Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  les bateaux lavoirs Bouton10  les bateaux lavoirs Goog_l10  
Partagez
 

 les bateaux lavoirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
SCHOETERS CHRISTIAN

Nombre de messages : 6038
Age : 64
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

les bateaux lavoirs Empty
MessageSujet: les bateaux lavoirs   les bateaux lavoirs EmptyMar 5 Mar 2019 - 7:52

salut a tous

on avaient oublier ceux-ci (texte un peut long mais a lire)

Les bateaux-lavoirs : 150 ans d'histoire Lavalloise.

L'installation de bateaux-lavoirs à Laval est plus tardive que dans d'autres villes. elle coïncide avec les travaux de construction des quais entrepris en 1844 et développés à partir de 1860 par le nouveau maire, Charles Toutain (1860-1874).

1860 : les premiers bateaux-lavoirs

Ces travaux sont destinés à assainir la ville, par la suppression des inondations, et la disparition des vieilles maisons sur pilotis bordant la rive droite de la rivière la Mayenne. Ces quais, en empêchant l'accès direct à la rivière, font disparaître les « arrivoirs », qui servaient de lavoirs et d'abreuvoirs. d'où l'idée de mettre en place des établissements flottants : les bateaux-lavoirs. C'est ainsi, qu'à partir de 1860, une flottille voit le jour. Trois types de bateaux-lavoirs se sont succédé à Laval : simples barques lavandières d'une dizaine de mètres de longueur, petits bateaux de lavage à un seul niveau complétés d'une buanderie sur rive puis, vers 1865, grands bateaux buandiers à étage comme le saint-julien et le saint-Yves.

1850-1970 : un lieu de travail, un lieu de vie

A cette époque, un cérémonial précis rythmait le travail sur les bateaux- lavoirs. L'essentiel de la clientèle se rendait dès le lundi matin aux bateaux afi n d'y laver le linge. Jusqu'au mercredi, le buandier se chargeait de faire bouillir la lessive. à partir du jeudi, les bateaux lavoirs étaient moins fréquentés. Les laveuses se consacraient aux travaux de blanchisserie c'est-à-dire au ramassage et au pliage du linge, à la mise en paquets, aux livraisons, etc. La semaine s'achevait par l'entretien et la préparation du bateau pour le lundi suivant. Les bateaux-lavoirs étaient des lieux très animés où naissaient de nombreux confl its entre « poules d'eau », surnom donné à l'époque aux laveuses. avant tout lieux de travail, les bateaux-lavoirs servaient également de logements aux buandiers et à leurs familles qui occupaient les pièces situées aux extrémités du pont supérieur.

1960 : une activité condamnée

Dans les années 1960, l'arrivée de la machine à laver et la volonté des préfets de supprimer ces établissements inesthétiques et polluants vont mettre en péril l'existence des bateaux-lavoirs. en 1972, il reste à Laval quatre bateaux-lavoirs qui ont tous cessé leur activité : le bateau Lemoigne fait naufrage lors des crues de 1974 et le bateau Letessier lors de celles de 1982. Le saint-julien et le saint- Yves deviennent les deux derniers témoins d'une fl ottille de 22 bateaux en 1904. Le saint-julien poursuivra même son activité buandière jusqu'en 1970. Ce bateau qui appartenait à joseph poirier, décédé en janvier 1970, est ensuite donné par son fi ls patrick poirier à la Ville de Laval. il devient, après restauration (en 1976), une annexe du musée municipal sous le nom de saint-julien (1985). Le bateau baziller, devenu propriété du foyer de jeunes travailleurs, est acheté par la Ville en 1979. il est transformé, en 1982, en base nautique, sous le nom de port saint-Yves. en 1993, ils sont, tous les deux, classés monument historique.

2009 : une opération de sauvetage

Réduite à deux bateaux à partir de 1975, la fl ottille Lavalloise concentrée à proximité de la chapelle saint-julien a fait l'objet de mesures de protection et de travaux de restauration qui n'ont pourtant pas permis d'éviter son naufrage en 2009. à l'issue de l'opération de sauvetage de ces deux bateaux en avril 2009, le cabinet d'architecture navale seine design a été chargé de réaliser un diagnostic d'état du saint-julien et de conduire sa restauration. Les études menées par seine design ont permis d'identifi er les causes du naufrage du saint-julien. La principale tient à la mauvaise restauration de la coque entièrement reconstruite en 1994. à cela s'ajoute un système d'amarrage, inadapté aux variations de hauteurs de la rivière ayant entraîné des déformations du flotteur. Ce diagnostic a également mis en évidence les facteurs de dégradation dont il a fallu prémunir le bateau-lavoir : attaques de l'eau, du vent, de l'humidité, de la pluie et du soleil.

Revenir en haut Aller en bas
 
les bateaux lavoirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: La marine non militaire (marine marchande, de pêche, de plaisance,...) :: Divers-
Sauter vers: