Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Tag missileessm sur www.belgian-navy.be Bouton10  Tag missileessm sur www.belgian-navy.be Goog_l10  

1 résultat trouvé pour missileESSM

AuteurMessage
Tag missileessm sur www.belgian-navy.be FolderSujet: Comment seront nos futures frégates ?
olivier

Réponses: 228
Vues: 10883

Rechercher dans: La Marine belge dans le futur...   Tag missileessm sur www.belgian-navy.be EmptySujet: ESSM Block II - ESSM Block 2 - ESSM-ER (double portée)    Tag missileessm sur www.belgian-navy.be EmptyMer 17 Juil 2019 - 8:44
Salut Vince,

Non, pour le moment aucune nouvelle, mais ça devrait bientôt arriver, en tout cas je surveille super

Mais, en attendant, voici ci-dessous un article très intéressant (traduit via google) qui dit qu'on pourrait facilement, et pour pas cher, doubler la portée du nouveau missile ESSM Block II (celui qui équipere nos nouvelles frégates) en lui ajoutant un booster puisque le missile n'utilise que la moitié de la longueur d'une cellule du silo VLS MK-41 !?

Citation :
Un appel pour le ESSM-ER (19 avril 2018)

L'ESSM (Evolved Sea Sparrow) est un bon missile à faible coût utilisé pour la défense aérienne locale par la marine américaine ainsi que par plusieurs alliés. La courte portée du missile limite son utilisation à des objectifs autres que comme missile de défense locale. La portée courte pourrait être rectifiée à faible coût en ajoutant un booster supplémentaire, similaire à celui utilisé avec les autres missiles sol-air de l'inventaire de la Marine, tels que les SM-1, SM-2 et SM-6, et de façon spectaculaire augmenter l'utilité des missiles et des plates-formes qui les utilisent.

L'ESSM possède plusieurs attributs clés et intègre certaines des dernières caractéristiques de conception de missile. Le missile a une vitesse extrêmement élevée et est très maniable grâce à l’utilisation de vannes régulatrices du vecteur de poussée dans les gaz d’échappement. Cette combinaison est utile contre des cibles difficiles telles que les avions et les missiles anti-navires supersoniques à vol rasant. La dernière version, l’ESSM Block II, incorpore un chercheur en bande X bi-mode adapté du missile AMRAAM, tout en préservant la compatibilité avec les différents radars actuellement utilisés par la marine américaine et les marines alliées. Le nouveau chercheur du radar actif permettra un engagement sans l'utilisation des radars d'éclairage de cible du navire lanceur. Ce chercheur offre la possibilité d'engagements à l'horizon et d'un rôle limité en matière de missile anti-balistique. Même avec ces fonctionnalités avancées, l’ESSM est relativement abordable, aux alentours de 1,1 million de dollars, selon les chiffres récemment publiés. Cette abordabilité permet à la marine américaine et aux marines alliées d’acquérir l’ESSM en nombre relativement important.

Un autre avantage clé de l'ESSM est la taille compacte du missile. Selon des sources publiques, le EESM mesure 10 pouces de diamètre, 12 pieds de long et pèse environ 620 livres. Cette taille compacte permet à l’ESSM d’être rangé par paquet de quatre dans une seule cellule VLS. Cela signifie qu'un navire peut transporter quatre missiles dans l'espace normalement occupé par un seul missile. Pour les grands combattants de surface comme la classe Burke, cela permet d'emporter des armes plus offensives telles que les Tomahawks ou le futur LRASM tout en conservant un nombre important de SAM pour la self-defense. Pour les navires plus petits avec un nombre limité de cellules VLS, telles que les frégates européennes et le futur FFG (X) de l'US Navy, cet attribut est essentiel pour permettre un rôle de mission multiple. Sur un navire doté de 32 cellules VLS, un navire peut être équipé de 8 missiles ASROC pour le rôle ASW, de 8 missiles anti-navires offensifs pour le rôle ASuW et de 64 ESSM pour la défense aérienne. C'est une charge puissante qui augmente considérablement la puissance de combat d'une plate-forme plus petite.

L’ESSM n’est pas seulement compact en largeur, c’est aussi un missile relativement court. Dans les VLS utilisés par les navires de l'US Navy et la plupart des marines alliées, la profondeur des cellules du VLS est de 25 pieds, ce qui signifie que l’ESSM n’occupe que la moitié de la longueur disponible dans la cellule VLS habituelle. Cela signifie qu'un booster peut être associé à l'ESSM pour augmenter sa portée et son altitude d'une marge considérable, ce qui améliorerait considérablement ses performances face aux cibles à haute énergie telles que les missiles balistiques et les menaces hypersoniques, et à augmenter la zone de couverture contre les cibles aériennes classiques. L'ajout d'un booster serait une amélioration relativement peu coûteuse qui contribuerait à optimiser l'efficacité du nouveau chercheur actif de l'ESSM bloc II.

L'ajout de boosters aux SAM existants pour étendre leur portée est une tactique répandue. Les États-Unis le font depuis des décennies, en commençant par le SM-1ER et, plus récemment, par le SM-6. La série européenne ASTER comprend deux missiles, l'ASTER 15 et l'Aster 30, qui partagent un missile commun avec ou sans propulseur prolongé pour augmenter l'autonomie de l'Aster 30.

Le moteur de fusée actuel dans l’ESSM est le Mk 134, qui mesure 79 pouces de long et pèse 370 livres. Si le moteur de fusée actuel devait être ajouté comme accélérateur de première étape, la longueur totale du missile résultant serait tout à fait adaptée aux cellules actuelles du VLS Mk 41. Si le profil de poussée du moteur actuel MK 143a ne fonctionne pas comme un deuxième étage efficace, c’est-à-dire si la poussée initiale pour éjecter le missile de la cellule VLS le rendait inutilisable en vol, il existe d’autres moteurs de fusée de taille approximative correcte pouvant être substitué. Par exemple, le moteur-fusée du missile HARM a le même diamètre, approximativement la même longueur et est un moteur à double poussée qui pourrait être utilisé dans l'ESSM-ER comme deuxième étage, car le profil de vol serait similaire à un missile lancé depuis les airs.

Il est difficile de déterminer la distance, l’altitude et l’étape supplémentaire que fournirait l’ESSM. D'après des sources publiques, il semble que la portée effective maximale de l'ESSM dépasse 50 km, voire 80 km (48 milles terrestres). Avec une augmentation approximative de 40 à 60% pour le double de carburant, l'autonomie qui en résulterait serait d'environ 130 km (78 milles terrestres). Il en résulte une zone de couverture environ trois fois supérieure à celle de l’ESSM bloc II. Une augmentation similaire de l’altitude d’engagement aurait pour résultat un missile capable d’engager des menaces de missiles balistiques à courte portée visant les navires lanceurs ou les navires proches du navire lanceur.

L'ESSM-ER qui en résulterait serait une arme idéale pour les frégates, celles de nos alliés et de la future classe FFG (X). Même avec le nombre limité de cellules VLS sur ces plates-formes, l'ESSM-ER peut être associé à des missiles ESSM Block II pour fournir une autodéfense crédible contre les attaques par essaims en fournissant un grand nombre de missiles avec une portée permettant de multiples opportunités d'interception des menaces entrantes. Les capacités étendues de l'ESSM-ER contre les cibles émergentes très énergiques rendraient ces plateformes beaucoup plus utiles dans la lutte haut de gamme contre les ennemis utilisant des cibles hypersoniques et balistiques. La portée élargie permettrait également à ces frégates de fournir une défense aérienne de zone plutôt qu'une simple défense aérienne locale dans le cadre d'opérations de flotte distribuées et d'assurer des rôles d'escorte.

L'ESSM-ER serait également extrêmement utile pour les classes Burke et Ticonderoga. Utilisé conjointement avec le SM-6 pour remplacer le SM-2, un grand nombre de cellules VLS pourraient être libérées pour des missiles plus offensifs ou simplement pour augmenter considérablement le nombre de missiles défensifs. Un ESSM-ER permet également plus de flexibilité pour engager des cibles, au lieu d’employer les précieux missiles SM-6 sur chaque cible entrante, un ESSM-ER permettrait une approche à plusieurs niveaux pour engager des cibles entrantes.

Avec ces avantages, il est clair que les dix pays membres du ESSM Development Consortium devraient activement poursuivre cette mise à niveau peu coûteuse du missile ESSM Block II actuel.

Source : realcleardefense.com


Tag missileessm sur www.belgian-navy.be Vls10


#ESSM #Block2 #missileESSM - #ESSM-ER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: