www.belgian-navy.be
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  la frégate Laplace Bouton10  la frégate Laplace Goog_l10  
Le deal à ne pas rater :
Promos Nike : Jusqu’à -50% de réduction !
Voir le deal

Partagez
 

 la frégate Laplace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
SCHOETERS CHRISTIAN

Nombre de messages : 7355
Age : 67
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

la frégate Laplace Empty
MessageSujet: la frégate Laplace   la frégate Laplace EmptyMar 7 Juin 2022 - 7:54

salut a tous

Il y a 65 ans coulait la frégate Laplace

la frégate Laplace Mjaxnt10
la frégate Laplace 9eb94810
par Jean-Valéry HÉQUETTE

Le terrible accident a eu lieu le 16 septembre 1950, en pleine nuit, au pied du cap Fréhel (Côtes-d’Armor). La frégate météorologique fut touchée par une mine magnétique. Cinquante et un marins périrent cette nuit-là. Un survivant raconte.


Le 15 septembre 1950, le Laplace, une frégate météorologique de la Marine nationale, jette l’ancre dans la baie de la Fresnaye, à 800 m du cap Fréhel. À la tombée de la nuit, la plupart des 92 membres d’équipage, dont une majorité de Bretons, dorment. C’est le cas de Michel Plantier, aujourd’hui âgé de 87 ans. Ce météorologiste avait 22 ans à l’époque et il embarquait pour la seconde fois. « J’avais passé la soirée à jouer aux cartes. Même si d’habitude, je ne dormais jamais la nuit, pour faire des relevés météorologiques, cette fois-ci, le contraire s’est produit. Certains de mes collègues ont pris ça pour un mauvais présage. »

la frégate Laplace C731dc10

Malgré une mer agitée, tout est calme à bord. Commence alors la plus grande tragédie de l’histoire de la Marine française en temps de paix.

Mine magnétique

Le 16 septembre, à 0 h 15, une explosion ébranle le navire. Une mine magnétique vient d’éventrer la coque, juste sous la salle des machines. « La baie avait été draguée afin d’enlever les mines posées par les Allemands durant la guerre, explique Alain Scourzic, dont le père était sur le bateau. Mais il en restait malheureusement quelques-unes. »

Michel Plantier se souvient d’une « énorme pagaille sur le pont ». En moins de cinq minutes, le Laplace se cabre et penche sur tribord. Rapidement, il se remplit d’eau. Puis se retourne sur le côté, avant de commencer à couler. Encore là, pas de chance. La baleinière, le youyou et les barques plates ont été déchiquetés lors de l’explosion. Il ne reste plus que quatre radeaux.


La maquette d’1,40 m représentant le bateau sera exposée à Saint-Cast, dans les Côtes-d’Armor. (Photo : DR)
Vite surchargés, ils se renversent constamment. À chaque fois, des hommes tombent à l’eau. Englués dans le mazout que répand le bateau, ils suffoquent. Secoués par les vagues, pris par les courants, beaucoup disparaissent dans la nuit. Leurs appels à l’aide finissent par s’éteindre dans un silence assourdissant. Fidèle au sens de l’honneur, le commandant du Laplace, le capitaine Rémusat, reste à la barre jusqu’au bout et sombre avec son navire.

Quarante et un rescapés

Michel Plantier a réussi à s’accrocher à une bouée de sauvetage. Il a passé dix heures à dériver dans une mer agitée rendant impossible toute navigation, à la force des bras. « Ça a été l’épisode le plus pénible. J’ai vu des copains mourir d’épuisement. Moi-même, j’étais dans un piteux état quand les secours nous ont repêchés. »

Lorsque le bateau-pilote de Saint-Malo, rejoint par les marins pêcheurs de Saint-Cast, arrive dans la baie, à l’aube, c’est la désolation. Des dizaines de corps sans vie flottent entre deux eaux. Parmi les 41 rescapés, certains ont pu rejoindre la rive. Six sont retrouvés accrochés à la coque renversée du bateau. Le père d’Alain Scourzic n’a pas eu cette chance. « Son corps a été retrouvé sur la plage de Saint-Cast. Il est mort d’épuisement. »

Dans toute la Bretagne, c’est la consternation, le choc. Trois jours après le drame, le président du Conseil René Pleven (surnommé le menhir breton) vient sur place rendre hommage aux victimes et saluer leurs familles.

En 1987, la Marine nationale arme un nouveau bateau météorologique. Il est appelé le Laplace.




Revenir en haut Aller en bas
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 9324
Age : 80
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

la frégate Laplace Empty
MessageSujet: Re: la frégate Laplace   la frégate Laplace EmptyMar 7 Juin 2022 - 9:02

super

Bonjour et merci, Christian, pour ce rappel historique.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
Archer
Amiral
Amiral
Archer

Nombre de messages : 19300
Age : 73
Localisation : LIEGE
Date d'inscription : 09/03/2012

la frégate Laplace Empty
MessageSujet: Re: la frégate Laplace   la frégate Laplace EmptyMar 7 Juin 2022 - 9:53

Une pensée à ces maris disparus super super

_________________
Laurent
 
---> voir ma présentation
 
Que celui qui n'a jamais bu me jette la première bière.
Une vie saine, au grand air et des rêves plein les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://poupousse1511@gmail.com
Contenu sponsorisé




la frégate Laplace Empty
MessageSujet: Re: la frégate Laplace   la frégate Laplace Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
la frégate Laplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BH et BHO : Bâtiment Hydrographique et Océanographique
» La frégate Louise Marie dans l'Opération Sophia
» Quel type de frégate préférez-vous ?
» Marine chinoise - Chinese navy
» Les frégates antiaériennes Duquesne et Suffren

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les autre Marines - Andere Marines - Other Navies :: Marine Française - Franse Marine - French Navy-
Sauter vers: