Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 Afghanistan - ISAF : les news

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13 ... 21  Suivant
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Sam 2 Fév 2008 - 22:56

01/02/2008

Le chef de l'OTAN discute Afghanistan avec Sarkozy

PARIS - Le secrétaire général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer a évoqué vendredi la situation en Afghanistan avec Nicolas Sarkozy, alors que le secrétaire américain à la défense Robert Gates écrivait à ses homologues français et allemand pour qu'ils renforcent leur présence militaire sur place.

Le Canada a menacé cette semaine de retirer ses troupes s'il ne recevait pas des renforts à Kandahar. Interrogé sur le sujet, le secrétaire général de l'OTAN n'a pas souhaité "commenter une lettre qui ne (lui) était pas adressée".

"Il faut faire davantage (en Afghanistan), il n'y a aucun doute", mais "il n'est pas utile de faire cela publiquement", a-t-il estimé. Avec Nicolas Sarkozy, "on a discuté de l'Afghanistan, (mais) pas en des termes concrets", a-t-il expliqué.

"Je considère très important le renforcement des forces en l'Afghanistan" et "j'ai parlé par téléphone au Premier ministre (Stephen) Harper du Canada hier soir", a expliqué Jaap de Hoop Scheffer. "C'est mon rôle à moi (...) de gérer le processus de renforcement de la force", mais "je préfère qu'on ne le fasse pas en public. On le fait en privé. C'est mon rôle à moi et je le ferai".

Concernant l'Allemagne, il a affirmé "espérer naturellement, en tant que secrétaire général de l'OTAN" un renforcement de la présence allemande. Toutefois, "je suis réaliste" et "les Allemands font beaucoup" en Afghanistan, avec 3.200 hommes sur place, a-t-il noté.

Source: AP

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Sam 2 Fév 2008 - 22:58

02/02/2008

L'Allemagne refuse de renforcer le contingent de l'Otan dans le sud de l'Afghanistan

Si Paris n'a pas encore fourni de réponse claire, Berlin, en revanche, refuse catégoriquement.

Le ministre allemand de la Défense, Josef Jung : "Mon opinion est que nous devons remplir notre mission selon le mandat que nous avons actuellement, et cela signifie dans le nord de l'Afghanistan".

La question doit aussi être débattue en Grande Bretagne, où la Secrétaire d'Etat américaine doit se rendre la semaine prochaine.

Selon Washington, l'Afghanistan risque de devenir un état "défaillant" si les alliés ne redoublent pas d'efforts pour combattre les insurgés, dont les opérations dans le sud sont de plus en plus fréquentes. Leur contrôle sur les régions les moins peuplées du pays serait en augmentation, selon deux rapports publiés mercredi aux Etats-Unis.

Notez par ailleurs que la Belgique a annoncé hier qu'elle enverrait en septembre en Afghanistan quatre avions chasseurs F-16, ainsi que leurs équipages, pour une centaine d'hommes au total.

Source: EuroNews

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Sam 2 Fév 2008 - 23:07

02/02/2008

Le Pentagone mal informé de la situation afghane

WASHINGTON (Reuters) - Le ministère américain de la Défense ne dispose pas d'informations précises sur la situation du conflit de l'Afghanistan, a affirmé vendredi le commandant du corps des "marines".

Le général James Conway pointe notamment un décalage entre les rapports optimistes des commandants sur le terrain, et ceux, plus alarmants, des services de renseignement.

Selon Conway, les militaires en Afghanistan font état de progrès, notamment l'échec des taliban à lancer une offensive au printemps dernier et la mort de plusieurs dirigeants du mouvement.

Mais selon des rapports émis depuis 2004 par les services secrets, les attaques des taliban et le nombre de victimes qu'elles causent sont en hausse. Le renseignement indique également que les taliban étendraient leur emprise sur de plus vastes territoires et les tribus qui y vivent, a indiqué Conway.

"C'est un peu perturbant à ce stade. En tant que ministère, nous avons besoin de partager la même analyse et franchement, pour le moment, ce n'est pas le cas", a déclaré Conway devant la presse.

Les Etats-Unis ont annoncé le mois dernier s'apprêter à envoyer 3.200 "marines" en Afghanistan afin d'aider à stabiliser le pays. L'administration Bush a plaidé auprès de ses alliés au sein de l'Otan afin qu'ils envoient eux aussi des renforts.

Selon deux études américaines indépendantes publiées cette semaine, le gouvernement afghan pourrait être renversé et le pays redevenir un havre terroriste sans relance des efforts internationaux sur le plan militaire et de la reconstruction.

Source: Reuters

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Mer 6 Fév 2008 - 17:44

06/02/2008

La querelle sur l'Afghanistan au coeur de la réunion de l'OTAN à Vilnius

Par Paul Ames

VILNIUS - Les ministres de la Défense des Etats membres de l'OTAN se retrouvent jeudi et vendredi à Vilnius en Lituanie pour tenter de surmonter les divergences au sein de l'Alliance sur l'envoi de soldats supplémentaires dans le sud de l'Afghanistan, toujours sous la menace des talibans.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a écrit à ses homologues avant la réunion pour leur demander de soutenir davantage les forces américaines et canadiennes déployées dans cette région instable, et qui combattent, avec les seuls Britanniques et Néerlandais, la résurgence des talibans.

"L'Alliance est confrontée à un véritable test" en Afghanistan, a lancé pour sa part sa collègue de la diplomatie Condoleezza Rice, en visite mercredi à Londres. "Nos populations doivent comprendre qu'il ne s'agit pas d'une mission de maintien de la paix", mais d'un combat de longue haleine. "Nous n'avons jamais fait mystère du fait qu'il y a des alliés qui sont dans des régions plus dangereuses du pays et que nous pensons très fortement qu'il devrait y avoir une répartition du fardeau dans toute l'Alliance", avait-elle dit auparavant.

L'Allemagne a réitéré son refus d'envoyer des soldats dans le sud mais a annoncé mercredi l'envoi d'environ 200 hommes pour servir dans une force de réaction rapide dans le nord de l'Afghanistan. Confronté aux réticences de l'opinion allemande sur une implication plus grande de la Bundeswehr dans les combats en Afghanistan, Berlin veut maintenir ses troupes dans le nord, relativement épargné par les violences.

Le ministre allemand de la Défense Franz Josef Jung a précisé que la force de réaction rapide serait basée dans cette zone -comme les 3.200 autres soldats allemands de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) de l'OTAN- mais pourrait être amenée, avec l'accord de Berlin, à intervenir "ailleurs en Afghanistan".

Quant au Premier ministre canadien Stephen Harper, il a récemment menacé de retirer les troupes canadiennes d'Afghanistan s'il n'obtenait pas plus d'appuis de l'OTAN. Il s'en est entretien au téléphone mardi avec le président français Nicolas Sarkozy, après en avoir parlé la semaine dernière avec le président américain George W. Bush et le Premier ministre britannique Gordon Brown.

Un récent rapport canadien recommande la poursuite de la mission de combat des forces canadiennes dans la province de Kandahar, mais à condition que les autres membres de l'OTAN fournissent 1.000 militaires en renfort.

Certains signes laissent penser que la position de Paris, jusqu'ici réticente à répondre aux demandes d'aide américaines dans le sud afghan, pourrait changer. Dans son édition du week-end, "Le Monde" rapportait que Paris envisage l'envoi de 700 parachutistes dans cette zone. Selon le quotidien, M. Sarkozy pourrait annoncer le déploiement lors du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'Alliance atlantique début avril à Bucarest.

De son côté, la Belgique a annoncé la semaine dernière l'envoi de quatre avions de combat F-16, qui rejoindront les forces de l'OTAN à Kandahar. Il s'agit de son premier déploiement dans cette région.

Le sommet de Bucarest devrait adopter une déclaration visant à renforcer le soutien des opinions publiques à la mission de l'ISAF. A Vilnius, les ministres de la Défense devraient préparer ce texte qui vise à clarifier les objectifs et la stratégie de la mission.

Ils débattront également du Kosovo, où les 16.000 hommes de la force de l'OTAN sur place (KFOR) se préparent à d'éventuels troubles si, comme on le prévoit, la province albanophone du sud de la Serbie déclare son indépendance ce mois-ci.

L'Afghanistan devrait toutefois être la principal dossier examiné à Vilnius. L'ensemble des 26 pays de l'OTAN y ont des hommes déployés. Depuis 2003, ils ont élargi l'ISAF, qui est passée de 5.000 à 43.000 hommes. Mais la plupart refusent d'envoyer un nombre significatif de soldats dans le sud du pays.

Source: AP

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Ven 8 Fév 2008 - 10:11

07/02/2008

L'OTAN divisée sur sa mission afghane

Par Paul Ames

VILNIUS/KABOUL - Les pays de l'OTAN en première ligne dans la lutte contre les talibans ont manifesté jeudi leur frustration et fait monter la pression, avertissant que le refus de leurs alliés d'envoyer des forces sur le champ de bataille menaçait la mission militaire de l'OTAN en Afghanistan, voire l'unité future de l'Alliance atlantique.

De son côté, au cours d'une visite surprise en Afghanistan avec son homologue britannique David Miliband, la cheffe de la diplomatie américaine Condoleezza Rice a fait état de progrès, malgré la résurgence des talibans. "Si vous regardez l'Afghanistan de 2001 et l'Afghanistan d'aujourd'hui, il y a une remarquable différence en mieux", a-t-elle assuré.

Mme Rice a averti que la situation aller rester difficile car les forces de l'OTAN font face à des ennemis "déterminés", mais elle a assuré que les efforts du gouvernement afghan et de l'Alliance n'étaient pas vains. "Je crois que cette stratégie a de bons effets," a-t-elle confié.

A Vilnius, en Lituanie, les ministres de la Défense de l'OTAN ont entamé une réunion de deux jours sur la question litigieuse de l'envoi de soldats supplémentaires dans le sud de l'Afghanistan, toujours sous la menace des talibans.

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a estimé que le clivage entre les alliés qui se battent dans cette région -comme les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne- et ceux qui ont refusé d'y envoyer des troupes a "jeté une ombre" sur l'avenir de l'OTAN.

Le ministre canadien de la Défense Peter MacKay a de son côté renouvelé la menace d'Ottawa de retirer ses 2.500 soldats déployés dans la province de Kandahar (sud), à moins que les alliés n'envoient 1.000 hommes en renfort. Le gouvernement canadien est sous pression pour retirer son contingent depuis la mort de 78 soldats canadiens et d'un diplomate.

"Nous ne résoudrons pas le problème en Afghanistan si nous n'avons pas plus de soldats dans le sud", a affirmé pour sa part le ministre danois Sören Gade, dont le pays a des hommes dans la région.

Ces tensions qui s'expriment publiquement entre alliés témoignent de profondes divergences sur la mission de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), sous commandement de l'OTAN, qui vient de vivre son année la plus sanglante depuis son lancement en 2003.

L'ensemble des 26 pays de l'Alliance participent à l'ISAF, mais des Etats importants comme l'Allemagne, la France, l'Espagne, la Turquie et l'Italie ont refusé d'envoyer un nombre significatif de soldats dans le sud de l'Afghanistan. Au grand dam de ceux -comme les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Roumanie- dont les troupes stationnées dans cette région ont subi l'essentiel des attaques talibanes l'an dernier.

Le sud n'est toutefois pas la seule région touchée par la violence. Un attentat-suicide à la voiture piégée visant un convoi de l'OTAN a ainsi blessé légèrement trois soldats de l'ISAF jeudi dans la province de Khost (est), alors que dans la province de Nimroz (sud-ouest), deux civils ont été blessés lorsque deux kamikazes présumés se sont fait exploser.

Lors d'une audition au Sénat mercredi soir, M. Gates a dit craindre que l'OTAN ne devienne "une alliance à deux vitesses" où certains alliés seraient "prêts à se battre et à mourir pour protéger la sécurité des populations et pas les autres".

L'Allemagne a réitéré son refus d'envoyer des soldats dans le sud mais a annoncé mercredi l'envoi d'environ 200 hommes pour servir dans une force de réaction rapide dans le nord afghan. Confronté aux réticences de l'opinion allemande sur une implication plus grande de la Bundeswehr dans les combats en Afghanistan, Berlin veut maintenir ses troupes dans le nord, relativement épargné par les violences.

Certains signes laissent penser que la position de la France, jusqu'ici réticente à répondre aux demandes d'aide américaines dans le sud afghan, pourrait changer. Dans son édition du week-end, "Le Monde" a rapporté que Paris envisage l'envoi de 700 parachutistes dans cette zone. Selon le quotidien, M. Sarkozy pourrait annoncer le déploiement lors du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'Alliance atlantique début avril à Bucarest.

Source: AP

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Ven 8 Fév 2008 - 10:34

07/02/2008

Renfort belge en Afghanistan

Le ministre de la Défense Pieter De Crem soutient l'idée d'André Flahaut (PS) et Hilde Vautmans (Open Vld) d'instaurer une Commission de suivi mixte Chambre et Sénat des missions des militaires belges à l'étranger. Il s'est aussi déclaré favorable à l'idée émise par Josy Dubié (Ecolo) d'une visite de parlementaires en Afghanistan.

Réunion commune
Les Commissions de la Défense de la Chambre et du Sénat ont tenu une réunion commune, jeudi, pour avoir un échange de vues avec le ministre après la décision du gouvernement prise vendredi dernier de renforcer la présence militaire belge en Afghanistan au cours de l'année, en décidant notamment d'envoyer des renforts, dont quatre avions de combat F-16 à Kandahar (sud) à partir du 1er septembre.

L'armée belge va également dépêcher un renfort temporaire, à partir du 1er avril, de deux sections (soit vingt hommes) pour épauler la compagnie de protection qui assure la sécurité de l'aéroport de Kaboul lors du déménagement des installations de l'ISAF du côté sud de KAIA vers le nord.Enfin, le gouvernement a décidé d'envoyer une équipe d'une vingtaine d'instructeurs chargés d'encadrer l'Armée Nationale Afghane (ANA) à partir du 1er octobre au plus tôt. Cette équipe sera basée dans la région de Kaboul ou de Kunduz (nord).

Le ministre a été interrogé jeudi par les représentants de tous les groupes sauf le MR, dont aucun représentant n'était présent. Les critiques sont venues des écologistes et du sp.a Dirk Van der Maelen. Pour ce dernier, tout comme pour Josy Dubié (Ecolo), la stratégie militaire a démontré son inefficacité. "La voie militaire proposée par les américains et que le gouvernement suit est sans issue", a dit M. Dubié.

Flahaut
L'ancien ministre de la Défense André Flahaut pour sa part à insisté sur la nécessité d'obliger l'Otan à définir une stratégie de sortie de crise. "Nous ne pourrons pas rester indéfiniment en Afghanistan", a-t-il dit. Il a aussi plaidé pour qu'on définisse clairement les conditions de l'intervention. "Le risque zero n'existe pas mais il faut donner des garanties maximales et veiller à ce que nos militaires ne soient pas utilisés n'importe où ni n'importe comment", a-t-il dit.

Evaluation
Sur ce point, M. De Crem a rassuré les parlementaires. Les conditions d'intervention seront fixées avant le départ des troupes. "Je ne serai pas moins prudent que vous", a-t-il lancé à son prédécesseur. Il a aussi rappelé qu'une évaluation de l'intervention dans le sud du pays est dès à présent prévue en novembre. Il a insisté sur le fait que les F16 sont équipés pour ce type d'opération et que les militaires qui partent pour l'Afghanistan reçoivent une formation spéciale.

Vlaams Belang
Soutenu par plusieurs interventions de représentants de la majorité et du Vlaams Belang, le ministre a encore dit sa conviction qu'il n'y avait pas d'autre solution que de poursuivre l'intervention. "Peut-on laisser à nouveau la voie libre aux Talibans? ", a-t-il demandé, tout en ajoutant "que la solution ne sera certes pas uniquement militaire mais elle devra être civilo-militaire".

Le ministre a aussi dit soutenir l'idée émise par les députés André Flahaut et Hilde Vautmans d'instaurer une Commission de suivi mixte Chambre et Sénat pour les missions militaires à l'étranger. Une telle Commission de suivi existe actuellement au Sénat. Elle a été instaurée après la Commission d'enquête sur le Rwanda. Le ministre a aussi appuyé l'idée de Josy Dubié d'une mission parlementaire sur place.

D'autres débats tant avec le ministre de la Défense qu'avec celui des Affaires étrangères sont dès à présent déjà prévus, ce qui a entraîné quelques remarques sur la nécessité de tenir cette réunion-ci au milieu des vacances de Carnaval. "La question était-elle vraiment si urgente? ", a demandé Bart Tommelein (Open Vld).

Source: Belge - 7sur7

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Sam 9 Fév 2008 - 8:56

08/02/2008

La France envisagerait un engagement accru en Afghanistan

Par Paul Ames

VILNIUS - La France envisage de déployer des soldats dans le sud de l'Afghanistan pour renforcer les troupes de l'OTAN qui combattent les talibans et pourrait ainsi répondre au moins en partie aux attentes du Canada, qui réclame l'envoi de renforts dans cette région instable.

Les ministres de la Défense de l'OTAN achevaient vendredi à Vilnius, en Lituanie, une réunion de deux jours sur la question litigieuse de l'envoi de soldats supplémentaires dans le sud de l'Afghanistan, toujours sous la menace des talibans.

Un revirement de la France, qui avait jusqu'ici refusé de déployer des unités de combat dans cette région, permettrait d'apaiser les tensions au sein de l'OTAN entre les alliés qui y affrontent directement les talibans -Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne- et ceux dont les opérations se limitent au nord et à l'ouest afghans, moins exposés.

"Ils ont été très réceptifs à notre message", a souligné le ministre canadien de la Défense Peter MacKay à propos des Français, ajoutant: "nous voulons parler plus en détail de la logistique".

Sandra Buckler, une porte-parole du Premier ministre canadien Stephen Harper, a affirmé qu'une rencontre avait eu lieu vendredi à Paris sur ce sujet entre des représentants des deux pays. Les autorités françaises n'ont toutefois pas confirmé la tenue d'une telle rencontre.

La question d'une plus juste répartition de l'effort de guerre dans le sud afghan a provoqué des mises en garde américaines cette semaine sur l'avenir de l'Alliance atlantique et un ultimatum du Canada, qui menace de retirer ses 2.500 soldats déployés dans la province de Kandahar (sud), à moins que les alliés n'envoient 1.000 hommes en renfort dans cette région. Le gouvernement d'Ottawa est sous pression pour retirer son contingent depuis la mort de 78 soldats canadiens et d'un diplomate.

Des responsables français ont toutefois précisé qu'il y a peu de chances que Paris fournisse l'ensemble des renforts demandés par Ottawa et qu'une décision sur un éventuel déploiement était peu probable avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'OTAN prévu début avril à Bucarest.

Selon M. MacKay, le Canada veut que sa demande soit prise en compte avant le sommet de Bucarest. "Nous avons frappé à beaucoup de portes, et certaines se sont ouvertes", a-t-il précisé. "La France est l'un des pays avec lesquelles nous allons continuer à avoir des discussions."

Le ministre français de la Défense Hervé Morin a laissé entendre jeudi que le président Nicolas Sarkozy pourrait annoncer un renforcement du rôle de la France en Afghanistan avec un redéploiement du contingent français -environ 1.500 soldats- actuellement stationnés principalement dans la région de Kaboul.

M. Morin a appelé l'opinion canadienne à faire preuve d'un "peu de patience", ajoutant que l'information rapportée dans la presse selon laquelle M. Sarkozy envisagerait l'envoi de 700 parachutistes français dans le sud de l'Afghanistan était prématurée.

La Norvège a de son côté confirmé l'envoi de forces spéciales et d'hélicoptères en Afghanistan, soit au total 200 hommes, en plus de son contingent de 500 soldats déjà basé dans le pays.

L'ensemble des 26 pays de l'Alliance participent à la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), la force de l'OTAN en Afghanistan, mais des Etats importants comme l'Allemagne, la France, l'Espagne, la Turquie et l'Italie ont refusé d'envoyer un nombre significatif de soldats dans le sud du pays. Au grand dam de ceux -comme les Etats-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Roumanie- dont les troupes stationnées dans cette région ont subi l'essentiel des attaques talibanes l'an dernier.

Avec la Grande-Bretagne, qui a déjà 7.800 soldats dans le sud de l'Afghanistan, la France est considérée comme un des pays européens possédant les forces les plus efficaces pour mener de lointaines missions militaires. Pour M. MacKay, la France est un des rares pays de l'OTAN à avoir "la capacité de répondre aux demandes du Canada".

Source: AP

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 11:54

09/02/2008

Sous pression des Etats-Unis, l'Allemagne envisage des renforts en Afghanistan

Par Pascal MALLET

MUNICH (AFP) - Sous la pression accrue des Etats-Unis qui demandent aux Européens plus de troupes en Afghanistan, l'Allemagne a donné samedi les premiers signes qu'elle pourrait accroître son effort de guerre.

Des parlementaires de la coalition de la chancelière Angela Merkel envisagent d'élargir le mandat de l'armée en Afghanistan qui doit être renouvelé en octobre par le Bundestag. Il autoriserait l'envoi de mille hommes supplémentaires -portant la limite de 3.500 à 4.500- et l'extension vers l'ouest de la zone actuelle de déploiement et pendant plus longtemps.

L'initiative vient du parlement, a expliqué à l'AFP le plus haut responsable du parti CDU de Mme Merkel à la commission des affaires étrangères, Karl-Theodor zu Guttenberg. Le magazine Der Spiegel avait attribué le projet au gouvernement.

Le nouveau mandat ne prévoierait pas toutefois d'envoyer des troupes dans le sud afghan où se déroulent les combats les plus durs contre les talibans, comme le demande depuis des mois Washington. L'Allemagne est responsable de la zone nord de l'Afghanistan.

L'opinion publique allemande, déjà en majorité hostile à la guerre en Afghanistan, est résolument opposée à l'envoi de troupes dans le sud.

Le ministre allemand de la Défense Franz Josef Jung a refusé de commenter ces informations, se contentant de répéter que le mandat en cours était intangible, lors de la 44ème conférence sur la sécurité réunissant des centaines de responsables et d'experts à Munich (Bavière).

Un porte-parole du ministère de la Défense n'a cependant pas exclu cette possibilité. "On discutera lors du renouvellement du mandat, si des renforts sont nécessaires du point de vue militaire", a déclaré Thomas Raabe à l'AFP.

Le chef de la diplomatie allemande Franz Walter Steinmeier a pour sa part confirmé dans une interview publiée samedi qu'il serait utile de demander un mandat plus long, pour éviter que le vote annuel intervienne en pleine campagne pour les législatives de l'automne 2009.

Devant la recrudescence des attaques des talibans depuis deux ans, les effectifs de la force internationale commandée par l'Otan, l'Isaf, auxquels contribuent 40 pays, sont passés de 16.000 à 43.000 hommes.

Mais de nouveaux renforts sont demandés et la plupart des pays européens présents dans le nord et l'ouest de l'Afghanistan comme l'Allemagne, mais aussi l'Espagne et l'Italie, sont réticents à envoyer des renforts dans le sud.

L'Allemagne, troisième contributeur de troupes en Afghanistan, a opposé une fin de non recevoir à Washington, la Pologne lui a emboîté le pas vendredi.

Washington va néanmoins insister pour que les Alliés, y compris l'Allemagne, contribuent à l'effort en Afghanistan, "soldat pour soldat, euro pour dollar", a déclaré l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'Otan, Victoria Nuland, dans une tribune publiée par le journal Berliner Zeitung.

Aussi, le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a-t-il poursuivi samedi ses efforts de persuasion auprès des alliés dans une série d'entretiens bilatéraux en marge de la conférence à Munich, après une réunion de deux jours avec ses homologues de l'Otan à Vilnius.

A Vilnius, M. Gates avait dit comprendre que des gouvernements européens, notamment des cabinets de coalition comme en Allemagne, ne pouvaient pas réunir une majorité parlementaire pour envoyer leurs troupes au combat.

Mais dans ce cas, ils pourraient fournir de l'équipement, comme des hélicoptères et des drones, ou financer les opérations de l'Otan, avait-il suggéré.

La France, dont le gros des troupes est basé à Kaboul, s'est montrée disposée à étudier l'envoi de troupes de combat dans le sud pour y soutenir le contingent canadien, mais elle ne donnera vraisemblablement pas sa réponse avant le sommet de l'Otan, du 2 au 4 avril à Bucarest.

Source: AFP

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 13:35

10/02/2008

L'Europe ne peut se permettre un échec contre les talibans, selon Robert Gates

MUNICH (AFP) - Un échec en Afghanistan contre les talibans ferait peser une menace directe sur la sécurité des Européens, a martelé dimanche le secrétaire américain à la Défense Robert Gates qui tente de galvaniser l'opinion publique du vieux continent.

"Je suis inquiet que nombre de personnes sur ce continent ne comprennent pas forcément l'ampleur de la menace directe (de la situation en Afghanistan) sur la sécurité de l'Europe", a-t-il déclaré dans un discours devant la 44e conférence sur la sécurité de Munich (sud de l'Allemagne).

"Les Etats-Unis ont été galvanisés par le 11-Septembre -- un événement qui a ouvert les yeux du public américain sur les dangers provenant de contrées lointaines", a expliqué le responsable américain.

Or, "si presque tous les gouvernements comprennent l'importance de la mission en Afghanistan, le soutien de l'opinion publique européenne est faible", a-t-il déploré, alors que Washington tente depuis des mois de convaincre ses alliés de l'Otan d'envoyer plus de troupes en Afghanistan.

Après avoir de nouveau réclamé des renforts lors d'une réunion informelle de l'Otan à Vilnius jeudi et vendredi, M. Gates a dit vouloir "s'adresser directement aux peuples européens: la menace de l'extrémisme islamique violent est réelle -- et elle ne va va disparaître".

Il a rappelé les attentats dans des gares de Madrid qui avaient fait 191 morts en mars 2004, et dans les transports publics de Londres en juillet 2005, qui avaient fait 56 morts et plus de 700 blessés, ainsi que "la multitude d'attentats plus petits à Istanbul, Amsterdam, Paris et Glasgow, parmi d'autres".

"Beaucoup d'Européens mettent en doute la pertinence de notre action et se demandent si cette mission vaut la vie de leurs enfants. En conséquence, nombre d'entre eux veulent retirer leurs troupes" d'Afghanistan, et "l'existence de gouvernements de coalition fragiles rend difficile la prise de risque", a souligné M. Gates à Munich.

Les Etats-Unis, dont 160.000 soldats sont mobilisés en Irak contre 28.000 en Afghanistan, tentent depuis des mois de persuader les Etats européens membres de l'Otan de "partager le fardeau" de la guerre en Afghanistan en envoyant des renforts dans le sud du pays, où se déroulent les combats les plus durs contre les talibans, chassés du pouvoir en 2001.

Mais la plupart des opinions publiques européennes ne sont pas favorables à cette intervention, commencée comme une opération de maintien de la paix et qui évolue vers une guerre meurtrière contre les talibans.

"Nous ne devons pas -- nous ne pouvons pas -- devenir une Alliance atlantique à deux vitesses, avec ceux qui se battent et ceux qui ne se battent pas", a-t-il réaffirmé. '"Une telle évolution (..) détruirait l'Alliance".

"Dans les années à venir, la crédibilité de l'Otan (...) dépendra de nos performances actuelles. D'autres acteurs -- le Hezbollah, l'Iran et d'autres -- observent ce que nous faisons et disons et font des choix quant à leur avenir", a-t-il mis en garde.

Source: AFP

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Que pensez-vous de la situation en Afghanistan ?   Dim 10 Fév 2008 - 17:40

Que pensez-vous de la demande des USA et du Canada qui appellent les pays européens à déployer des soldats dans le sud de l'Afghanistan pour renforcer les troupes de l'OTAN qui combattent les talibans ?

Personnellement, je ne trouve pas normal que les USA, le Royaume Uni, le Candada et les Pays-Bas soient les seuls pays de l'OTAN à combattre les talibans dans le sud l'Afghanistan ! Le Canada a même menacé de retirer ses 2.500 soldats déployés dans la province de Kandahar (sud), à moins que les alliés n'envoient 1.000 hommes en renfort dans cette région !

Quel serait l'impact auprès des terroristes islamistes dans le monde si l'OTAN devait se retirer, la tête basse, d'Afghanistan ?

scratch

Citation :
L'Otan minimise ses divisions sans les cacher en Afghanistan

Par Mark John - 7 février 08

VILNIUS (Reuters) - L'Otan a minimisé ses divergences internes sur le partage du fardeau en Afghanistan sans chercher à les dissimuler après que les Etats-Unis eurent accusé certains pays européens de refuser de consentir des "sacrifices".

(Publicité)
Les ministres de la Défense de l'Alliance atlantique, réunis à Vilnius, ont été confrontés au défi posé par l'insurrection des taliban, qui provoque des appels au renforcement de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan, forte de 43.000 hommes.

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a déclenché la controverse en affirmant cette semaine devant le Congrès qu'il craignait "une alliance à deux vitesses dans laquelle certains alliés sont prêts à combattre et mourir pour protéger la sécurité des peuples, d'autres pas".

L'Isaf compte notamment 15.000 Américains, qui disposent également de 14.000 hommes dans le cadre de l'opération "Liberté immuable" chargée de la traque des insurgés taliban dans les montagnes situées près de la frontière avec le Pakistan.

Le Royaume-Uni a déployé en Afghanistan 7.800 hommes dans le sud du pays, la région la plus dangereuse.

Le Canada a menacé de retirer ses 2.500 hommes déployés dans le Sud si des renforts n'arrivent pas rapidement et, surtout, si des pays continuent à refuser que leurs troupes soient déplacées des régions calmes vers les zones à risque.

"Nous voulons une approche 'un pour tous, tous pour un'", a insisté le ministre canadien de la Défense, Peter Mackay.

Les Polonais et les Néerlandais se sont associés à l'appel.

UN COMBAT QUI VA "TRANSFORMER L'HISTOIRE"

La France, avec 1.500 hommes basés à Kaboul, et l'Allemagne, avec 3.100 hommes présents dans le Nord, ont concentré leurs forces dans des régions relativement calmes et sont particulièrement - mais pas seulement - visées.

Condoleezza Rice et son homologue britannique David Miliband, qui ont été reçus jeudi par le président Hamid Karzaï et des chefs de l'Isaf à l'occasion d'une visite surprise en Afghanistan, ont relayé le message sur le théâtre des opérations.

"C'est un combat qui va transformer l'Histoire", a déclaré la secrétaire d'Etat aux journalistes.

Les responsables de l'Otan se sont efforcés de calmer le jeu à Vilnius afin de dissiper l'impression de cacophonie.

Le secrétaire général de l'Alliance, Jaap de Hoop Scheffer, a tenté de contenir les tensions croissantes au sein de l'Alliance atlantique en rejetant les critiques américaines.

"Je ne vois pas d'alliance à deux vitesses, il y a une alliance", a-t-il dit. "Nous sommes 26 en Afghanistan."

Mais aucun pays n'a promis de renforts de taille à Vilnius et tous les yeux sont maintenant braqués sur le sommet de l'Otan qui se tiendra les 2 et 3 avril à Bucarest, où les dirigeants alliés devraient repenser la stratégie sur le terrain.

Jaap de Hoop Scheffer a tenté de minimiser les divisions, tout en reconnaissant qu'on était encore loin du compte même si la situation en Afghanistan s'est selon lui considérablement améliorée depuis que les taliban ont été chassés du pouvoir.

"Nous sommes sur la bonne voie, nous sommes prudemment optimistes, les défis subsistent", a-t-il estimé lors d'une conférence de presse. "En ce qui concerne la génération de forces, nous n'y sommes pas encore, je ne le nie pas."

RÉFLEXION EN FRANCE

Ainsi, l'Allemagne a annoncé mercredi qu'elle enverrait 200 hommes de plus dans le nord du pays, mais elle entend les cantonner dans cette zone calme en vertu du mandat voté par le Bundestag, sauf circonstances exceptionnelles.

"Je crois que nous faisons pleinement notre part du travail en Afghanistan", a estime le ministre allemand de la Défense, Franz Josef Jung, en rappelant que le contingent allemand était le troisième en importance au sein de l'Isaf.

La France a déjà renforcé sa présence grâce à l'envoi d'officiers chargés de l'armée afghane dans le sud du pays et une réflexion a été entamée pour aller plus loin, mais certainement pas dans les proportions demandées par Washington.

Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a ainsi démenti les rumeurs faisant état de l'envoi de 700 parachutistes français dans le Sud, en plus du contingent actuel.

"Ce que nous étudions, ce sont plusieurs hypothèses (...) dans le cadre d'une nouvelle reconfiguration de l'ensemble de l'effectif de l'Otan. Mais annoncer des chiffres pareils, c'est vraiment aller très vite en besogne", a-t-il déclaré.

Comme l'Espagne et l'Italie, la France estime qu'elle est présente sur de nombreux théâtres d'opérations dans le reste du monde, notamment en Afrique et au Kosovo.

Devant cette situation, Robert Gates a modéré ses critiques.

"Tout ce bruit autour des choses que j'ai écrites ou dites a été exagéré", a-t-il dit après la réunion en expliquant qu'il voulait surtout que les pays présents sur le terrain lèvent leurs réserves à l'envoi de leurs troupes dans des parties de l'Afghanistan où l'insurrection fait rage.

"Nous sommes réalistes à propos des politiques en Europe", a-t-il ajouté en se montrant optimiste. "Beaucoup ont des gouvernements de coalition ou minoritaires et ils ne sont simplement pas en mesure de faire certains choses."

Version française Natacha Crnjanski, Henri-Pierre André et Yves Clarisse

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3616
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 20:59

Voilà une question très complexe.

A notre niveau, nous serions tentés de dire, allons y tous ensemble pour leurs mettre une raclée à ces fanatiques meurtriers. Mais, est ce le bon choix.
Les Russes sont restés enlisés en Afghanistan pendant des années sans vraiment avoir le dessus.

Les américains sont restés au Vietnam et on connait la suite.

En Afghanistan, n'oublions jamais que ce sont des guerriers déjà mort qu'il faut combattre. Des guerriers envoyés soit disant par Dieu. Le combat sera toujours inégal.

Envoyer des troupes pour combattre qui, les Talibans ou l'industrie de guerre US et leurs gigantesques profit?????

La réponse selon moi est ailleur, pas par la voie diplomatique, celle-çi à plusieures fois échouée. La guerre en elle même, on voit bien que cela ne donne rien.

Il reste l'isolement total, boucler les frontières et instaurer un embargo total. Je sais c'est Hard mais la sécurité du monde en dépend, alors, je préfère le sacrifice d'un pays isolé que la vie de nombreux soldats qui devraient se battre et risquer de mourir pour une cause qui n'est pas la leurs : Le fanatisme divin fou.
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 21:27

Ouai, t'as raison Gérald, l'Afghanistan c'est un bourbier et les russes en savent quelque chose ! Et le pire c'est qu'à lépoque, c'était les ricains qui armaient les afghans !

Pour ce qui est de l'isolement total, avec le Pakistan qui est la base arrière des talibans c'est impossible hum

Le problème, c'est comment sortir de ce guêpier sans devoir foutre le camp et abandoner le pays aux talibans et autres extrémistes ?

scratch

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3616
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 21:36

C'est vrai, ce n'est pas simple.

Vois-tu, c'est parfois en discutant ainsi que des solutions sont trouvées.
Nos politiciens ont tellement la tête dedans qu'il ne voient plus l'évidence.
Exact pour la base arrière au Pakistan et Moucharaf est un pion des USA donc???????

Comme tu dis scratch scratch scratch scratch scratch
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3616
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 21:38

A propos, il y a Rambo 1 ce soir sur France 2 à 23 hr.
Rappelle toi, le n°3 se passait en Afghanistan.
On a rien inventé n'est ce pas ?
salut
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 32644
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   Dim 10 Fév 2008 - 21:52

Ah, Rambo l'arme absolue et seul en plus !

Plus sérieusement,
d'après la presse les français devraient bientôt envoyer 700 paras dans le sud de l'Afghanistan !?

---> http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/02/afghanistan-les.html

Si c'est le cas et que ça se passe mal, je me demande comment va réagir l'opinion publique ! Surtout que Sarko durant la campagne présidentiel disait que les troupes françaises n'avaient plus rien à faire là-bas !!!

Qu'en pense nos amis forumeurs français ?

salut

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Afghanistan - ISAF : les news   

Revenir en haut Aller en bas
 
Afghanistan - ISAF : les news
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 21Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13 ... 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Divers :: L'actualité internationale-
Sauter vers: