www.belgian-navy.be
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  les derniers chantiers navals belges sont en faillite Bouton10  les derniers chantiers navals belges sont en faillite Goog_l10  
Le deal à ne pas rater :
Logitech Souris Gamer G502 Hero + Tapis de souris G240
39.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 les derniers chantiers navals belges sont en faillite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shrek
Amiral de division
Amiral de division
shrek

Nombre de messages : 1542
Age : 58
Localisation : Dinant
Date d'inscription : 19/11/2007

les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty
MessageSujet: les derniers chantiers navals belges sont en faillite   les derniers chantiers navals belges sont en faillite EmptyVen 28 Jan 2022 - 5:06

mauvaise nouvelle pour ce secteur de la marine fluviale, et dire qu'ils ont fabriqué de magnifiques petits bijoux qui naviguent encore un peu partout en Europe, notamment sur la Seine et le Rhin

situation désespérante alors qu'ils auraient des contrats Crying or Very sad

article de l'Avenir :

Les banques refusent de suivre Meuse et Sambre. Le seul constructeur de bateaux du pays ne manque pourtant pas de contrats. 70 emplois sont menacés.

C’est une entreprise unique en Belgique qui vit les heures les plus sombres de son histoire. Le chantier naval Meuse et Sambre, fondé en 1906, a été déclaré en faillite ce vendredi matin par le tribunal de commerce de Namur. La société, dont le siège a déménagé de Beez à Seilles en 2020, était en procédure de réorganisation judiciaire depuis un mois. "On espérait une prolongation d’un mois, avec toujours l’espoir d’une reprise, explique Catherine Margraff, permanente syndicale CSC Metea. Une offre était sur la table mais le tribunal estime qu’elle ne tient pas la route." Le sort des 70 travailleurs est désormais entre les mains d’un curateur désigné. "S’il y a une reprise, on ne pourra pas certainement pas garder tout le monde", regrette la syndicaliste qui souligne le savoir-faire de "ces amoureux des bateaux. Dans des conditions parfois rudes. C’est un métier particulier qui exige des compétences de plus en plus rares."

Et d’ajouter que si le dernier constructeur et réparateur de bateaux du pays cesse de prester, c’est tout le secteur fluvial et maritime qui va se mettre à tanguer. "Que vont faire les bateliers? s’interroge Catherine Margraff. C’est comme si l’on fermait les garages alors qu’il y a plein de voitures sur les routes." La CSC indique vouloir mettre tout en œuvre pour valoriser les compétences des travailleurs dont la rémunération sera gelée dès février. Soit d’ici une poignée de jours. "On a besoin d’un investisseur, explique la permanente. Mais on a aussi besoin d’un vrai manager. M. Lallemand est un gentil monsieur qui est aussi un amoureux des bateaux mais ce n’est pas un manager."

Des contrats mais pas de garantie bancaire
Éric Lallemand ne serait donc pas la figure de proue dont le chantier naval a besoin pour affronter les vagues du monde de l’entreprise. Ce dernier explique pourtant que Meuse et Sambre ne s’est jamais aussi bien porté depuis 2017. "On a un carnet de commandes qui n’a jamais été aussi bien fourni. Nous avons un contrat pour la construction de deux bateaux passagers à destination de la région d’Auvergne-Rhônes-Alpes pour plus de 6 millions€. À cela s’ajoute la construction de 14 barges pour une société anglaise. Cinq ont déjà été livrées."

De belles perspectives contrecarrées par le manque de liquidité. "Pour le projet de Montélimar, on aurait besoin d’une garantie bancaire de 540 000€. Mais les banques refusent de nous soutenir, indique le directeur général. L’activité est pourtant profitable."

Éric Lallemand garde cependant espoir et laisse entrevoir l’arrivée d’un investisseur providentiel. "Il y a l’une ou l’autre piste", assure-t-il. Désireux de montrer que le bateau n’a pas encore définitivement sombré, il a d’ailleurs demandé à ses hommes d’être au poste ce lundi dans chacun des quatre sites que compte l’entreprise, à Seilles, à Beez, à Liège et à Charleroi.


lien : https://www.lavenir.net/cnt/dmf20220128_01658063/le-chantier-naval-en-faillite-a-seilles-une-vague-de-licenciements-a-l-horizon/?utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=regions_namur&utm_content=spotlight&M_BT=3112017817
Revenir en haut Aller en bas
I.Wertz
Second Maître
Second Maître
I.Wertz

Nombre de messages : 114
Age : 78
Localisation : Waterloo
Date d'inscription : 14/10/2021

les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty
MessageSujet: Re: les derniers chantiers navals belges sont en faillite   les derniers chantiers navals belges sont en faillite EmptyVen 28 Jan 2022 - 6:29

C’est pénible de lire ça et je suis convaincu qu’il y a des magouilles de la part de puissants investisseurs pour arriver à s’approprier une firme qui a beaucoup de potentiels pour un prix minable.
Revenir en haut Aller en bas
le Baron
Amiral de division
Amiral de division
le Baron

Nombre de messages : 1581
Age : 57
Localisation : Liège (Bel)
Date d'inscription : 17/08/2007

les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty
MessageSujet: Re: les derniers chantiers navals belges sont en faillite   les derniers chantiers navals belges sont en faillite EmptyVen 28 Jan 2022 - 7:21

Cockerill et Boel ont fermé pour les mêmes raisons, avec des carnets de commande pourtant pleins.

La Belgique est un pays de cons.

L'Etat pourrait s'engager comme garantie pour ce prêt bancaire, mais comme ils ne l'avaient déjà pas fait pour Cockerill et Boel...

Par contre, dès qu'une banque tousse, l'Etat court à son chevet.

Pas grave, on ira faire construire nos péniches en Pologne...
Revenir en haut Aller en bas
Archer
Amiral
Amiral
Archer

Nombre de messages : 20643
Age : 74
Localisation : LIEGE
Date d'inscription : 08/03/2012

les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty
MessageSujet: Re: les derniers chantiers navals belges sont en faillite   les derniers chantiers navals belges sont en faillite EmptyVen 28 Jan 2022 - 9:33

Comme d'habitude, où nos gros bonnets n'ont pas des actions ou des dessous de table, ils laissent tomber vu que cela ne leur rapporte rien. Comme l'État est avec eux, il ferme les yeux. Raz le bol de ces magouilles.

_________________
Laurent
 
---> voir ma présentation
 
Que celui qui n'a jamais bu me jette la première bière.
Une vie saine, au grand air et des rêves plein les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://poupousse1511@gmail.com
bobo
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
bobo

Nombre de messages : 711
Age : 56
Localisation : Ciney
Date d'inscription : 14/08/2010

les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty
MessageSujet: Re: les derniers chantiers navals belges sont en faillite   les derniers chantiers navals belges sont en faillite EmptySam 29 Jan 2022 - 9:51

shrek a écrit:
mauvaise nouvelle pour ce secteur de la marine fluviale, et dire qu'ils ont fabriqué de magnifiques petits bijoux qui naviguent encore un peu partout en Europe, notamment sur la Seine et le Rhin

situation désespérante alors qu'ils auraient des contrats Crying or Very sad

article de l'Avenir :

Les banques refusent de suivre Meuse et Sambre. Le seul constructeur de bateaux du pays ne manque pourtant pas de contrats. 70 emplois sont menacés.

C’est une entreprise unique en Belgique qui vit les heures les plus sombres de son histoire. Le chantier naval Meuse et Sambre, fondé en 1906, a été déclaré en faillite ce vendredi matin par le tribunal de commerce de Namur. La société, dont le siège a déménagé de Beez à Seilles en 2020, était en procédure de réorganisation judiciaire depuis un mois. "On espérait une prolongation d’un mois, avec toujours l’espoir d’une reprise, explique Catherine Margraff, permanente syndicale CSC Metea. Une offre était sur la table mais le tribunal estime qu’elle ne tient pas la route." Le sort des 70 travailleurs est désormais entre les mains d’un curateur désigné. "S’il y a une reprise, on ne pourra pas certainement pas garder tout le monde", regrette la syndicaliste qui souligne le savoir-faire de "ces amoureux des bateaux. Dans des conditions parfois rudes. C’est un métier particulier qui exige des compétences de plus en plus rares."

Et d’ajouter que si le dernier constructeur et réparateur de bateaux du pays cesse de prester, c’est tout le secteur fluvial et maritime qui va se mettre à tanguer. "Que vont faire les bateliers? s’interroge Catherine Margraff. C’est comme si l’on fermait les garages alors qu’il y a plein de voitures sur les routes." La CSC indique vouloir mettre tout en œuvre pour valoriser les compétences des travailleurs dont la rémunération sera gelée dès février. Soit d’ici une poignée de jours. "On a besoin d’un investisseur, explique la permanente. Mais on a aussi besoin d’un vrai manager. M. Lallemand est un gentil monsieur qui est aussi un amoureux des bateaux mais ce n’est pas un manager."

Des contrats mais pas de garantie bancaire
Éric Lallemand ne serait donc pas la figure de proue dont le chantier naval a besoin pour affronter les vagues du monde de l’entreprise. Ce dernier explique pourtant que Meuse et Sambre ne s’est jamais aussi bien porté depuis 2017. "On a un carnet de commandes qui n’a jamais été aussi bien fourni. Nous avons un contrat pour la construction de deux bateaux passagers à destination de la région d’Auvergne-Rhônes-Alpes pour plus de 6 millions€. À cela s’ajoute la construction de 14 barges pour une société anglaise. Cinq ont déjà été livrées."

De belles perspectives contrecarrées par le manque de liquidité. "Pour le projet de Montélimar, on aurait besoin d’une garantie bancaire de 540 000€. Mais les banques refusent de nous soutenir, indique le directeur général. L’activité est pourtant profitable."

Éric Lallemand garde cependant espoir et laisse entrevoir l’arrivée d’un investisseur providentiel. "Il y a l’une ou l’autre piste", assure-t-il. Désireux de montrer que le bateau n’a pas encore définitivement sombré, il a d’ailleurs demandé à ses hommes d’être au poste ce lundi dans chacun des quatre sites que compte l’entreprise, à Seilles, à Beez, à Liège et à Charleroi.


lien : https://www.lavenir.net/cnt/dmf20220128_01658063/le-chantier-naval-en-faillite-a-seilles-une-vague-de-licenciements-a-l-horizon/?utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=regions_namur&utm_content=spotlight&M_BT=3112017817

Bonsoir ,
j'y suis passé dernièrement devant à Seilles et peu de personnes travaillaient sur le site .
Je pense qu'ils étaient mieux à Beez qu'à Seilles .
Mais pour le service charrois c'est l'inverse .
Mais ce qui est bien , le travail est visible à tout vent .
On peut regarder à différents endroits le travail qu'il fournissent et les péniches qui s'y trouvent .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty
MessageSujet: Re: les derniers chantiers navals belges sont en faillite   les derniers chantiers navals belges sont en faillite Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
les derniers chantiers navals belges sont en faillite
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la plus grande concentration de chantiers navals du monde
» Le concept du futur pour la lutte contre les mines ?
» SKB en faillite
» les marins d'une compagnie en faillite errent sans but sur l
» Chantiers de l'Atlantique (Saint-Nazaire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: La marine non militaire (marine marchande, de pêche, de plaisance,...) :: Les Chantiers Navals-
Sauter vers: