Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion      

Partagez | 
 

 D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 38504
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Mar 3 Juin 2014 - 22:02

Documentaire "Retour aux sources" - épisode 1 :

Citation :
D Day, ils ont inventé le débarquement

5 juin 1944. La plus grande flotte maritime et aérienne jamais réunie va s’élancer pour débarquer en France et libérer l’Europe occupée par l’Allemagne hitlérienne. La tension est à son comble. La deuxième Guerre mondiale entre dans sa cinquième année. Malgré ses revers en Russie, la puissance allemande est encore si forte que les Alliés anglo-américains concentrent deux millions d’hommes, prêts au sacrifice. En France, les civils, les gens ordinaires et les membres de la résistance écoutent Radio-Londres, et attendent les messages qui annonceront leur libération. Lorsque les alliés débarquent enfin sur les plages de Normandie, ils ne peuvent en croire leurs yeux. Inconscients du danger, ils quittent leurs abris pour accueillir les soldats au beau milieu des combats.

Pour voir la vidéo, cliquer sur ---> http://www.rtbf.be/video/detail_d-day-ils-ont-invente-le-debarquement?id=1929422

 marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Roger B.
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2798
Age : 84
Localisation : bruxelles 1160
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Mer 4 Juin 2014 - 12:17

Salut les amis,
J'ai regardé le retour aux sources hier à RTBF et le magazine à 22 h, j'ai eu l'agréable surprise de voir notre AMIRAL GELUYCKENS, qui a participé
au débarquement le 6juin 1944 ,après son commantaire il a dit que l'on oubliait souvent de parler de la MARINE.
Amicalenent
Roger
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 38504
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Mer 4 Juin 2014 - 12:47

Documentaire "Retour aux sources" - épisode 2 :

Citation :
Du débarquement à la libération de Paris

Le 6 juin 1944, les forces alliées débarquent en Normandie pour libérer l'Europe de l'occupation nazie. Au travers d'images mises en couleurs, ce documentaire raconte l’histoire de la plus gigantesque opération militaire de tous les temps qui a bouleversé l'histoire de l'humanité. Civils, militaires connus ou anonymes et personnages clés comme Kay Summersby, chauffeur et intime du Général Eisenhower, témoignent de ces événements, depuis le premier jour de l’opération Overlord jusqu’à la Libération de Paris le 25 août 1944.

Pour voir la vidéo, cliquer sur :

---> Partie 1/2
---> Partie 2/2

 marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 38504
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Mer 4 Juin 2014 - 15:58

Documentaire "Retour aux sources" :

Citation :
6 juin 1944, ils étaient les premiers

Les Britanniques furent pourtant les premiers à débarquer sur le sol français et à libérer la première maison, le premier village, le premier pont de Bénouville, en Basse Normandie appelé aujourd'hui Pegasus Bridge. C'est le 5 juin 1944 peu avant minuit que les 180 hommes de l'unité Pegasus de la 6ème Airborne aéroportée basculèrent dans l'histoire. Sur base de témoignages exceptionnels des survivants, ce film va leur rendre hommage.

Pour voir la vidéo, cliquer sur ---> rtbf.be/retour-aux-sources

Remarque : à partir de la 54ème minute, vous pouvez voir l'interview de l'amiral Geluyckens qui raconte sa participation au débarquement  tete marin 

 marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
René
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 6458
Age : 59
Localisation : courcelles
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Mer 4 Juin 2014 - 17:05

Les vrais chiffres du D-Day

Plutôt quelques chiffres ....


Les commémorations du septantième anniversaire du D-Day débarquent dans un contexte tendu entre les anciens Alliés. Chacun veut imposer "sa" mémoire de la victoire contre les nazis. Cette année, de quoi le passé sera-t-il fait? Et comment notre imaginaire a-t-il supplanté la réalité de nombreux faits? (DOSSIER dans le Moustique du 28 mai)

4.413
C'est le bilan des soldats alliés tués au soir du 6 juin 1944, soit moins de 3 % des forces impliquées. Quant aux pertes allemandes, la plupart des estimations oscillent entre 4.000 et 9.000 morts. Le bilan de la Bataille de Normandie dans son ensemble, entre le 6 juin et le 25 août (libération de Paris), s'élève, lui, à 209.000 tués, disparus ou blessés côté alliés, contre 216.000 Allemands. Un chiffre qui reste largement en deçà des grands affrontements du front de l'Est. A Stalingrad ou lors de l'offensive allemande sur Moscou, chaque camp a perdu un million de soldats.

12.000
En avril et mai 1944, c'est le total d'aviateurs qui ont péri lors d'opérations préparant le Débarquement. Entre deux et trois fois plus que le bilan des morts alliés le jour du 6 juin.

2 millions
C'est le nombre de soldats alliés impliqués dans l'opération Overlord, dont le Débarquement n'était que le premier volet. 156.000 d'entre eux ont posé le pied sur le sol normand le 6 juin. En face d'eux, 40.000 Allemands défendaient directement les secteurs concernés.

1 mort
C'est le bilan belge du 6 juin 1944. Il s'agit du pilote François Venesoen, dont l'avion a été touché par la DCA ennemie et qui périt noyé.

1.000
C'est le total des cas de mutilations volontaires enregistrés parmi les troupes alliées soumises au stress, voire à la névrose durant les combats.

60 %
C'est la proportion d'hommes constituant la première vague d'assauts sur Omaha Beach qui sera décimée par l'ennemi.

90 %
C'est la proportion de soldats de la Compagnie A du 116erégiment américain d'infanterie, dont la plupart étaient originaires de la petite ville de Bedford, en Virginie, qui ne survécut pas à la Bataille de Normandie.

30 femmes
C'est le nombre de femmes, sélectionnées parmi les plus jolies dans l'armée anglaises, qui furent chargées de "tester" la capacité des soldats impliqués dans le Débarquement à garder le secret. On demanda à ces femmes de "tout faire" pour les faire parler. Aucun soldat ne trahit l'objet de sa mission. Tant mieux, car l'élément de surprise était déterminant pour le succès de l'opération.

20.000
C'est le total des véhicules alliés de toute nature débarqués en Normandie le 6 juin 1944.

10.000 tonnes
C'est le tonnage de bombes alliées larguées en Normandie le 6 juin 1944.

6.939
C'est le nombre total de navires déployés pour le Débarquement. Seulement 169 furent endommagés ou coulés entre le 6 et le 30 juin 1944.

55 kilos
C'était le poids moyen de l'équipement transporté par chaque parachutiste lâché au-dessus de la Normandie.

10 km
C'est à peine la distance parcourue par les Alliés lors de ces deux premières semaines désespérantes de juillet 1944 dans le bocage normand. Malgré 10.000 tonnes de bombes larguées et la perte de 40.000 hommes.

20 millions
C'est le nombre de mines, selon le maréchal Rommel, qui devaient être disposées sur le littoral français pour le rendre infranchissable. En juin 44, on était loin du compte. Sur les 517.000 sites sous-marins répertoriés, seuls 31.000 furent minés.

17 millions
C'est le nombre de cartes de Normandie utilisées par l'état-major et les troupes pendant la campagne.

200
C'est environ le nombre de photos prises par le grand photoreporter américain Robert Capa le 6 juin. Malheureusement, la plus grande partie d'entre elles a été détruite... lors d'un accident au développement. La petite dizaine qui put être sauvée est néanmoins devenue extrêmement célèbre.
Revenir en haut Aller en bas
René
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 6458
Age : 59
Localisation : courcelles
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Mer 4 Juin 2014 - 17:19

Beaucoup connaissent, mais un petit rappel :
https://www.google.be/search?q=criquet+du+06+juin+1944&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=ozaPU6ydK6Oy7AbspoGQBg&ved=0CAgQ_AUoAQ&biw=1280&bih=843#facrc=_&imgdii=_&imgrc=FuBJdSTTeN0CmM%253A%3B6i5KB5eqv4eJBM%3Bhttp%253A%252F%252F193.164.196.40%252Fimages%252F665%252F665406033703179.jpg%3Bhttp%253A%252F%252Fwww.leboncoin.fr%252Fcollection%252F516079744.htm%3B672%3B504

Le "Cricket" du débarquement de Normandie
 
Historique du "Cricket"

C'est après le parachutage au-dessus de la Sicile en 1943 que le commandant Taylor, futur général commandant la 101ème division aéroportée américaine, réalisa l'importance de la communication au sein des unités parachutées en territoire ennemi. En effet, disséminés à de multiples endroits, des parachutistes isolés ont eu bien du mal à retrouver leurs camarades sans risquer de s'exposer aux tirs adverses.

Les Américains réutilisèrent le principe d'un jouet très répandu à l'époque et qui consistait en une lame ressort d'acier émettant un claquement une fois pressé. En effet, l'entreprise anglaise THE ACME a reçu la commande de plusieurs milliers de petits crickets en laiton de forme parallélépipédique, certains furent réalisés en laiton chromé.

Seule la 101ème Airborne Division a été pourvu de crickets, et uniquement les parachutistes de la division l'ont reçu en dotation quelques jours avant le 6 juin 1944. En plus de ce moyen de reconnaissance, un code vocal a été mis au point (valable les 24 heures suivant le déclenchement des opérations) : "Flash" (éclair), mot auquel il fallait répondre "Thunder" (tonnerre). Le deuxième jour, le code devenait : "Hustle"-"Along". D'autres moyens d'identification existaient : la fumée (colorée ou non), des panneaux, la lumière ou encore des drapeaux.

Les parachutistes étaient libres d'accrocher leur cricket où ils le souhaitaient. Certains l'ont gardé dans les poches de leurs vestes ou de leurs pantalons, d'autres l'ont accroché autour du cou ou encore à leur casque.

De nos jours, de nombreuses reproductions ont été produites et il n'est pas rare d'entendre les fameux "clic-clac" lors des cérémonies commémoratives en Normandie.
Revenir en haut Aller en bas
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5611
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Jeu 5 Juin 2014 - 7:38

Parfait René pour ce complément sur le criquet  thumleft 

un complément le saviez-vous ???:
"Ruppert"

Dans le film

Qui était il ?
Comment était il ?


ces poupées etaient en toile de jute dont le ventre fermant par pressions contenait le parachute. il y a un exemplaire dans le muée à Ste Marie du Mont. Le modèle en position accroupi n'a jamais existé, sauf pour le film "le jour le plus long " . Il y a eu un modèle caoutchouc mais pour une autre operation militaire


0 H 11: Le premier groupe Titanic composé de trois hommes saute d'un Stirling au dessus du Cotentin et se pose dans un champ 8 kilomètres à l'Ouest de Saint Lô. Le lieutenant Noël POOLE est ainsi le premier homme à s'élancer au dessus de la Normandie. Quelques minutes plus tard, un second groupe commandé par le capitaine Harry 'Poulet' FOWLES atterrissait dans la même zone. Afin de simuler une attaque d'envergure d'autres Stirlings parachutaient 200 poupées 'dummies' qui, en atterrissant, libéraient fusées parachutes, fusées éclairantes et simulateurs de fusils et mitrailleuses. POOLE, FOWLES et leurs hommes avaient également installé des amplificateurs d'où sortaient des bruits de détonations, de mortiers et jurons de soldats. Trente minutes après le calme était revenu dans la campagne et les hommes avaient disparus dans les vergers.
De semblables opérations se déroulaient à Yvetot et Harfleur, près du Havre, autour de Saint Hilaire du Harcouët, de Lessay, de Villedieu les Poëles, près de la forêt de Cerisy, de la forêt d'Ecouves et le long des routes entre Lisieux et Evreux.
Le but de ces opérations Titanic était d'obliger les formations locales de troupes antiparachutistes Allemandes a entreprendre de vaines recherches tandis que les veritables troupes aéroportées établissaient leur tête de pont.

ont été utilisé par les Anglais pour des diversions également
ces petites poupées paras ont été pour la plupart brulées par les Allemands.
Revenir en haut Aller en bas
René
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 6458
Age : 59
Localisation : courcelles
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Jeu 5 Juin 2014 - 13:43

RUPPERT...

Tu m'as devancé Christian  super 
Revenir en haut Aller en bas
René
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 6458
Age : 59
Localisation : courcelles
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Jeu 5 Juin 2014 - 16:15

Cité plus haut par Roger et Olivier... j'ai raté le documentaire  pleure , il repasse ce soir à TF1  super 

Retour aux sources : Sacrifice "Du débarquement à la libération de Paris" - 2 épisodes inédits.

http://www.rtbf.be/tv/emission/detail_retour-aux-sources/actualites/article_retour-aux-sources-sacrifice-du-debarquement-a-la-liberation-de-paris-2-episodes-inedits?id=8273192&emissionId=6095
Revenir en haut Aller en bas
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5611
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Ven 6 Juin 2014 - 7:13

concernant le film "le jour le plus long"
il n'est pas facile de réalisé un film sans des erreurs, mais en réalisé un 20 ans aprés c'est normal qu'il y a des défauts
en voici quelques uns.



Erreurs historiques volontaires et involontaires
• Dès le début, en Angleterre, on montre Eddie Albert, conduisant une jeep sous la pluie. Cependant, cette jeep américaine de 1944 arbore la calandre en deux couleurs en diagonale, et même, sur le bas de caisse, la grenade blanche de l'armée française 1960.
• Lors de l'attaque du pont de Bénouville (Euston 1 renommé plus tard Pégasus) sur le canal de l'Orne par les aéroportés du major Howard (2nd Battalion, the Oxford & Bucks Light Infantry), on voit sous le pont quelques Britanniques décrocher les charges de destruction. En réalité, ces charges étaient sur les « rambardes » de chaque côté. De plus, les Allemands les enlevaient chaque soir, de crainte que les résistants ne les retournent contre eux. En outre, le film montre une résistance acharnée, alors que ce soir-là le pont n'était gardé que par trois soldats allemands. Dans la nuit, les hommes de Howard sont renforcés par le 7th Parachute Battalion (1st Airborne Division) bien avant l'arrivée de la 1st Special Service Brigade de Lovat (13 h). Enfin, lors de la relève par les commandos, le Bag Piper de Lord Lovat, Bill Millin n'a pas traversé le pont en sonnant. Lors de la prise du pont, on peut apercevoir un transformateur EDF sur un poteau, or ce type de transformateur est apparu en 1961.
• Les uniformes portés par les parachutistes américains (82e et 101e divisions aéroportées), plus particulièrement les vestes de saut, ne correspondent pas aux vêtements d'époque, que ce soit la coupe, les couleurs et les systèmes de fermetures. Dans le film, les vestes de saut ont des systèmes de fermeture différents aux poignets : fermeture par 1 bouton et fermeture par 1 ou par 3 pressions. Dans la réalité, les manches de la veste M42 n'étaient fermées aux poignets que par 2 pressions.
• La mentonnière des casques portés par les parachutistes américains ne correspond pas à celle utilisée à cette époque. Dans le film, elles ont une forme rectangulaire alors que celles portées en 1944 étaient ovales.
• Les insignes divisionnaires (ou patch) des parachutistes de la 82e division aéroportée ne reflètent pas la réalité. Dans le film, le carré rouge encadrant le "AA" est plus grand, et le sigle "Airborne" au-dessus à une forme plus arrondie. De plus, sur toutes les scènes montrant ces parachutistes, ce même sigle "Airborne" est beaucoup trop éloigné du "AA". Dans la réalité, ces 2 éléments étaient plus rapprochés comme le stipulait le règlement. Cependant, bon nombre de soldats les cousaient souvent à la hâte et avec les moyens du bord (fils et points de couture aléatoires). Enfin, dans la version colorisée du film, la couleur bleue présente dans ce patch est plus foncée que l'insigne original.
• Les bottes des Américains portent des lacets à bouts en caoutchouc alors qu'en réalité de tels bouts ont été inventés pendant la guerre du Viêt Nam par Maurice Frisson, un cordonnier installé à Saïgon.
• Dans le film, on aperçoit certains parachutistes américains chaussés de brodequins de combat noirs (communément appelés Rangers) fermés par 2 boucles au-dessus de la cheville. Ces équipements n'étaient pas en dotation au mois de juin 1944. Les bottes de saut portées par les parachutistes américains au moment de la bataille de Normandie, étaient exclusivement de couleur marron, montaient jusqu'à mi-mollet et n'étaient munies que de lacets ce qui permettait un meilleur maintien de la cheville. Ce n'est qu'au lancement de l'opération Market Garden en septembre 1944, que les unités de parachutistes seront dotées de ces brodequins à boucles.
• La teinture noire du cuir pour les équipements des troupes américaines n'est apparue que dans les années 1950.
• La scène, où le Lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort de la 82e division aéroportée (interprété par John Wayne) montre l'utilisation du criquet (cricket), est totalement fictive. La 101e division aéroportée fut la seule unité à posséder et à utiliser ce criquet pendant la nuit du 5 au 6 juin 1944 en Normandie. Ce jouet en laiton composé d'une lame ressort (fabriqué en 1944 par l'entreprise anglaise THE ACME) permettait aux parachutistes isolés lors des largages de se retrouver et de se regrouper. Le principe : pour une pression sur la lamelle métallique (clic-clac) afin de demander l'identification, la réponse devait consister en une double pression (clic-clac - clic-clac).
• Ce même lieutenant-colonel porte au début du film sur son casque le bon insigne de grade mais à partir de la scène de la charrette, il arbore à tort l'insigne de colonel sur son casque (Vandervoort avait été promu Lieutenant-colonel le 2 juin 1944).
• Dans la scène où John Wayne monte sur la charrette après s'être fracturé la cheville, on aperçoit un parachutiste américain portant une veste M43 (M43 Field Jacket). Cette scène est non réaliste car cette veste n'était pas en dotation le 6 juin 1944 pour les parachutistes américains des 82e et 101e divisions. Ils portaient tous et sans exception la veste de saut M42 (M42 Parachute jumper coat). Ils ne vêtiront la veste M43 qu'à partir de septembre 1944, lors de l'opération Market Garden. Cette veste de combat sera la dotation officielle des unités américaines jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
• Toujours dans la scène de la charrette, le Lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort est montré avec la cheville droite cassée. Cet évènement est non conforme, car en réalité le Lieutenant-colonel Benjamin H. Vandervoort s'est fracturé la cheville gauche lors d'un saut près de Sainte-Mère-Église, le 6 juin 1944.
• Le parachutiste John Steele, resté pendu au clocher de l'église de Sainte-Mère-Église, n'est pas resté accroché côté « place de l'église », mais de l'autre côté (côté presbytère). Pour des raisons esthétiques et de profondeur de champ, Zanuck a « accroché » Steele du côté de la place.
Il est à noter cependant qu'Alexandre Renaud, à l'époque maire de Sainte-Mère-Église, et auteur d'un ouvrage intitulé Sainte-Mère-Église, Première tête de pont américaine en France, 6 juin 1944, ne fait pas mention - chose curieuse - de ce parachutiste resté accroché au clocher de l'église. De toute manière, cet épisode reste pour le moins assez surprenant, car selon Alexandre Renaud, le clocher était déjà occupé par la Flak (DCA allemande) qui tirait à la mitrailleuse sur les parachutistes en cours de descente et dont beaucoup tombaient dans les marais environnants en restant empêtrés dans les branchages... En bonne logique, ce parachutiste resté accroché n'aurait donc pu échapper aux balles allemandes...
• Au cours du film, le parachutiste John Steele explique être resté 10 heures d'affilée pendu au clocher. En réalité il y sera resté deux heures, faisant le mort, avant d'être finalement récupéré par les Allemands et fait prisonnier. Il s'échappera quelques jours plus tard.
• Sur la place de l'église, on voit stationnée une 2CV commercialisée en 1948.
• La prise du casino d’Ouistreham par le commando Kieffer est largement fantaisiste, le casino avait été rasé par les Allemands qui l'avaient remplacé par un bunker. De plus, cette scène a été tournée à Port-en-Bessin dont on voit la tour Vauban. En outre, aucune religieuse n'est jamais intervenue pour assister les commandos français.
• Le mitraillage des plages par deux FW190 (dont un piloté par l'Obstlt Josef « Pips » Priller) a entretenu le mythe que seuls deux avions allemands ont attaqué ce jour-là. En réalité, plusieurs Staffeln, une petite centaine d'appareils, ont effectué un total de plus de sept cent sorties, dont vingt-deux contre la flotte alliée, principalement l'après-midi. De nombreux avions ont été abattus, vu la suprématie aérienne alliée. Des JU 87 Stukas obsolètes ont été mis en ligne, dont 5 furent abattus.
• Les deux avions représentés ne sont pas des FW190, mais des Messerchmitt Bf 108 Taifun, avions d'entrainement et de liaison.
• Dans une des dernières scènes, à laquelle Robert Mitchum demande à un soldat en jeep de le monter en haut de la plage, la jeep n'est pas authentique, il s'agit plutôt d'une Hotchkiss française que d'une Willys ou Ford.
• Les obstacles sur les plages de débarquement sont inversés. Dans le film la pointe est orientée vers la mer alors qu'en réalité elles étaient dirigées vers les terres de façon à ce que les péniches de débarquement y soient « guidées » jusqu'à une mine.
• Les numéros de capot commençaient sur les jeep américaines, qu'elles soient Willys ou Ford, par 20 (exemple 20193276) alors qu'ici le numéro commence par 88 puis 133553, ce qui n'est pas réel.
De plus les supports en bois qui devaient se trouver sur le capot pour accueillir le pare brise rabattable sont absents. On y retrouve des supports en U métallique au niveau des essuie-glaces qui viennent se poser sur le capot.
Ces jeeps sont alors passées par l'armée française et datent alors de l'après-guerre, et donc n'existaient pas le 6 juin 1944.
• Les deux parachutistes, qui arrivent dans la cour d'un QG allemand, ne peuvent rencontrer le général Von Salmuth qui commandait la 15earmée allemande à Tourcoing (Nord).
• Les paradummies, ces poupées parachutistes larguées pour tromper les Allemands, apparaissent comme des mannequins très sophistiqués alors que c'était en réalité de simples et grossières poupées de chiffon.
Mais pour moi cela restera un très bon film

Revenir en haut Aller en bas
JeanMi
nous a quitté
nous a quitté
avatar

Nombre de messages : 2797
Age : 71
Localisation : THEUX
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Ven 6 Juin 2014 - 10:54

We'll meet again
Don't know where, don't know when  
But I know we'll meet again
Some sunny day

Nous nous rencontrerons encore
Je ne sais pas quand, je ne sais pas où
Mais nous nous rencontrerons encore
par un jour ensoleillé.

A tous ceux qui ont perdu la vie au débarquement, et dont la fiancée attendra, en vain, le retour.


_________________
JeanMi   marin barre

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
René
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 6458
Age : 59
Localisation : courcelles
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   Dim 8 Juin 2014 - 20:02

Encore quelques chiffres :

Le débarquement de Normandie en chiffres

Catégories : Effectifs engagés - Matériels déployés - Pertes humaines - Pertes matérielles - Mission effectuées


Effectifs engagés  

1 527 000 - Nombre de soldats américains déployés en Angleterre la veille du Jour J
287 000 - Nombre de personnels embarqués à bord des navires alliés le Jour J
156 115 - Nombre de soldats et parachutistes alliés engagés en Normandie le 6 juin 1944 à minuit
132 000 - Nombre de soldats alliés ayant débarqué le 6 juin 1944 à minuit
25 000 - Nombre de marins alliés engagés dans le cadre de l'opération Neptune
73 000 - Nombre de soldats britanniques ayant débarqué le 6 juin 1944 à minuit
59 000 - Nombre de soldats américains ayant débarqué le 6 juin 1944 à minuit
40 000 - Nombre de soldats allemands répartis sur les secteurs de débarquement
34 250 - Nombre de soldats américains débarqués à Omaha Beach le 6 juin 1944 à minuit
28 845 - Nombre de soldats britanniques débarqués à Sword Beach le 6 juin 1944 à minuit
24 970 - Nombre de soldats britanniques débarqués à Gold Beach le 6 juin 1944 à minuit
23 250 - Nombre de soldats américains débarqués à Utah Beach le 6 juin 1944 à minuit
21 400 - Nombre de soldats canadiens débarqués à Juno Beach le 6 juin 1944 à minuit
15 500 - Nombre d'Américains parachutés le 6 juin 1944 à minuit
7 900 - Nombre de Britanniques parachutés le 6 juin 1944 à minuit
360 - Nombre de parachutistes éclaireurs alliés (Pathfinders) largués au-dessus de la Normandie
225 - Nombre de Rangers américains du 2ème bataillon engagés à la Pointe du Hoc le 6 juin 1944
177 - Nombre de soldats du commando français Kieffer ayant débarqué sur Sword Beach  
15
- Nombre de nations et régions différentes engagées dans les forces alliées pour l'opération Overlord

 
Matériel déployés  

200 000 - Nombre d'obstacles de plage installés par les Allemands le long du Mur de l'Atlantique
200 000 - Nombre de véhicules alliés de toutes sortes débarqués en Normandie le 6 juin 1944 à minuit
11 590 - Nombre d'appareils alliés (chasseurs, bombardiers, transport, reconnaissance et planeurs)
10 395  - Tonnage de bombes alliées larguées sur la Normandie toute la journée du 6 juin 1944
9 500 - Nombre d'avions alliés d'attaque et d'appui en vol le Jour J
7 616 - Tonnage de bombes alliées larguées sur la Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944
6 939 - Nombre total de navires déployés lors de l'opération Neptune
3 200 - Nombre de véhicules débarqués sur Juno Beach le Jour J
2 218 - Nombre de bombardiers alliés engagés dans la nuit du 5 au 6 juin 1944
1 900 - Nombre d'avions et de planeurs alliés utilisés dans la nuit du 5 au 6 juin 1944
1 742  - Véhicules américains débarqués à Utah Beach le Jour J
1 695 - Tonnage de matériel débarqué par les Américains à Utah Beach
832 - Nombre d'avions Douglas C-47 Dakota engagés dans la nuit du 5 au 6 juin 1944
815 - Nombre d'appareils des forces aériennes allemandes (Luftwaffe) disponibles le Jour J
200 - Nombre de bâtiments de guerre ayant participé au bombardement naval du 6 juin 1944 (cuirassés, monitors, croiseurs et destroyers)
 
Pertes humaines (tués, blessés, disparus ou prisonniers)  

10 500 - Nombre de pertes alliées le 6 juin à minuit (tués, blessés, disparus, prisonniers)
10 000 - Estimation du nombre de pertes allemandes le 6 juin 1944 à minuit
6 000 - Pertes américaines le Jour J
3 800 - Nombre de militaires alliés tués dans le cadre de l'opération Neptune 6 juin 1944 à minuit
2 500 - Pertes américaines sur la plage d'Omaha le Jour J
1 063 - Pertes canadiennes sur la plage de Juno le Jour J
708 - Blessés et disparus canadiens sur la plage de Juno le Jour J
630 - Pertes britanniques sur la plage de Sword le Jour J
413 - Pertes britanniques sur la plage de Gold le Jour J
355 - Nombre de soldats canadiens tués sur la plage de Juno le Jour J
197 - Pertes américaines sur la plage d'Utah le Jour J
41 - Pertes françaises du commando Kieffer le 6 juin 1944 à minuit
31 - Nombre de blessés du commando Kieffer pendant le Jour J
10 - Nombre de tués du commando Kieffer (2 officiers, 8 commandos) pendant le Jour J
 
Pertes matérielles  

120 - Nombre de navires alliés endommagés (du 6 au 30 juin 1944)
59 - Nombre de navires alliés coulés (du 6 au 30 juin 1944)
27 - Nombre de chars amphibies américains coulés à Omaha Beach le Jour J (sur 32 engagés)
 
Missions effectuées  

11 085 - Nombre de missions effectuées par les forces aériennes alliées le 6 juin 1944
10 750 - Nombre de sorties (aller-retour) de l'aviation alliée pendant les 24 heures du Jour J- Nombre de sortie de la Luftwaffe (armée de l'air allemande) le 6 juin 1944
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie   

Revenir en haut Aller en bas
 
D Day - le 6 juin 1944, débarquement allié en Normandie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Multimedia :: Videos : WW II - Guerres - Wars - Conflicts-
Sauter vers: