre 2005 par le ministère de la Défense. Ce contrat de 3.5 milliards d’euros s’inscrit dans un programme beaucoup plus vaste, en coopération avec l’Italie, qui n’a, pour le moment notifié que deux bâtiments. Au total, la France doit acquérir 17 frégates et l’Italie 10 autres, pour un montant global de 11 milliards d’euros. Le contrat français doit voir la confirmation de tranches conditionnelles de 4 et 5 navires en 2011 et 2013. Pour DCN, Thalès, Fincantieri et Finmeccanica, le premier challenge des FREMM est un prix défiant toute concurrence. Grâce à l’effet de série, les industriels proposent un bateau nu à 285 millions d’euros (400 M€ avec les études), soit environ 30% moins cher que les autres frégates construites en Europe. A titre d’exemple, le coût annoncé des futures frégates allemandes du type 125, relativement peu armées, atteint 2.2 milliards d’euros pour quatre unités. Outre la production à la chaîne des bâtiments, les constructeurs ont retenu, pour baisser la facture, l’achat sur étagères. Ainsi, des équipements informatiques du commerce seront utilisés. DCN et Thalès se veulent néanmoins prudents. C’est pourquoi, si les aléas budgétaires venaient à amputer le programme dans les prochaines années, le contrat avec l’Etat comporte une clause de dédit qui ferait remonter, de fait, le prix des frégates.
Réduire l’équipage tout en améliorant la sécurité
Pour la marine, les FREMM doivent également être synonymes d’économies. La principale avancée en la matière concerne l’équipage, réduit à 108 marins (groupe aéro compris) pour un navire de 6000 tonnes, contre 240 pour les frégates du type Georges Leygues (4900 tonnes), 298 pour les Tourville (6100 tonnes) et même 153 pour les La Fayette (3600 tonnes). Cette baisse considérable des effectifs, source d’économies en frais de personnel, devient possible grâce à une automatisation très poussée du navire. « C’est un gros challenge qui nécessite énormément d’intégration sur la navigation et la maintenance, afin de limiter le nombre d’opérateurs. Ainsi, la surveillance des avaries se fait par un réseau de caméras de vidéosurveillance. De même, les flux sont réduits, notamment dans l’espace restauration où tous les locaux sont situés au même niveau », souligne Didier Nadaud, architecte des FREMM. Pour la première fois, ces navires de combat répondront au règlement BV/Rina, avec une classification assurée par le bureau Veritas. En matière de sécurité, le navire, divisé en 11 tranches, est séparé, en son centre, par une double cloison, délimitant deux « Damage Control Zone » permettant le confinement en cas de sinistre. Pour éviter toute mauvaise surprise avec le recours massif à l’automatisation, l’ensemble des systèmes est redondé avec, par exemple, deux rails de câbles identiques sur chaque bord. Le PC sécurité, situé à l’arrière, est en outre doublé d’un « PC Sécu » de secours derrière la passerelle. On notera que pour la première fois, les locaux vie sont concentrés au centre du bâtiment, entre la mâture de guerre électronique et la base du bloc passerelle. Cette disposition permet de réduire l’entretien et, avec 1200 m², le confort des espaces réservés à l’équipage est nettement accru, y compris par rapport aux Horizon (1600 m² pour 145 hommes).
Quelques modifications en vue pour la version action vers la terre (AVT)
En dehors de la zone centrale des FREMM, seuls quelques postes sont situés sous le hangar hélicoptère. Pouvant accueillir 37 hommes, ces locaux sont dédiés aux commandos dont le déploiement interviendra sur la plate-forme, au pont supérieur, pour les assauts héliportés ou par le radier, juste derrière ces postes. La capacité de mettre en œuvre des commandos fait partie de l’une des grandes missions des Aquitaine. Neuf des 17 navires, dont trois de la première tranche, seront spécialement conçus pour l’action vers la terre, les autres assurant les missions de lutte anti-sous-marine. Les frégates, dites AVT, disposeront d’un petit radier, à l’arrière. Ce local présentera un shelter contenant l’ensemble des matériels destinés aux commandos, comme les tracteurs sous-marins, ou encore les équipements des nageurs de combat. En outre, ces installations permettront la mise à l’eau d’une embarcation pneumatique Ecume jusqu’à mer force 3. Une seconde Ecume devait être logée dans une niche, sur le travers du bâtiment. Toutefois, compte tenu de l’importance croissante des opérations spéciales, la marine a récemment demandé à DCN d’intégrer une troisième embarcation pour commando, disposée sur l’autre bord des frégates. Enfin, pour les opérations héliportées, la plate-forme pourra accueillir non seulement un NH 90, mais également un Merlin EH 101 ou un Cougar Resco. Des drones embarqués sont également prévus. Les quatre lanceurs Sylver, situés à l’avant des bâtiments, pourraient également subir quelques modifications. Pour l’heure, le lanceur arrière, du type Sylver A 70, doit embarquer 16 missiles de croisière naval (MDCN) et le lanceur avant (Sylver A43) 16 missiles Aster 15. Il sera possible, sur les versions AVT, de remplacer les Sylver A 43 par des A 70, offrant une dotation de 32 MDCN. De même, la marine étudie la possibilité d’installer sur ces frégates des roquettes guidées, un système dérivé du GMLRS développé par Lockheed Martin et dont les projectiles pourraient atteindre 80 kilomètres. Néanmoins, l’installation d’un tel système nécessiterait, sans doute, un nouveau lanceur. Enfin, la question de l’artillerie se pose toujours. A l’instar de la marine italienne, la France adoptera peut être le canon de 127 mm OTO-Melara compact, en remplacement du 76 mm, jugé trop lourd contre missiles et trop léger contre des objectifs terrestres. L’adoption du 127 mm est techniquement prévue, réduisant la soute de 600 à 300 obus. De nouvelles munitions sont en cours de développement en Italie pour les frégates multi-missions. C’est le cas du Vulcano, qui devrait atteindre 70 kilomètres mais nécessitera un allongement du canon à 64 calibres et un alourdissement de la tourelle à 26 tonnes (contre 5.5 tonnes pour le 76 mm). Bien que possible, l’embarquement d’une pièce de 155 mm navalisée, beaucoup plus lourde, imposerait des modifications encore plus importantes, la dotation en obus ne dépassant pas une quarantaine de coups. Cette perspective semble donc s’éloigner.
Version ASM, autodéfense et système de combat new age
Les 17 FREMM doivent se substituer à trois classes de bâtiments actuellement en service dans la Marine nationales : Les frégates anti-sous-marines des types F 67 (Tourville) et F 70 (Georges Leygues), ainsi que les avisos du type A 69 (D’Estienne d’Orves). Huit frégates multi-missions seront spécialement dédiées à la lutte ASM. Sur ces navires, le radier arrière sera remplacé par un sonar remorqué CAPTAS UMS 4249, complétant le sonar d’étrave 41 10 CL. Par ailleurs, le NH 90 sera équipé de bouées de détection sous-marines et de MU 90, qui seront stockées à la place des équipements des commandos. La dotation en torpilles des frégates passera de 4 à 19 torpilles légères MU 90, tirées depuis quatre tubes latéraux. Côté senseurs, les FREMM seront les premiers bâtiments français à être dotés du radar multifonctions Herakles (également prévu pour le second porte-avions), assurant à la fois la conduite de tir, la veille air et la veille surface. De plus, une conduite de tir optronique (NA-25 XP) sera installée au dessus de la passerelle pour diriger la pièce d’artillerie. Côté guerre électronique, les navires utiliseront deux capteurs infrarouges (IRST) sur le mât avant et un capteur IR sur le mât arrière. Celui-ci portera également deux brouilleurs, un détecteur de radar et un détecteur de communications au sommet de la mâture. Ce dispositif sera complété par deux lance-leurres de nouvelle génération, les NGDS, qui équiperont également les frégates Horizon. De plus, les FREMM ASM recevront deux lance-leurres anti-torpilles, situés sur le toit du hangar. En dehors des missiles Aster et MDCN, les bâtiments disposeront de 8 missiles antinavires Exocet MM 40 Block III (portée de 180 kilomètres), avec possibilité d’évoluer vers le missile Marte, développé en coopération par Alenia et Matra. En attendant la mise en service des canons téléopérés de 20 mm (2000 coups), les premières FREMM seront armées, sur l’arrière de la superstructure, de deux mitrailleuses de 12.7 mm. Le champ de battage de ces pièces a été porté à 140 degrés mais les équipementiers devront améliorer le site en négatif, les marines souhaitant une protection optimale contre les attaques suicides. Le système de combat sera du type SETIS, réalisé conjointement par DCN et Thalès. L’architecture de ce combat management system (CMS) se veut ouverte, avec une grande modularité, permettant des évolutions futures. Ainsi, les FREMM devraient être les premières frégates à mettre en œuvre, dans quelques années, une « tenue de situation multi-plateformes ». Avec les CMS actuels, l’échange de pistes n’est pas instantané, contrairement au futur concept, qui permettra à plusieurs navires de mutualiser tous leurs radars et leurs systèmes de détection. Le partage de l’information sera automatique et instantané, ouvrant la voie à une détection et un traitement beaucoup plus précoce de la menace. Dans la lutte antiaérienne, où les consoles travaillent au dixième de seconde, le gain de temps sera des plus appréciables. La lutte aérienne sera, d'ailleurs, peut être l'occasion de décliner une troisième version des FREMM. Deux navires antiaériens, destinés à remplacer les Cassard et Jean Bart, pourraient être commandés en 2011, en remplacement de deux des quatre FREMM de la seconde tranche. Sur ces bâtiments, les lanceurs A 43 et A 70 seraient remplacés par des Sylver A 50, permettant le tir de 32 missiles Aster 30.
Propulsion : Le choix des moteurs diesels reste à faire
Du type Combined Diesel or Gas-turbine (CODLOG), la propulsion des frégates multi-missions est assez originale, avec une architecture baptisée « 2+1 ». Afin de réduire la vulnérabilité des bâtiments, l’appareil propulsif se décompose en deux groupes. A l’arrière, deux compartiments abritent la turbine à gaz, deux groupes électrogènes et deux moteurs électriques de propulsion. Le tout entraîne deux lignes d’arbre. De plus, à l’avant, un troisième compartiment, totalement séparé de la zone arrière, comporte deux groupes électrogènes et un propulseur auxiliaire rétractable. Cette motorisation de secours, utilisable pour les manœuvres de port, permettrait au navire, en cas de perte de la propulsion principale, de marcher à 7 nœuds par mer force 2 et à 4 nœuds par mer force 4. Après une longue bataille commerciale, la plupart des équipements de la propulsion sont aujourd’hui choisis. Au premier trimestre 2006, Rome et Paris ont opté pour la turbine à gaz LM 2500 +G4 de General Electric, allié à Avio, aux dépens de la MT 30 de Rolls-Royce. Les industriels se sont vus notifier un contrat de 150 millions d’euros. Le marché des moteurs électriques a, quant à lui, été remporté par le Français Jeumont. Reste enfin à désigner le lauréat qui fournira les groupes électrogènes. Deux candidats seraient encore en lice : L’Allemand MTU et l’Italien Isotta Fraschini Motori. Capables de filer 15.6 nœuds en vitesse silencieuse (sur diesels), les FREMM atteindront, sur turbine à gaz, 27 nœuds en vitesse de pointe. L’autonomie de ces unités sera de 6000 nautiques à 15 nœuds.
La tête de série, l’Aquitaine, doit être admise au service actif en 2012, la dernière des huit premières unités étant livrée par Lorient au premier trimestre 2016. A partir de la seconde frégate, la cadence de production sera très importante, avec un navire livré tous les sept mois. Avec un tel rythme, le site morbihannais de DCN devra, à l'instar de ce qui s'était passé au début des années 90 avec les La Fayette et Bravo, sous-traiter une grande partie des blocs à l’extérieur. Le montage industriel et les chantiers partenaires devraient être connus dans les prochains mois.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:39

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 29/11/2006 ---
07 Novembre 2006 : Accord avec un chantier grec
Armaris, filiale de DCN et Thalès, traite avec Elefsis pour la construction de navires multimissions.
Lors de l'Euronaval au Bourget, DCN Lorient avait confirmé que des négociations étaient en cours avec la Grèce, pour la vente de tels bâtiments, dans le cadre d'un mémorandum of understanding (MoU). Une délégation grecque était même venue visiter les installations lorientaises. Ce programme fait partie du plan d'armement à cinq ans approuvé en juillet dernier à Athènes, par le conseil interministériel de sécurité et de défense. Il porterait sur 10 frégates, afin de remplacer les anciennes, acquises au début des années 90, à la marine néerlandaise.
À travers, cet accord, indique Armaris, « nous conjuguons les expériences d'Armaris et d'Elefsis en tant que maîtres d’œuvre industriels, pour fournir via un transfert de technologie, à la marine hellénique, des frégates Otan, à la pointe de la technique. Dans le cadre de ce MoU, il est également question d'associer le chantier grec comme partenaire stratégique tant sur les programmes français, qu'à l'exportation, afin de créer des conditions d'une coopération à long terme bénéfique pour l'industrie grecque. » En clair, le chantier pourrait éventuellement prendre une part du gâteau des 10 FREMM commandées par le ministère de la Défense français pour renouveler sa flotte de surface. Le PDG de DCN, Jean-Marie Poimboeuf n'avait pas caché, dernièrement, qu'il privilégierait des chantiers étrangers qui passeraient commande à DCN. Les Grecs ont visiblement tiré les premiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:41

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 29/11/2006 ---
29 Novembre 2006 : Rome craint un ménage à trois avec Paris et Athènes
Au cours du sommet franco-italien, qui s'est tenu le week-end dernier en Toscane, il aurait été question, en coulisses, des frégates européennes multimissions. Rome aurait, en effet, très mal digérée l'annonce de l'accord conclu entre Armaris et le grec Elefsis, en vue de proposer des FREMM à la marine hellénique. Athènes ne souhaiterait, en effet, pas se contenter d'acheter des navires sur catalogue et le remplacement des 10 frégates de la classe Elli (ex-Kortenaer néerlandaises) par des FREMM serait conditionné par une participation active de l'industrie grecque au programme. « Dans ce genre de contrat, c'est donnant donnant », précise une source. Le 25 octobre, lors de l'annonce de la signature du Mémorandum of Understanding, Armaris et Elefsis avaient d'ailleurs souligné qu'il était question d'associer le chantier grec « comme partenaire stratégique tant sur les programmes français qu'à l'exportation, afin de créer les conditions d'une coopération à long terme bénéfique pour l'industrie grecque ». Réalisation de structures en Grèce, divergence sur les équipements retenus initialement, entrée d'un troisième partenaire dans la coopération ? L'accord franco-grec, dont les détails n'ont pas été divulgués, aurait, en tous cas, provoqué l'ire italienne. Rome, qui a déjà obtenu de grosses concessions de Paris dans le cadre du programme FREMM, notamment sur la propulsion des frégates (*), craindrait de voir son influence réduite. Confrontée à de gros problèmes budgétaires, l'Italie, qui souhaite se doter de dix FREMM, n'en a pour le moment commandé que deux. La France, de son côté, a déjà notifié huit des dix-sept bâtiments destinés à la Marine nationale. En juillet dernier, Athènes, via le Conseil Interministériel de Sécurité et de Défense (KYSEA), a approuvé un plan d'armement à cinq ans comprenant les futurs bâtiments, dont au moins six exemplaires seraient souhaités.
(*) Bien que la turbine Rolls-Royce MT 30 avait initialement les faveurs de DCN, c'est finalement la LM 2500 + G4 de General Electric qui a été retenue. Cette dernière est fabriquée sous licence, en Italie, par Avio. En avril dernier, un contrat de 150 millions d'euros a été signé avec GE et Avio.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:43

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 07/12/2006 ---
07 Décembre 2006 : DCN Lorient rafle la mise
Soulagement hier soir sur le site de DCN-Lorient et crispation à Brest. La Direction des constructions navales a présenté, hier, en comité central d’entreprise, l’organisation industrielle pour les frégates multimissions. Lorient construira le prototype et la moitié de sept frégates. Brest déplacera ses hommes à Lorient.
Finies les spéculations. C’est officiel depuis hier, DCN-Lorient se voit confier la maîtrise d’œuvre des huit premières frégates multimissions commandées par la Défense. Le chantier va bientôt démarrer : la découpe de la première tôle est prévue en mars 2007 et la première sortie à la mer en 2010. La frégate Nº1 sera entièrement construite et armée sur le site de Lorient, par DCN. Pour les sept frégates suivantes, la partie avant du navire sera réalisée par un « chantier externe ». DCN-Lorient conserve cependant la construction des demi-coques arrière et l’armement de chaque frégate. Ce qui donnera du travail à l’arsenal jusqu’en 2015, même si certains services resteront en sous-activité.
Mauvaise nouvelle pour Brest : 40 ouvriers coquiers de DCN-Brest viendront renforcer les équipes de l’arsenal de Lorient pendant deux ans. Les Brestois, assureront aussi la gestion du contrat partie avant, ainsi que les travaux de jonction des demi-coques avant et arrière sur le site de Lorient. Une maigre consolation pour DCN-Brest qui perd définitivement sa fonction de construction neuve et pour son bassin d’emploi qui espérait participer à la réalisation de quelques anneaux de frégates. Cherbourg est aussi exclu de la construction des anneaux. Une équipe de ses coquiers sera affectée au site de Lorient. Mais localement, son arsenal n’obtient que la fabrication de carlingages (support de superstructures).
Piriou ou Aker Yards ? : Qui seront les « chantiers externes » évoqués par DCN ? Les sous-traitants de Lorient Pôle naval sont sur les rangs, mais ils ont un problème de site. Depuis longtemps le nom de Piriou circule aussi pour le montage industriel des Fremm. « Nous avons répondu aux appels d’offre, mais nous n’avons pas eu de réponse », annonce, prudent, Jacques Piriou. Si toutefois, le chantier concarnois était retenu, cela soulèverait quelques interrogations. Les parties avant seraient-elles construites à Concarneau puis assemblées à Lorient, ou bien Piriou les ferait-il faire en Pologne, l’un de ses partenaires privilégiés, pour ensuite les assembler à Lorient ? Les chantiers Aker Yards sont aussi fortement intéressés par la construction des anneaux. Les décisions devraient être prises rapidement : l’usinage de la Fremm N°2 est prévu pour le 16 septembre 2008.

Article original : Le Télégramme
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:44

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 13/12/2006 ---
12 Décembre 2006 : Les Brestois de DCN réclament des anneaux de frégates
A l'appel des syndicats, plusieurs centaines de salariés de DCN Services Brest ont protesté, hier, devant la direction de l'établissement. Les manifestants réclament que le site participe plus activement au programme des frégates multimissions. La semaine dernière, la direction de DCN a présenté le montage industriel retenu pour le FREMM. Si la maîtrise d’œuvre de la partie avant des navires, réalisée par des chantiers extérieurs, a été confiée à Brest, l'établissement de réalisera pas, en propre, de blocs pour ces frégates, se contentant d'assurer la gestion de la partie du contrat en sous-traitance. Afin de combler le trou de charge de l'activité coque à Brest, DCN a finalement opté pour la mobilité, des personnels étant envoyés à Lorient pendant deux ans pour assurer la jumboisation des sections avant et arrière des bâtiments. Pour la direction, ce choix « ne signifie pas la fin de la construction neuve à Brest ». Pour mener à bien un programme marqué par une réduction sans précédent des coûts, avec des frégates à 280 millions d'euros pièce (hors études), soit 30% de moins que le prix du marché en Europe, DCN n'a pas souhaité bouleverser un montage industriel optimal pour répondre à un creux d'activité ponctuel sur l'un de ses sites. Achevant actuellement le programme des deux bâtiments de projection et de commandement du type Mistral, DCN Services Brest espère toujours participer au programme des sous-marins nucléaires du type Barracuda, pour lesquels le site pourrait réaliser des blocs. La construction d'éléments pour des BPC vendus à l'export n'est, par ailleurs, pas exclue. Enfin, les coquiers brestois devraient travailler à plein régime à partir de 2011 sur la refonte des trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d'engins du type Le Triomphant.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:45

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 14/12/2006 ---
13 Décembre 2006 : Menaces budgétaires sur les FREMM : Autre solution à l'étude ?
Depuis quelques semaines, des bruits de coursives évoquent la possibilité pour la Marine nationale d'acquérir des corvettes du type Gowind, en cas de coupe sombre dans le budget de la Défense et notamment dans les crédits qui doivent être alloués aux 17 frégates multimissions. L'information a été démentie à la rédaction de Mer & Marine, tant de sources industrielles que militaires. Toutefois, il semble que le ministère de la Défense planche sur un éventuel plan B, au cas où les ressources financières du pays ne seraient pas au rendez-vous en 2011 et 2013, dates auxquelles les deux tranches conditionnelles du contrat, portant respectivement sur quatre et cinq frégates, doivent être affermies. Dans cette optique, un projet de Navire de Combat du Futur serait à l'étude. Moins gros et moins cher que les FREMM, il serait plus modulaire se rapprochant, sur ce point, du concept du Littoral Combat Ship de l'US Navy.
Pour les marins, cette solution n'est, toutefois, qu'une option de secours qui ne serait pas, industriellement et financièrement, sans poser problème. Les économies réalisées en cas de réduction des moyens destinés aux FREMM sur la future loi de programmation militaire (2008 - 2013) pourraient être nettement moins importantes qu'escomptées. Le programme des frégates multimissions, mené en coopération avec l'Italie, est en effet marqué par une très importante réduction des coûts, obtenue principalement grâce à l'effet de série. DCN propose des navires à 280 millions d'euros pièce, hors études, soit 30% de moins que le prix moyen d'une frégate construite en Europe. L'industriel a, toutefois, conditionné ce prix à la réalisation effective et intégrale de la série. Ainsi, dans le contrat signé l'année dernière et notifiant une première tranche de 8 bâtiments, des clauses de dédit ont été inscrites. En cas de non confirmation des tranches optionnelles, le prix des unités réellement acquises augmenterait, le coût des navires livrés devenant alors nettement moins pertinent.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:46

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 23/12/2006 ---
22 Décembre 2006 : FO Défense s'inquiète des éventuelles menaces pesant sur les frégates multimissions (FREMM) : « Des bruits de couloir tant à DCN qu'au ministère de la défense laissent à penser que le contrat FREMM ne verra pas son aboutissement avec la réalisation des 17 frégates prévues initialement, ceci pour des problèmes budgétaires, la France ne pouvant s'offrir des FREMM, des SNA et un nouveau porte-avions sans compter tous les autres programmes militaires ». « Un nouveau contrat de type corvettes prendrait peut-être alors le relais pour remplacer les navires de la marine nationale arrivés en fin de vie ». Cette hypothèse, que nous avons récemment évoquée, est démentie avec force, tant par les marins que par les industriels, qui se sont voulus très clairs sur le sujet. « Il n'y a aucune solution alternative et pas d'études menées sur des navires moins gros et moins cher. Il serait d'ailleurs très difficile de proposer des bateaux moins chers, même s'ils étaient plus petits. Les FREMM sont en effet très compétitives grâce à l'effet de série et la réalisation intégrale de 17 frégates », assure-t-on au siège de DCN. A l'état major de la marine, le rejet d'une telle hypothèse est lui aussi très vigoureux : « Le contrat des 17 FREMM est celui qui correspond aux besoins. Aucun autre schéma ne peut être envisagé. Ce serait un non sens financier, opérationnel, logistique et humain. Il n'est pas du tout dans notre intérêt d'avoir plusieurs types de bâtiments et toute autre décision remettrait en cause les atouts du programme, notamment le rapport coût/efficacité ». Pour la Rue Royale : « L'un des grands avantages de FREMM est l'homogénéité de la flotte, qui va apporter des gains en matière de fonctionnement, de pièces de rechange, de formation des personnels... Le fait d'avoir une seule série va permettre d'y gagner financièrement ». Les gouvernements futurs sont prévenus. Plus petit ne veut pas dire moins cher, surtout pas à moyenne et longue échéance.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:47

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 05/01/2007 ---
29 Décembre 2006 : Commande de 250 missiles de croisière navals
La délégation générale pour l'armement (DGA) a notifié à la société MBDA le marché de réalisation du missile de croisière naval (MdCN) destiné à équiper les frégates multimissions FREMM. Il apportera une capacité de frappe dans la profondeur à partir des plates-formes navales. Le montant global de ce marché est de 910 millions d’euros. La première tranche, d’un montant de 560 millions d’euros, commande le développement du missile et la production de 50 premières munitions destinées aux FREMM. Des tranches ultérieures commanderont 150 autres. Les premières munitions seront livrées à l’été 2013. Le MdCN est dérivé du missile de croisière aéroporté SCALP EG qui équipe les Mirage 2000D et les Rafale.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:48

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 08/01/2007 ---
08 Janvier 2007 : La découpe de la première tôle de l'Aquitaine interviendra le 22 mars
La construction de la première frégate européenne multi-missions est prévue le 22 mars, à DCN Lorient. Très symbolique, la découpe de la première tôle de l'Aquitaine marquera le début de la réalisation du plus important programme naval européen jamais lancé. Aux 17 bâtiments prévus pour équiper la Marine nationale (8 déjà commandés), doivent s'ajouter 10 frégates pour l'Italie (2 déjà commandés). La construction de six unités pour la flotte grecque est également en bonne voie, après la signature d'un Memorandum of Understanding, en octobre dernier, entre Armaris et les chantiers Elefsis. Par ailleurs, même si ce marché semble plus difficile à conquérir, les industriels espèrent vendre des FREMM en Grande-Bretagne, afin de remplacer les quatre frégates du type 22. En 2004, le gouvernement britannique a, en effet, ajourné le projet Future Surface Combattant. Les FSC, prévues à 20 exemplaires, devaient remplacer les T 22 mais aussi les 16 frégates T 23 de la classe Duke.
En France, l'Aquitaine doit être livrée en 2012. La seconde unité de la série, la Normandie, sortira de DCN Lorient 18 mois plus tard. A partir de la troisième (Provence), le rythme de production sera d'un navire tous les sept mois. Deux tranches optionnelles portant respectivement sur quatre et cinq frégates, doivent être affermies en 2011 et 2013. La première pourrait inclure deux bateaux dérivés, conçus pour la lutte antiaérienne et destinés à remplacer les Cassard et Jean Bart. Les modalités d'embarquement des missiles Aster 30 et des systèmes associés à la lutte antiaérienne, une capacité très complexe, sont à l'étude. Le radar multifonctions Herakles pourrait notamment être « boosté », passant d'une trentaine à une quarantaine de capteurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:49

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 17/01/2007 ---
16 Janvier 2007 : Safran, contrat pour le système d'autoprotection des FREMM
Safran annonce que sa filiale Sagem Défense Sécurité a signé, le 14 décembre dernier, un contrat avec la société Armaris, portant sur le développement, la production et le soutien logistique du système d'autoprotection NGDS (Nouvelle Génération Dagaie System) destiné aux huit premières frégates FREMM de la Marine nationale. "Ce système de guerre électronique apportera aux frégates FREMM, dès leur entrée en service à partir de 2011, une protection tous azimuts contre les missiles anti-navires actuels et futurs", explique un communiqué du groupe.
Source : Copyright (c) 2007 CercleFinance.com
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   Lun 20 Aoû 2007 - 12:51

Citation :
--- Message Posté sur l'ancien forum le 18/01/2007 ---
14 Décembre 2006 : Sagem remporte le marché du système d'autoprotection des FREMM
Armaris, filiale de DCN et Thalès en charge des programmes navals à l'export et en coopération, a confié à Sagem Défense Sécurité (groupe SAFRAN) le contrat du système d'autoprotection rapprochée des huit premières frégates multimissions, qui seront livrées à la Marine nationale à partir de 2011. Le contrat, dont le montant n'a pas été révélé, a été signé le 14 décembre 2006. Il porte sur le développement, la production et le soutien logistique du lance-leurres Nouvelle Génération Dagaie System, qui équipera chaque frégate à raison de deux systèmes. Le NGDS assurera une protection tous azimuts contre les missiles antinavires actuels et futurs parvenant à éviter l'écran des missiles anti-missiles Aster 15 des FREMM. Après avoir été très focalisées depuis quelques années sur les nouvelles menaces asymétriques, comme les attaques suicides terroristes, certaines marines ont été rattrapées, cet été, par l'actualité. L'attaque depuis la côte libanaise de deux navires, dont une corvette israélienne, a démontré la nécessité de maintenir une protection à haute performances contre les menaces traditionnelles, dites symétriques.
Lance-leurres de nouvelle génération : Dans le cadre du programme d'autoprotection des FREMM, le NGDS mettra en oeuvre des leurres électromagnétiques et infrarouges fournis par la société française Etienne Lacroix. Système de dernière génération, apte à utiliser une large gamme de munitions, le NGDS est conforme à la doctrine de l'OTAN en matière d'autoprotection des bâtiments de surface contre la menace missile. Une version allégée du NGDS est également proposée pour les bâtiments de combat de faible tonnage. « Ce contrat marque un nouveau succès pour Sagem Défense Sécurité en matière de systèmes d'autoprotection pour bâtiments de combat, le NGDS étant déjà en service ou en commande au profit de plusieurs unités : frégates de type La Fayette à l'international, et frégates Horizon de la Marine nationale », se félicite le groupe français, qui profite avec ce contrat de la récente reprise des activités Naval & Ground d'EADS en France, concepteur du NGDS. Parmi les leaders mondiaux de solutions d'autoprotection globale pour bâtiments de surface, Sagem Défense Sécurité équipe en systèmes de lance leurres 130 bâtiments de combat de toutes tailles répartis dans 20 marines militaires à travers le monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FREMM - FREgate MultiMissions   

Revenir en haut Aller en bas
 
FREMM - FREgate MultiMissions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les autre Marines - Andere Marines - Other Navies :: Marine Française - Franse Marine - French Navy-
Sauter vers: