Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 Les patrouilleurs de la Marine Nationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Michel Verheyden
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 131
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Le Patrouilleur Pluvier   Lun 8 Mar 2010 - 15:34

bonjour,

Je ne crois pas que prendre ce genre de raccourci soit judicieux, j'avais lors de ma visite émis avec un rien d'humour la possibilité de faire un petit bout de route en leur compagnie. Le commandant a accepté sans aucun problèmes, je pouvais les accompagner jusqu'à Cherbourg leur port d'attache.
Je crois sincèrement qu'ils n'ont rien perdu de leur accueil à la Royale.

Michel
Revenir en haut Aller en bas
gégé
Maître Principal
Maître Principal
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 70
Localisation : Chatou (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Lun 8 Mar 2010 - 20:40

Ah ça va mieux !

J'étais inquiet Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Dim 6 Juin 2010 - 11:52

jean-luc V a écrit:
thumleft
Interessantes ces photos Bruno. Beau navire, il semble nouveau.
marin barre
Mis sur cale en 1995, aux chantiers des Construction Mécanique de Normandie à Cherbourg, le patrouilleur de service public (PSP) Pluvier est le troisième d'une série de 3 patrouilleurs type OPV54. Commandés par la Marine en août 1993, ces patrouilleurs ont pour mission principale la surveillance des pêches et de la zone économique des 200 nautiques.
Le Pluvier a été lancé en 1996 et est entré en service le 18 décembre 1997. Il est rattaché organiquement, depuis le 1er juin 2000, à la Force d'Action Navale. Dans une premier temps basé à Brest, il est désormais basé à Cherbourg (permutation avec l'Audacieuse) depuis le 04 septembre 2001.
Ses missions sont essentiellement des missions de service public en Manche, qui se décomposent en : surveillance des pêches (contrôle à bord des navires de pêche étrangers et nationaux), recherche et sauvetage, et lutte contre la pollution. Le bâtiment joue également un rôle dans la défense maritime du territoire.
Source : MarNat
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Dim 6 Juin 2010 - 11:56

16 Mars 2010 : Inquiétante réduction du nombre de patrouilleurs
En métropole et surtout outre-mer, la flotte de patrouilleurs de la Marine diminue de façon inquiétante. Après le désarmement de La Fougueuse en 2009, remplacée aux Antilles par La Gracieuse, d'autres P400 devraient cesser leur activité opérationnelle en 2010. Ainsi, il est envisagé de désarmer L'Audacieuse (Guyane) à l'été, ainsi que La Boudeuse (La Réunion) et La Glorieuse (Nouvelle-Calédonie) en fin d'année. Selon le scénario actuellement à l'étude, L'Audacieuse serait remplacée par La Gracieuse, transférée de Fort-de-France, où la frégate de surveillance Germinal doit être basée (en compagnie du Nivôse) à partir d'août 2010.
Pour succéder à La Boudeuse en océan Indien, la Marine envisage de dépêcher depuis Toulon Le Malin. Cet ancien palangrier hondurien, pris en flagrant délit de pêche illicite au large des Kerguelen, en 2004, a été saisi par la justice française et remis à la Marine. Arrivé à Toulon en mars 2006, il devait initialement remplacer le Poséidon comme bâtiment de soutien au commando Hubert. Mais, en raison d'un problème de pièces détachées, il n'a que très peu navigué depuis qu'il est armé par les militaires. Des solutions auraient néanmoins été trouvées, permettant d'envisager un déploiement du Malin à La Réunion.
Outre les Audacieuse, Boudeuse et Gracieuse, il est également question de désarmer le Grèbe (Toulon), qu'on pensait voir déployé outre-mer. Mais ce patrouilleur, réputé fragile depuis sa mise en service en 1991, pourrait prématurément terminer sa carrière.
Concernant les P400, soit 10 unités mises en service en 1987 et 1988, il ne resterait donc que 7 bâtiments opérationnels fin 2010. Ensuite, la Marine envisage de désarmer deux patrouilleurs en 2011, deux autres en 2012 et les derniers survivants en 2013. Pour l'heure, on indique au ministère de la Défense qu'il ne s'agit « que d'études » et qu' « aucune décision n'est encore prise ». Le couperet devrait, en fait, tomber officiellement dans quelques semaines.
On notera que les P400 ne sont pas les navires les plus vieux de la flotte. Toutefois, leur exploitation dans les zones tropicales fait qu'ils s'usent plus vite, d'autant qu'ils ne bénéficient pas des mêmes facilités de maintenance qu'en métropole.
L'outre-mer dans l'attente du programme BATSIMAR : Avec les cinq (et bientôt six) frégates de surveillance, ainsi que les quatre derniers bâtiments de transport léger (le Francis Garnier devant être désarmé cette année), les P400 constituent l'essentiel des forces navales françaises déployées outre-mer. Arc caribéen, océan Indien, terres australes, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Saint-Pierre et Miquelon, Clipperton... Ils assurent des missions de souveraineté sur une immense zone économique exclusive, les territoires d'outre-mer regroupant la majeure partie des 11 millions de km² de ZEE française. Il s'agit là du second domaine maritime mondial, après celui des Etats-Unis. Cet espace donne à la France une présence sur tous les océans et, par conséquent, des positions stratégiques et élargi sa sphère d'influence, tout en regorgeant de richesses naturelles. Pour surveiller, contrôler et défendre ces zones, les moyens actuels sont déjà limités, à l'heure où les ressources, à l'échelle mondiale, sont de plus en plus convoitées. Dans cette perspective, la perte progressive des P400 et Batral est d'autant plus problématique que le programme de remplacement de ces unités n'a toujours pas été lancé. Prévu sur la prochaine loi de programmation militaire (LPM 2015-2020) le projet BATSIMAR (Bâtiment de surveillance et d'intervention maritime) doit assurer une succession à ces navires, ainsi qu'au patrouilleur austral Albatros (1967). Cet ancien chalutier, notamment chargé de la surveillance des pêches dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), doit être désarmé en 2015. Mais, au mieux, la tête de série du programme BATSIMAR n'est pas attendue avant 2017.
Quasiment plus de réserves : Cela signifie donc que, durant plusieurs années, la Marine va devoir, tant bien que mal, trouver des supplétifs pour « faire la soudure ». Mais, à force de rationaliser ses moyens depuis 20 ans, la flotte tourne aujourd'hui à flux tendus et n'a quasiment plus de marge de manœuvre. Le jeu des chaises musicales entre les navires basés en métropole et outre-mer en dit long sur la situation et ne durera qu'un temps. Car les « réserves » sont en passe d'être épuisées. Après le départ du Malin, il ne restera guère à Toulon que le patrouilleur Arago. Cet ancien bâtiment hydrographique, datant de 1991 et transformé en patrouilleur en 2002, rend de précieux services dans le cadre du dispositif européen de lutte contre l'immigration clandestine en Méditerranée (agence FRONTEX).
Après le retrait de la Sterne (2009) et probablement du Grève cette année, les trois derniers patrouilleurs disponibles seront les PSP Flamant, Cormoran et Pluvier (1997). Mais ces unités, basées à Cherbourg, sont occupées à des missions de police des pêches et de surveillance en Manche et mer du Nord, l'une des plus importantes voies de communication mondiales.
Il reste, enfin, les 9 derniers avisos du type A69, reclassés en 2009 patrouilleurs hauturiers. L'un d'eux est déployé en permanence en océan Indien. L'Etat-major pourrait, le cas échéant, redéployer ces bâtiments, basés à Brest et Toulon, vers l'outre-mer. Opérationnels entre 1980 et 1984, les avisos, prévus pour être désarmés entre 2014 et 2019, pourraient assurer la transition avec les BATSIMAR, ce qui aurait aussi pour effet de dégarnir un peu plus les moyens métropolitains. Reste que ces bâtiments semblent devoir constituer l'ultime marge de manœuvre. Après cela, la Marine aura raclé tous les fonds de tiroirs.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Dim 6 Juin 2010 - 11:57

05 Mai 2010 : DCNS, un OPV du type Gowind pour la Marine
Le groupe naval français a annoncé, hier, le lancement de la construction du premier navire de la gamme Gowind. Ce bateau, qui sera financé sur fonds propres par DCNS, sera réalisé en 18 mois et mis à la disposition de la Marine, logiquement fin 2011. Baptisé Hermès, le projet, une première pour l'industriel français, vise à disposer rapidement d'une Gowind opérationnelle. DCNS fonde, en effet, de grands espoirs dans cette nouvelle famille de patrouilleurs hauturiers (OPV) et corvettes de 1000 à 2500 tonnes, plus ou moins armés suivant les versions. Pour favoriser les ventes à l'export et convaincre les clients potentiels, le groupe entend présenter un produit « sea proven », c'est-à-dire éprouvé à la mer. « L'un des atouts majeurs pour percer sur le marché des patrouilleurs hauturiers et des corvettes militaires est de bénéficier d'une certification sea proven, délivrée par une marine de premier rang. Cette certification représente un double gage d'innovation et d'efficacité », explique DCNS. Généralement, les commandes de la Marine permettent de disposer de ce genre de navires pour, ensuite, les décliner à l'export. Ce fut par exemple le cas, ces dernières années, avec les frégates du type La Fayette. Mais, sur le segment des patrouilleurs hauturiers, le renouvellement des moyens de la flotte française n'est prévu qu'après 2015.
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Michel47
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 573
Age : 58
Localisation : Colayrac St-Cirq (Fra)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Dim 6 Juin 2010 - 11:58

10 Mai 2010 : Lorient, la construction de la première Gowind lancée
Le site DCNS de Lorient a procédé, vendredi midi, à la découpe de la première tôle de l'Hermès. Ce patrouilleur hauturier (OPV) de la famille Gowind, construit sur fonds propres par DCNS, sera mis à la disposition de la Marine entre 2012 et 2015. Pour ce projet, les chantiers STX de Lorient et Piriou de Concarneau seront associés à la réalisation de la coque et des structures. Le bâtiment, long de 90 mètres pour une largeur de 13 mètres, sera achevé dans 18 mois. Affichant un déplacement de 1100 tonnes, il sera équipé de deux moteurs diesels (plus de 8000 cv) et deux lignes d'arbres, pourra atteindre la vitesse de 21 nœuds, franchir 8000 nautiques et disposer d'une autonomie de 21 jours. Armé par seulement 30 à 35 marins, le navire, doté d'une passerelle panoramique, pourra embarquer une trentaine de passagers. Ces derniers pourront, par exemple, être des forces spéciales pouvant être déployées au moyen de deux embarcations rapides de types RIB mises en œuvre en moins de 5 minutes via deux rampes situées à l'arrière.
L'OPV français comptera, en outre, une plateforme et un abri pour hélicoptère ou drone. DCNS prévoit un équipement de base comprenant un système de combat Polaris, un radar de navigation, un système de transmission par satellite, un détecteur de communications et des canons à eau. La Marine pourra ensuite y ajouter, en fonction de ses besoins, des senseurs supplémentaires et de l'armement (canon de 30mm, mitrailleuses de 12.7mm).
Le projet Hermès, d'abord connu sous le nom de DANIEL, a pour objectif de permettre à DCNS d'éprouver à la mer un prototype de sa nouvelle gamme de corvettes et OPV de la famille Gowind. Utilisé par la flotte française pour renforcer ses moyens dédiés à l'action de l'Etat en mer, Hermès bénéficiera de la caution d'utilisateur de la Marine et servira de vitrine à l'industriel lors de ses déploiements, escales et exercices. DCNS fonde, en effet, de grands espoirs dans la commercialisation de ce produit à l'étranger. Conçus pour être robuste et simple à construire comme à entretenir, les Gowind doivent répondre à un panel très varié de missions. Suivant les modèles, plus ou moins grands et armés, ces bâtiments peuvent participer à des actions de combat, à des missions de surveillance et sauvegarde maritime, de contre-terrorisme, de lutte contre la piraterie ou le narcotrafic, ou encore de police des pêches.
Image hébergée par servimg.com
Source : Mer & Marine
Revenir en haut Aller en bas
http://laroyale.forum0.net/forum.htm
Bosco
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2471
Age : 67
Localisation : Dinant (Bel)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: La parouilleur FLAMANT   Lun 2 Aoû 2010 - 15:41


Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34548
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: le patrouilleur DF Kermorvan P2   Sam 16 Oct 2010 - 12:25

le patrouilleur des douanes DF Kermorvan P2 à Brest, le 24 septembre 2010


by OURSBEN sur shipspotting.com


by OURSBEN sur shipspotting.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation



Dernière édition par olivier le Dim 26 Fév 2017 - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34548
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Un marin du patrouilleur Osiris frappe son capitaine   Dim 6 Mai 2012 - 0:31

5 mai 2012

Un marin du patrouilleur Osiris frappe son capitaine à coups de couteau

L'information a été donnée en exclusivité ce samedi matin par Radio Freedom. Un marin du patrouilleur des TAAF l'Osiris a été interpellé par les policiers du commissariat du Port.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le capitaine du navire a été agressé au couteau par l'un de ses marins. Le capitaine a été touché au niveau du cou mais la gravité de ses blessures n'est pour l'heure pas connue.

Au même titre que l'Apache, le patrouilleur des affaires maritimes Osiris, est un navire à l'histoire particulière.

Avant son arraisonnement par la frégate Nivôse en janvier 2003, le navire, qui s'appelait à l'époque "Lince", s'adonnait à la pêche illégale dans les TAAF. Il avait été remis au ministère des Finances six mois plus tard.

Aujourd'hui, bâtiment de l'État français, il sert à la protection des ressources de légines, ce poisson vendu à prix d'or par les armateurs réunionnais sur le marché asiatique.

Ses missions de surveillance des pêches dans les TAAF se font en collaboration avec les frégates Nivôse, Floréal et l'Albatros, qui assurent une présence permanente d'un grand navire dans le secteur des TAAF.

Source : zinfos974.com

Citation :
Le cas du patrouilleur Osiris

L'histoire de l'Apache n'est toutefois pas une première. En effet, le patrouilleur des affaires maritimes Osiris, basé à La Réunion, est lui-même un ancien contrevenant. Arraisonné par la frégate Nivôse en janvier 2003, le palangrier congélateur, qui s'appelait alors Lince, a été remis au ministère des Finances six mois plus tard. Aujourd'hui, bâtiment de l'État français, il sert à la protection des ressources de légine, ce poisson vendu à prix d'or par les armateurs réunionnais sur le marché asiatique. L'Osiris est d'ailleurs affrété coque nue au GIE "protection légine Réunion", puis re-affrété à l'État pour exercer des missions de surveillance des pêches dans les TAAF. L'exploitation de ce patrouilleur est financée par le territoire des TAAF qui reçoit en contrepartie, un financement des armateurs et le produit de la vente des cargaisons saisies par la Direction des affaires maritimes. Le Conseil régional de La Réunion a assuré le financement de la transformation de ce navire qui, outre sa mission de police des pêches, assure l'assistance et le ravitaillement des navires de pêche français opérant autour des îles Kerguelen. Le contrôle opérationnel du navire est du ressort de l'armée sous l'autorité des Affaires Maritimes. Malgré un montage partenarial des plus compliqués, l'Osiris effectue quelques 150 jours de mer par an ce qui permet, avec les frégates Nivôse et Floréal ainsi que l'Albatros, d'assurer une présence permanente d'un grand navire dans le secteur des TAAF. L'Osiris a intercepté son premier contrevenant, un palangrier taiwanais, dès le mois de novembre 2003.

Source : mer et marine

Pour voir des photos du patrouilleur Osiris ---> photo 1 - photo 2

Pour voir les caractéristiques du Osiris ---> cliquer ici

marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5217
Age : 62
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: patrouilleurs   Mer 22 Mai 2013 - 6:50

Article de Mer et Marine de ce jour

Patrouilleurs : La compétition franco-française face à la concurrence internationale
22/05/2013

Seul programme naval d’importance devant être lancé cette année en France, B2M (Bâtiment Multi-Missions) est assez représentatif de la concurrence que se livrent les constructeurs tricolores sur un marché de plus en plus restreint et qui ne constitue plus une chasse gardée nationale. Deux solutions tricolores, au moins, sont pro...
Seul programme naval d’importance devant être lancé cette année en France, B2M (Bâtiment Multi-Missions) est assez représentatif de la concurrence que se livrent les constructeurs tricolores sur un marché de plus en plus restreint et qui ne constitue plus une chasse gardée nationale. Deux solutions tricolores, au moins, sont proposées au ministère de la Défense : celle de Piriou et DCNS, qui viennent de créer une société commune, Kership, spécialisée dans les patrouilleurs conçus aux normes civiles, et celle de CMN et de STX France, via sa filiale de Lorient, qui ont constitué un groupement d’entreprises dans le cadre de ce marché.

Mais, de manière générale, le segment des patrouilleurs concerne bien d’autres industriels français, comme le Boulonnais Socarenam, alors que le Vendéen Ocea, essentiellement tourné vers le marché export, sera bientôt en mesure de réaliser aux Sables d’Olonne, où une extension du chantier est en cours, des bâtiments de 80 mètres. Et il faut également compter avec le lorientais Raidco Marine, qui conçoit des patrouilleurs vendus à l’international et réalisés dans différents chantiers, comme Ufast à Quimper ou STX à Lorient. Enfin le Girondin Couach est également présent sur ce secteur d’activité.

Compétition fratricide ?

Cela fait donc beaucoup de monde et une concurrence franco-française  extrêmement vive sur un marché domestique se réduisant à peau de chagrin en raison des difficultés budgétaires. Certaines entreprises, comme Ocea, Raidco et Couach, ou plus récemment Socarenam avec les nouveaux patrouilleurs belges, tirent leur épingle du jeu en concentrant leurs efforts commerciaux à l’étranger. Mais, là aussi, on peut assister dans certaines régions historiquement sous influence française, comme l’Afrique, à une guerre fratricide où, entre compatriotes, on ne retient pas ses coups. Dans le même temps,  le marché national demeure pour beaucoup d’une importance capitale, surtout lorsque les chantiers manquent de commandes. Mais l’Etat des finances publiques ne permet pas de contenter l’ensemble des besoins. La compétition est donc très dure, d’autant qu’il n’y a plus de monopole des constructeurs tricolores sur le marché domestique.

L’Etat contraint de respecter le cadre des appels d’offres

Fini, en effet, le temps où l’Etat passait ses commandes sans contrainte, en tenant compte non seulement des données techniques et financières, mais aussi, et souvent surtout, de considérations politiques et sociales liées à tel ou tel bassin d’emploi et autre terre électorale. Aujourd’hui, en dehors des grands bâtiments de combat fortement armés, pour lesquels les décisions sont une question de souveraineté nationale et demeurent donc à la discrétion des pays, Bruxelles veille à ce que les appels d’offres, qui sont lancés à l’échelle européenne, soient scrupuleusement respectés. Or, les dés n’étant plus pipés pour les industriels étrangers, ceux-ci commence à convoiter un marché auquel ils ne pouvaient autrefois prétendre. Avec de réelles chances de succès pour certains, capables grâce à leurs chantiers implantés dans des pays à bas coût de main d’œuvre, de proposer des produits extrêmement compétitifs. Or, dans le cadre d’un appel d’offres, l’Etat est contraint de choisir le « mieux disant » et, si tel n’est pas le cas, l’industriel se jugeant floué dispose de possibilités de recours au niveau européen.

Damen en embuscade ?

Dans le cadre du programme B2M, on pourrait par exemple très bien imaginer que le groupe néerlandais Damen fasse une offre. Il aurait d’ailleurs tort de s’en priver. Ses bureaux d’études aux Pays-Bas disposent en effet de solutions correspondant tout à fait aux besoins exprimés, ayant développé différents designs de patrouilleurs et de navires de services à l’offshore. Côté réalisation, comme il l’a déjà fait pour la marine néerlandaise (avec le programme des patrouilleurs hauturiers du type Holland) ou des clients civils, Damen peut s’appuyer sur son chantier de Galati, en Roumanie, pour produire des coques à moindre coûts. Et, pour faire bonne mesure, pourquoi pas proposer un achèvement des bateaux dans ses chantiers de réparation navale français, à Brest par exemple. Un prix très attractif et quand même des retombées sur l’emploi dans l’Hexagone (même si elles sont moindres qu’une construction intégrale en France)… Face à un tel scénario, le ministère de la Défense serait probablement bien ennuyé si une éventuelle proposition de Damen était la mieux disante. Légalement, il n’aurait en effet que très peu d’arguments, si ce n’est aucun, pour privilégier une solution française.

L’idée d’une consolidation du secteur tricolore

Dans ces conditions, la diversité des acteurs tricolores sur ce segment de marché parait bien trop importante et de nature à fragiliser l’ensemble. Bien conscients du problème, un certain nombre d’industriels évoquent une consolidation nécessaire du secteur, c'est-à-dire le rapprochement entre différentes entreprises afin de limiter la concurrence franco-française. La création de Kership est sensée participer de cette stratégie, de même que le l’alliance de circonstance intelligemment  mise en place par STX et CMN dans la compétition B2M. Mais cela semble encore loin d’être suffisant, d’autant que sur certains aspects, les rapprochements ne diminuent pas la concurrence, mais au contraire l’amplifie. Ainsi, DCNS et Piriou ne fusionnent pas une activité existante mais joignent leurs forces pour pénétrer le marché des navires de conception civile dédiés à l’action de l’Etat en mer, un segment sur lequel ils n’étaient pas jusque là présents.

Reste que le regroupement des industriels français, s’il parait logique en théorie, demeure très complexe dans la réalité. Il s’agit en effet de sociétés parfois très différentes, tant dans leur culture que leur actionnariat ou leur positionnement commercial. Leur activité peut également être plus ou moins diverse car, au-delà du militaire, ces chantiers travaillent aussi, selon les cas, pour la pêche, la plaisance, l’offshore ou encore sur le créneau des navires à passagers et des unités de servitude. Tous n’ont, de plus, pas l’envie ou l’intérêt de se rapprocher de compatriotes, gérant parfaitement leur croissance de manière autonome. Mais pour d’autres, notamment ceux dont le carnet de commandes est le plus fragile, l’idée d’une consolidation fait son chemin. L’Etat y semble attentif et pourrait profiter d’un programme relativement important pour impulser d’éventuels mariages. On peut par exemple penser aux futurs Bâtiments d’intervention et de surveillance maritimes (BATSIMAR), dont une douzaine d’unités doivent être réalisées pour la Marine nationale. Ce projet, compte tenu de son ampleur, permettrait d’assurer une charge de travail significative à plusieurs sites. Seul problème, il a été reporté, faute de crédit, à la prochaine décennie.
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34548
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Inauguration du patrouilleur Jean-François Deniau   Mar 22 Sep 2015 - 12:15

Inauguration du patrouilleur des douanes le Jean-François Deniau :



La suite du Castor et Pollux tete marin

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5217
Age : 62
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Mar 22 Sep 2015 - 13:26

super super olivier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34548
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Mar 22 Nov 2016 - 18:05

Le PLG La Confiance a quitté Brest pour rallier son port-base de Dégrad-des-Cannes en Guyane tete marin

https://twitter.com/PNavires/status/801102937409855489

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34548
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Jeu 8 Déc 2016 - 18:21


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 34548
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   Jeu 15 Déc 2016 - 20:36


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les patrouilleurs de la Marine Nationale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les patrouilleurs de la Marine Nationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les autre Marines - Andere Marines - Other Navies :: Marine Française - Franse Marine - French Navy-
Sauter vers: