Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Kriegsmarine - Page 14 Bouton10  Kriegsmarine - Page 14 Goog_l10  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
199.99 € 299.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Kriegsmarine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17, 18  Suivant
AuteurMessage
Robert
ex Président d'honneur
ex Président d'honneur
Robert

Nombre de messages : 1110
Age : 91
Localisation : 1850 Grimbergen
Date d'inscription : 02/07/2010

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: l'Opération Otarie - 3 - Souvenisr pesonnels   Kriegsmarine - Page 14 EmptyVen 13 Mar 2020 - 18:13

Certain historiens ont dit que l'Opération Otarie était un leurre pour tromper Churchill et l'amener à négocier. Personnellement je ne penche pas pour cette version, en raison de ma biblioraphie et aussi des souvenirs personnels que je vais passer si vous le permettez. Je suis (hélas) assez agé pour avoir eu mon adolescence volée par les Allemands, que j'ai longtemps détesté avant de revenir à plus de paresse, sans pour aurant pardonner.
Nous sommes rentré, ma mère et moi dentre fuite vers le sud pour rester bloqués devant Dunkerque, dont j'aivu pendant des jours l long nuage de fumée noire que le vent de mer entainait vers l'intérieur du pays, par l'avance de Guderian qui avait atteint Abbeville avant nous. J'ai vu dans le beau ciel bleu le premier Spitfire venus protéger le rembarquement avec leurs dessous noir et blanc et leurs trainées blaches qui se mêlait à celle des 109. Un soldat belge voisin demon refuge m'a dit que c'était des Canariens. Il se trompait ,bien plus tard après la guerre en faisant des maquette les informations m'ont dit que c'était un signa de reconnaissant de tous les chasseurs qui défendaient la côte de laManche. Rentrés à Bruxelles au début juin,
j'ai eu au début août voir rentrer mon pères qui était officier de réserve à la maison. Il acru qu'il avait été libéré de son Oflag parceque , né à Zuen, les Allemands croyaient qu'il était flamand, ce qui était inexact comme je l'ai appris après la guerre mais parcequ'il était fonctionnaire la SCNB dont la majorité on été libérés parceque les allemands voulaient remetre en marche la SNCB.
Mon père était farouchement anti nazi. Nous avons suivi ensemble ce que nous pouvions trouvé sur la BBC (écoute interdite) ou la Radio suisse Sottens. Comme nous habitions non loin de l'aérodrome d'Evere alors occupé par la Luftwaffe nous étions certains soirs, ou nuits, réveillés par Flk sur les attaquants anglaise avec tut un feu d'artifice d'explosins d'obus et de longues trainées de balles traçantes blanches et rouges. Un soir mon père ma dit " Les Allemands ne gagneront pas la guerre, leur marine est bien trop forte et leurs amis Américains ne les laisserons jamais tomber) Je n'ai JAMAIS oublié cette remarque.
n peut dire que si une bonne partie de la population pensait les Allemands vaiqueurs, la grande majorité des gens étaient anti boche, comme on les appellait alors. Pendant la préparation del'opération Otarie des tas de bobards circulaient de part et s'autres. Ceratins disaient même que les anlgais avaient dun sorrte d'arme secrtte, des tuyaux qui allaient sur certaines lages et qu'il povaient allumer pour en faire des grand lance flammes et même de l'esscence plus lègère que l'eau elle flottait et brulait en surface. On entendait aussi parler des attaques de nuit sur Zeebrugge et Ostende.
J'ai eu en son tempsnune photo et une petite documentation technique sur un char de combat Mk 3 amphibie aux essais sur une plage de la mer du Nord. Merci d'avance à l'ami qui en aurait une ou une documentation sur la bête. J'ai appris bien après la guerre que ce type de char avair été utilisé le 22 juin 1941 pour l'attaque surprisede l'Opération Barbarossa à la frontière russo-polonaise. Il reste certain que la bataille d'Angleterre fut terminée en octobre 1940 et que l'opération fut remise, c'est peut être ce qu a fait croire à certain qu'elle n'était qu'un leurre et a cemoment elle était destinée à tomper lkes Russes su les intentions d'Hitler à leur sujet
Revenir en haut Aller en bas
Chris 6030
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
Chris 6030

Nombre de messages : 776
Age : 70
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 19/12/2019

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptySam 14 Mar 2020 - 0:15

super Robert ta jeunesse de guerre et l’épopée vécue avec tes parents, une jeunesse en danger qu’on ne souhaite pas à ses enfants. salut
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
calamar1942
Amiral
Amiral
calamar1942

Nombre de messages : 7945
Age : 78
Localisation : Espagne,spanje,empuriabrava
Date d'inscription : 01/11/2009

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptySam 14 Mar 2020 - 10:35

merci Robert
Revenir en haut Aller en bas
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 5962
Age : 77
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptySam 14 Mar 2020 - 12:14

super

Bonjour Robert.

Ca m'a beaucoup plu, ton témoignage, pris à vif.
Merci d'avoir bien voulu faire notre, cette page de ton histoire ; ...de l'histoire.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
Bosco
Amiral
Amiral
Bosco

Nombre de messages : 3221
Age : 70
Localisation : Dinant (Bel)
Date d'inscription : 28/06/2007

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptySam 14 Mar 2020 - 13:11

Malgré qu'il était notre ennemi à l'époque, je trouve que l'Amiral Dönitz était un fin stratège

Kriegsmarine - Page 14 Amiral10

Karl Dönitz (prononcé, en allemand, [ˈdøː.nɪts] Écouter), né le 16 septembre 1891 à Berlin-Grünau, mort le 24 décembre 1980 à Aumühle, Schleswig-Holstein, est un Großadmiral allemand, qu'Adolf Hitler désigna par testament comme son successeur à la tête du Troisième Reich.

Karl Dönitz est honoré du titre de grand-amiral dans l'Allemagne nazie, bien qu'il n'ait adhéré que tardivement au parti national-socialiste1. Il est le commandant en chef des sous-marins (Befehlshaber der Unterseeboote) de la Kriegsmarine pendant la première partie de la Seconde Guerre mondiale. Sous son commandement, la flotte des U-Boote participe à la bataille de l'Atlantique, en essayant notamment de priver le Royaume-Uni des approvisionnements indispensables venant des États-Unis et d'ailleurs. Début 1943, il succède au grand-amiral Raeder à la tête de la Kriegsmarine. Il devient enfin pendant vingt-trois jours président du Reich dans le gouvernement de Flensbourg, après le suicide d'Adolf Hitler et conformément au testament politique de ce dernier.

Après la guerre, il est condamné lors du procès de Nuremberg pour crimes de guerre et est emprisonné dix ans pour sa participation à la guerre sous-marine illimitée menée par l'Allemagne.

Kriegsmarine - Page 14 Amiral11

Entrée dans la Marine
Il est admis le 1er avril 1910 dans la Marine impériale qui s'ouvre, contrairement à l'armée de terre dont l'encadrement est majoritairement assuré par des Junkers, aux fils de la classe moyenne qui veulent devenir officiers. Il commence sa formation sur le SMS Hertha. C'est ici qu'il rencontre le lieutenant de vaisseau Wilfried von Loewenfeld (de) qui l'aidera plus tard dans sa carrière3. Il est ensuite aspirant à l'école navale de Flensbourg et navigue sur le petit croiseur SMS Breslau d’octobre 1912 à l'automne 1913. Il y devient officier de transmission. Le SMS Breslau rallie en novembre 1912 la division de la Méditerranée pour défendre les intérêts allemands lors du soulèvement qui venait de se produire en Albanie. Il participe au blocus de Scutari avec la marine anglaise. Ensuite Dönitz continue son service sur le SMS Breslau, où il se trouve lorsque parvient la nouvelle de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo. Dönitz fait partie de la jeunesse allemande marquée par la Weltpolitik et les plans de Tirpitz, et a un rapport particulier à l'Angleterre, qu'il voit comme une rivale, et qu'il regarde parfois avec admiration.

Première Guerre mondiale

Oberleutnant zur See Karl Dönitz, officier de quart sur le U-39, vers 1917.
Jeune officier de la Kaiserliche Marine pendant la Première Guerre mondiale, il sert sur le croiseur SMS Breslau en Méditerranée, puis dans les Dardanelles et en mer Noirea et les flottes anglaise et française. Dönitz est l'un des officiers du Korvettenkapitän von Klitzing (de), puis du capitaine de corvette Wolfram von Knorrb qui le choisit comme adjoint4, remarquant ses compétences.

À partir d'octobre 1916, il rentre en Allemagne, où il est affecté à la nouvelle arme sous-marine. Il passe quelques mois à bord du U-39 (en) au sein duquel il effectue cinq patrouilles entre janvier et décembre 1917. Il prend ensuite le commandement du UC-25 avec lequel il effectue deux patrouilles entre mars et septembre 1918 et coule quatre navires.

Le 5 septembre 1918, il est nommé commandant du UB-68 (en), qu'il est contraint de saborder le 4 octobre 1918. Fait prisonnier, il est emmené en détention à Malte5 où il reste prisonnier de guerre chez les Britanniques jusqu'à sa libération en juillet 1919. Il retourne en Allemagne vers 1920.

Un stratège visionnaire de l'entre-deux-guerres
Avant le second conflit mondial, Karl Dönitz publia un livre Die U-Boot Waffe (l'arme sous-marine) dans lequel il insista pour convertir la flotte de surface presque entièrement en une grande flotte de sous-marins. Il défendit la stratégie de n'attaquer que la marine marchande, cible moins dangereuse que les grandes flottes cuirassées de l'Empire britannique. Il mit en avant que la destruction de la flotte de pétroliers priverait la Royal Navy de son carburant pour approvisionner ses navires, ce qui serait finalement aussi efficace que de les couler. Durant la montée au pouvoir d'Adolf Hitler, il se montra d'abord méfiant, comme une grande partie de la marine, très influencée par les Junkers et attachée à l'Empire. Il fut assez vite conquit par l'éloquence de celui-ci, qu'il voyait comme l'homme qui pourrait restaurer la grandeur de l'Allemagne, et devint un acteur majeur de la politique militaire du führer.

Seconde Guerre mondiale
Au début de la Seconde Guerre mondiale, quand le Royaume-Uni se trouva seul face à l'Axe, Dönitz calcula que s'il coulait 500 000 tonnes de navires marchands britanniques, le Royaume-Uni ne pourrait tenir bien longtemps sachant qu'il ne pouvait fabriquer que 1 500 000 tonnes de navires par an[réf. nécessaire] et que Roosevelt avait déjà fourni à Churchill plus de 50 destroyers jugés démodés par le Congrès. Les destroyers étaient bien les adversaires des sous-marins que craignait l'amiral, car ils se moderniseraient vite et limiteraient progressivement l'efficacité des U-Boots.


Karl Dönitz à Saint-Nazaire en juin 1941, à l'arrivée du U-Boot U-94 de retour de mission.
Malgré l'entrée en guerre des États-Unis, Dönitz continua de détruire une bonne partie des convois de l'Atlantique car ceux-ci étaient mal protégés. Plusieurs U-Boote patrouillèrent même près de la Floride et coulèrent un liberty ship devant des milliers de baigneurs près d'une plage. Il affirma qu'avec une flotte de 300 des nouveaux U-Boote type VII, l'Allemagne mettrait le Royaume-Uni « sur la touche ».

Afin de neutraliser et accabler les vaisseaux d'escorte, les destroyers de plus en plus redoutables, soutenus par l'aviation embarquée sur les porte-avions, il imagina une nouvelle tactique, l'attaque groupée en meute ou Rudeltaktik (en anglais Wolfpack).

À l'époque beaucoup pensaient, en Allemagne, que cette stratégie était une marque de faiblesse, y compris son supérieur hiérarchique, le grand-amiral Erich Raeder. Les deux s'opposèrent constamment pour les priorités budgétaires. Raeder avait pourtant une attitude assez pessimiste ; il ne croyait pas, par exemple, que les cuirassés, navires de prestige, étaient vraiment utiles vu leur faible nombre comparativement avec la flotte britannique. Il aurait notamment déclaré que tout ce que les cuirassés pouvaient faire était de mourir vaillamment. Dönitz n'avait pas un tel fatalisme, car il pensait que l'attaque des convois de munitions et de pétrole en route vers Mourmansk au large de l'Île aux Ours et le cap Nord serait une occasion à saisir pour les grands navires de surface basés dans les fjords de Norvège.


Karl Dönitz en 1943.
L'intervention de l'aviation dans la lutte anti-sous-marine (ASM) fera bientôt une hécatombe d'U-Boote.

Commandant en chef, marine de guerre allemande, 1943 à 1945
Le 30 janvier 1943, Dönitz remplace Raeder comme Oberbefehlshaber der Kriegsmarine, commandant en chef de la Kriegsmarine, et à la tête de l'Oberkommando der Marine, le haut commandement de la marine allemande ; il est alors promu Großadmiral.

Transformant la marine en bastion nazi, il est sensible au bien être des marins qu'il a sous ses ordres6.

En 1943, la guerre de l'Atlantique prit un tournant défavorable, les Allemands accumulant les pertes de sous-marins et d'équipagesc. Dönitz continuait cependant à pousser à la construction de U-Boote et à la poursuite des améliorations techniques. À la fin de la guerre, la flotte allemande de sous-marins était de loin la plus avancée du monde et les modèles Unterseeboot type XXI servirent de modèle pour les sous-marins soviétiques et américains d'après-guerre. Il tente ainsi de faire de la marine une armée animée par la volonté de vaincre les ennemis du Reich, ou, à défaut, de se battre jusqu'à la dernière extrémité7.

Il adhère formellement au parti nazi au début de 19441.

Peu de temps avant l'attentat du 20 juillet 1944, ses pouvoirs sur la Marine sont encore renforcés, car il est responsable pour cette dernière de la mobilisation idéologique, à l'ordre du jour durant le début de l'été 1944 : il parvient ainsi à éviter que les compétences de Himmler dans ce domaine concernent la marine de guerre8.

Au cours de l'été 1944, puis lors de la fermeture de la poche de Courlande, il défend l'opportunité de maintenir une présence militaire du Reich dans les pays baltes pour des raisons économiques : à cette date, la poche non seulement joue un rôle dans la sécurisation des voies de communications maritimes au départ des pays riverains de la Baltique, vitaux pour l'économie du Reich9 (fer suédois, nickel finlandais, huile de schiste estonien), mais est aussi pensée comme une base d'entraînement pour des nouveaux sous-marins destinés à renverser le cours de la guerre9. Ainsi, le ravitaillement des poches allemandes le long des côtes de la mer Baltique (en Courlande et dans le Reich, à partir de la mi-janvier 1945) constitue sa principale priorité : le 22 janvier, Hitler lui donne même son accord pour évacuer les civils par la mer uniquement si cela ne gène pas les unités combattantes ; de plus, au cours de cette rencontre, Hitler et lui s'accordent pour réserver les réserves de charbon en priorité aux opérations militaires10.

Nazi radicald, partisan jusqu'au-boutiste de la guerre contre l'Union soviétique10, admiré pour cela par Bormann (qui fait suivre ses rapports de situation aux Gauleiter12), soutien fidèle de Hitler (malgré ses affirmations d'après-guerre10), il joue un rôle dans la répression du complot du 20 juillet, en prononçant un discours de soutien au régime le soir du jour de l'attentat13. Au cours des premiers mois de l'année 1945, il justifie sa volonté de poursuivre le conflit par un net antibolchevisme, fortement teinté de racisme anti-slave et par une anglophobie prononcée12. Ce jusqu'au-boutisme s'exprime jusque dans les dernières semaines du conflit, dans le courant du mois d’avril 1945 : le 7 avril, dans un ordre du jour aux unités placées sous ses ordres, il rappelle la nécessité de la résistance à outrance, le 12 avril, il rejoint Hitler dans son obsession de la lutte contre l'ennemi bolchevique (il promeut à un poste d'autorité lors de son retour, un soldat prisonnier, coupable d'avoir assassiné des prisonniers communistes en Australie14), et se place dans la perspective d'une lutte à outrance, seule solution contre le chaos qui menacerait le Reich15. Lors d'une des premières réunions avec des Gauleiter du Nord du Reich, le 25 avril, à la question de l'opportunité de déposer les armes, dans l'intérêt du peuple, il rappelle les prérogatives de Hitler dans ce domaine, tout en manifestant sa volonté de se conformer à ses ordres16.

Le 15 avril 1945, il reçoit délégation de pouvoirs de Hitler pour assumer la responsabilité de la défense allemande dans le Nord du Reich, si ce dernier venait à être coupé en deux, hypothèse plus que vraisemblable à cette date17.

Successeur désigné par Hitler

Dönitz saluant Hitler dans son bunker, en 1945.
Dans les derniers jours d'avril, replié à Plön, Dönitz prend de nombreuses dispositions pour permettre au Reich de continuer de se battre le plus longtemps possible18, voyant arriver à lui, dans les derniers jours précédant l'encerclement de Berlin, les services de l'OKW, et certains ministres du Reich19. Ce point de ralliement devient l'un des centres de pouvoir au sein d'un Reich alors en pleine implosion, avec de multiples centres de pouvoirs ayant hérité de parcelles du pouvoir centralisé19.

Dans son testament final du 29 avril 1945, Hitler choisit Dönitz, fidèle soutien y compris dans la dernière semaine du conflit20 comme son successeur au poste de président du Reich et donc nouveau Führer, montrant à quel point il était devenu suspicieux à l'encontre de Göring et d'Himmler. Informé par Bormann le 30 avril en fin d'après-midi que Hitler l'avait désigné par testament pour lui succéder21, avant de se suicider le lendemain (alors qu'il venait de lui adresser, dans la matinée, un message de soutien22, Bormann lui confirme que le testament de Hitler entre en vigueur21), Dönitz dirige alors un gouvernement provisoire connu sous le nom de gouvernement de Flensbourg, dirigé par Goebbels (jusqu'au 1er mai), puis par Schwerin von Krosigk (jusqu'au 23 mai).

Président du Reich (du 1er au 23 mai 1945)
En accord avec son serment de fidélité, il s'était opposé à toute sortie du conflit contre l'avis de Hitler ; une fois celui-ci disparu, il estime disposer de l'autorité pour en négocier une avec les puissances occidentales21, comme en dispose sa proclamation du 1er mai23. Cette politique l'incite à se rapprocher des alliés occidentaux pour tenter d'entrevoir les redditions que ces derniers pourraient accepter23.

Dönitz — seule solution de rechange aux yeux de Hitler après les trahisons et les démonstrations d'incapacité de Himmler et Göring, apprécié par le Führer, ayant fait preuve d'une fidélité à toute épreuve, même dans la défaite — est nommé président du Reich par le testament du 29 avril 194524.

À peine nommé, il met en place son propre cabinet, constitué le 5 mai : dans ce dernier, certains responsables désignés par Hitler sont écartés, tandis que des SS de haut-rang, ainsi que Keitel et Jodl, marquent par leur présence la continuité avec le passé25.

Dönitz consacre son énergie à ce que les troupes allemandes se rendent aux Alliés occidentaux et non aux Soviétiques, avant tout pour que les prisonniers allemands soient traités selon les conventions internationales, et non massacrés ou déportés en Sibérie. Peut-être songe-t-il déjà donner à l'armée allemande une place importante dans le futur affrontement entre l'Occident et l'URSS qu'à l'instar de Hitler il espérait. Ainsi, le 2 mai, il définit sa politique : négocier la paix à l'Ouest et diriger tous les moyens disponibles vers l'est, pour permettre à un maximum d'Allemands de se trouver dans les zones contrôlées par les Alliés occidentaux26.


Le 23 mai 1945, Dönitz s'avançant en compagnie de soldats britanniques est en état d’arrestation ; il est suivi des ministres du gouvernement de Flensbourg, Jodl (en uniforme à gauche) et Speer (en tenue civile derrière Dönitz), qui viennent également d’être arrêtés.
En accord avec ses projets de négociation de paix séparée, le 4 mai, il ordonne aux sous-marins, à la grande incrédulité de leurs équipages, de cesser la guerre sous-marine et de se constituer prisonniers des Alliés27. Il est conforté dans ses vues par les redditions partielles de l'armée de Wenck, de celle de Buße, du groupe d'armées G et des troupes stationnées en Italie28.

Pendant les huit jours précédant la capitulation, Dönitz emploie la marine à évacuer le maximum de réfugiés allemands fuyant l'avancée de l'Armée rougee: il s'agit de l'opération Hannibal. Il fait aussi en sorte que le maximum de soldats soient ramenés vers le front occidental, afin qu'ils tombent entre les mains des Anglo-Américains plutôt que des Soviétiques : cette tactique permet de ne laisser à l'Armée rouge que le tiers du total des prisonniers allemands, alors que le front de l'Est mobilisait depuis 1941 la majorité des forces terrestres du Reich29. Ainsi, ces atermoiements entre le 4 et le 7 mai sont en réalité motivés par sa volonté de négocier le passage derrière les lignes américaines du maximum d'unités et de soldats allemands30 : la date d'effet de la capitulation de Reims, le 9 mai à 0 h 1 (heure de Londres), est fixée après l'accord de Dönitz. Il tente alors d'organiser la retraite vers l'ouest des forces stationnées en Tchécoslovaquie, mais se heurte à la désorganisation des zones tenues par les Allemands en raison de l'insurrection de Prague et de la rapidité de l'avance soviétique en Bohême31.

Mais dans le même temps, Dönitz ordonne aux tribunaux militaires et aux commandos de la marine d'exécuter sommairement les jeunes soldats allemands qui osent déserter un combat sans espoir, dans le droit fil des pendaisons de civils défaillants pratiquées par les SS au cours des récentes batailles de rues de Vienne et Berlin.

Le 5 mai, il fait capituler les armées de l'Ouest à Lüneburg devant les forces du général Montgomery. Mais allant à l'encontre de ses espoirs de paix séparée, les Alliés n'en continuent pas moins d'exiger une capitulation globale et inconditionnelle. À contre-cœur, Dönitz envoie le général Jodl signer celle-ci à Reims le 7 mai, acte confirmé le lendemain à Berlin par le chef du Haut commandement de la Wehrmacht, le Generalfeldmarschall Keitel.

S'il finit par révoquer officiellement Himmler (qui s'efforçait de négocier une reddition en son nom propre) le 5 mai, il ne dissout ni les SS ni le NSDAP. Les portraits de Hitler restent accrochés aux murs du gouvernement de Flensburg jusqu'à sa dissolution le 23 mai, et le salut nazi reste en vigueur sauf dans l'armée, où il est abandonné dès le 3 mai, malgré les consignes de certains commandants, par exemple Lindemann, commandant les unités stationnées en Norvège24. Quelques jours après la capitulation, pour sauver l'existence du gouvernement de Flensburg, Dönitz publie un communiqué exprimant son horreur des camps de concentration, mais rejette les fautes du régime hitlérien sur les seuls SS, et exonère les forces militaires traditionnelles de toute complicité. En réalité, ces dernières s'étaient rendues également coupables de nombreux crimes tout au long de la guerre.

Le 23 mai, Dönitz est finalement arrêté en même temps que ses ministres Alfred Jodl et Albert Speer. La dissolution de son gouvernement met un point final à l'existence du IIIe Reich. L'Allemagne est alors placée sous le régime de l'occupation militaire avec à sa tête un Conseil de contrôle allié qui assure l'administration du territoire.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 5962
Age : 77
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 9:27

super

Bonjour et merci, "Bosco".
Captivant !
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
Chris 6030
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
Chris 6030

Nombre de messages : 776
Age : 70
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 19/12/2019

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 10:19

super Merci Bosco. J’ai vu Dönitz en vrai en 1973. Ma marraine m’avait offert une croisière sur le Rhin pour ma fin d’univ.
Arrêt en fin de croisière au Drachenfeld pour la visite du château. A la sortie nous prenons un verre en terrasse dans une taverne voisine. Une table de quelques personnes retient l’attention des allemands présents, photos, poignées de mains. Je demande au patron qui sont ces personnes(je ne reconnais aucune célébrité du cinéma ou autres), il me dit c’est l’Amiral Dönitz !! Petit, mais imposant, je n’ai pu qu’observer cette personne en mesurant, malgré ma famille de résistants, son passé de grand marin et son importance dans la hiérarchie nazie. J’ai lu plus tard qu’il vivait retiré, pas ce jour là en tout cas. Deux rencontres allemandes m’ont marqué, celle-ci et l’acteur Kurt Jurgens dans un vol Paris/Londres.
Amitiés Chris**

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
calamar1942
Amiral
Amiral
calamar1942

Nombre de messages : 7945
Age : 78
Localisation : Espagne,spanje,empuriabrava
Date d'inscription : 01/11/2009

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 10:54

merci Bosco thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Archer
Amiral
Amiral
Archer

Nombre de messages : 10828
Age : 71
Localisation : LIEGE
Date d'inscription : 09/03/2012

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 11:02

super super

_________________
Laurent
 
---> voir ma présentation
 
Que celui qui n'a jamais bu me jette la première bière.
Une vie saine, au grand air et des rêves plein les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://poupousse1511@gmail.com
Robert
ex Président d'honneur
ex Président d'honneur
Robert

Nombre de messages : 1110
Age : 91
Localisation : 1850 Grimbergen
Date d'inscription : 02/07/2010

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: amiral Dönitz   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 11:57

merci Très intéressant message. Avec mes amitiés. Robert
Revenir en haut Aller en bas
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
SCHOETERS CHRISTIAN

Nombre de messages : 6532
Age : 65
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 12:02

Salut Chris

karl Dönitz en 1975

Kriegsmarine - Page 14 90-11010
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Chris 6030
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
Chris 6030

Nombre de messages : 776
Age : 70
Localisation : Charleroi
Date d'inscription : 19/12/2019

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 12:58

Bonjour Christian merci pour la photo. Elle est tout à fait semblable à ce que j’ai vu. Tu remarques le regard. Il en impose encore en 75 !! Smile affraid
Amitiés et je ne cesse de dire prudence à tous nos matafs et leurs proches.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Robert
ex Président d'honneur
ex Président d'honneur
Robert

Nombre de messages : 1110
Age : 91
Localisation : 1850 Grimbergen
Date d'inscription : 02/07/2010

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Opération Otarie : Encore un petit intermede RAF   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 17:35

Dans la nuit 12 août 1940 deux Squadron de la RAF se distinguèrent encore. Cette fois ce fut l'important canal Dortmund - Ems, par où transitaient de nombreuses barges du Rhin pour le débarquement et aussi du ravitaillement. Un écluse avait déjà eté attaquée mais n'avait été complètement mise hors service et permettait encore le passage, bien que ralenti. L'écluse était contrournée par un bras du canal qui passait sur un très large aqueduc permettant le pssage de certaines péniches. C'est cet aqueduc qui fut attaqu par le Squadron 49, et encore un Hamoden du Bomber Command, ce qui montre bien l'activité des bombardiers.du Bomber Command. L'approche du viaduc située dans ne vallée était spécialement de Flak de divers calibres. Le premier Hamden fut abattu en flamme et s'écrasa au sol. Celui qui le suivait, piloté par le Flight Lieutenant Roderick"Babs" Learoyd, n'hésita pas à le suivre et à repasser une deux ième fois parceque son premier passage n'était pas bien axe. Cette fois les bombes atteiignirent leur bombes démolirent une arche de 'aqueduc ce qui exigea un moispourr le réparer. L'avion de Learoyd était percé comme un écumoire, mais heureuseent comme par miracle sans blessé dans l'équiage. Learoyd avait encore assez de carburant pour orbiter sa bas pour attende le premuières lueurs de l'aube pour fair un atterrissage moins risqué. Il fut lui aussi décoré de la troisième des VC attribuées à des pilotes de la RAF pendant la bataille d'Angleterre. Je terminerai ces intermedes par une petite réflexion de général von Rundstedt après la dfaite de la Whermacht, alors prisonnier en Angleterre. Les Soviétiques avaient demandé de pouvoir l'interroger. A la question "Quelle fut la bataille la plus décisive de la guerre. Ils s'attendaient à "Stalingrad", mais à la grande surprise de tous, ce fut "la bataille d'Angleterre" . Une bataille aérienne ne gagne pas une guerre, mes ses effets peuvent faire évoluer toute un stratégie comme ce fut le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Robert
ex Président d'honneur
ex Président d'honneur
Robert

Nombre de messages : 1110
Age : 91
Localisation : 1850 Grimbergen
Date d'inscription : 02/07/2010

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Opération Otarie   Kriegsmarine - Page 14 EmptyDim 15 Mar 2020 - 17:46

Voici une vue de barges amarrée dans un bassin du port de Dunkerque aaprès son nettoyage
Kriegsmarine - Page 14 Barges10
Revenir en haut Aller en bas
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
SCHOETERS CHRISTIAN

Nombre de messages : 6532
Age : 65
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 EmptyLun 16 Mar 2020 - 6:58

Salut Robert
et les amis


Kriegsmarine - Page 14 Wing_c10
Flight Lieutenant Roderick

Née
 5 février 1913  Folkestone , Kent  

Décédés
24 janvier 1996 (82 ans)  Rustington , West Sussex

Learoyd a décidé de rejoindre la Royal Air Force (RAF) et a été accepté en mars 1936. Il a pris une courte commission de service et a été nommé officier pilote par intérim le 18 mai 1936.
Il a été affecté au 49e Escadron , Bomber Command équipé de Hawker Hinds à RAF Worthy Down , et a été reclassé et confirmé officier pilote le 23 mars 1937.
En mars 1938, le 49e Escadron déménage à Scampton et devient le premier escadron de la RAF à se rééquiper avec le nouveau bombardier Handley Page Hampden .  Learoyd a été promu officier de vol le 23 décembre 1938 .

Opérationnel depuis le début de la Seconde Guerre mondiale , le 3 septembre, six Hampdens du 83e Escadron et trois du 49e Escadron (y compris Learoyd) ont quitté Scampton pour une sortie de "reconnaissance armée" au-dessus de la mer du Nord.
Au cours des dix mois suivants, Learoyd a participé à 23 autres bombardements et était lieutenant d'aviation par intérim lorsque l'acte suivant a eu lieu pour lequel il a reçu le Victoria Croos, publié au Journal officiel le 20 août 1940.


Le 12 août 1940, onze Hampdens - six de l'escadron n ° 49, cinq de l'escadron n ° 83 - furent détruits pour détruire l'ancien aqueduc transportant le canal sur la rivière Ems, au nord de Münster .
 Le Capitaine d'aviation Learoyd était l'un des pilotes informés pour bombarder.
 Learoyd a été nommé pilote du Hampden P4403, "EA-M", et son équipage était composé du sous- lieutenant d'aviation John Lewis (observateur), du sergent Walter Ellis (opérateur sans fil-mitrailleur) et du pilote d' aviation William Rich (mitrailleur ventral).  

Parmi les autres Hampdens qui ont commis l'attaque cette nuit-là, deux ont été détruits et deux autres ont été gravement touchés.  Le capitaine d'aviation Learoyd a pris son avion dans la cible à seulement 150 pieds, dans le plein éclat des projecteurs et du barrage anti-éclats tout autour de lui.  Après avoir commencé son bombardement, l'avion de Learoyd a été gravement endommagé, y compris un système hydraulique rompu, ce qui a entraîné des volets d'aile inutilisables et un train de roulement inutile.
Les dommages aux ailes, bien que graves, avaient heureusement manqué les réservoirs d'essence des ailes.
 Malgré ces dégâts, les bombes ont été dûment larguées et Learoyd a réussi à ramener son avion paralysé en Angleterre où il a décidé qu'un atterrissage de nuit serait trop dangereux pour son avion paralysé et a donc encerclé la base jusqu'au premier feu, pour finalement atterrir en toute sécurité sans blesser son l'équipage ou d'autres dommages à son aéronef.

La Croix de Victoria a été décernée lors d'une investiture le 9 septembre 1940, date à laquelle Learoyd, a décollé des opérations et a été promu lieutenant d'état-major [5] , agissait temporairement comme assistant personnel du maréchal en chef de l'Air, Sir Sir Robert Brooke-Popham .


Kriegsmarine - Page 14 Hampde10
Kriegsmarine - Page 14 E5619b10
Kriegsmarine - Page 14 Unname23

.  Après avoir survécu à la guerre, Learoyd est retourné à la vie civile, d'abord en tant que pilote VIP puis en tant que directeur des ventes à l'exportation dans l'industrie automobile.
 Il est resté dans les réserves de la RAF jusqu'au 9 février 1958, date à laquelle il a pris sa retraite avec le grade de commandant
d'escadre .  
Sa Victoria Croos est exposé dans la Galerie Lord Ashcroft à l' Imperial War Museum , Londres.
Kriegsmarine - Page 14 61xyjg10


Kriegsmarine - Page 14 46163810
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




Kriegsmarine - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Kriegsmarine   Kriegsmarine - Page 14 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Kriegsmarine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les autre Marines - Andere Marines - Other Navies :: Les marines de guerre en 1939 - 45-
Sauter vers: