Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 Chasseurs de mines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Chasseurs de mines   Sam 8 Mar 2008 - 12:42

Grève du personnel d'entretien des chasseurs de mines à Zeebrugge
Jeudi 6 mars 2008 il y a 2 j.

--------------------------------------------------------------------------------

(Belga) Les 127 ouvriers de la firme ostendaise Clemaco qui s'occupent de l'entretien des navires chasseurs de mines belges et néerlandais à la base navale de Zeebrugge ont débrayé jeudi pour réclamer notamment une augmentation salariale liée à la hausse du coût de la vie.
Un entretien avec la direction est prévu lundi. Les travailleurs de Clemaco se plaignent de salaires trop bas et de l'insécurité du travail, a-t-on appris auprès de la CSC-Métal. Ils devaient mener une action jeudi en matinée au siège de la société, à Ostende. Clemaco est propriété de la famille Verdonck, liée au célèbre casino de la cité balnéaire. (TAS)
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Chasseurs de mines   Sam 8 Mar 2008 - 13:31

Communiqué de presse du Conseil des ministres du 17 janvier 1997
FR | NL

Plan à moyen terme 1997-1999


Le Conseil des Ministres a approuvé le Plan à moyen terme (PMT), un +document
d'orientation énumérant les investissements pour le rééquipement et +la
modernisation du matériel des Forces armées au cours des années +futures
(1996-1999).
La tranche 1997 peut être exécutée. Tant pour la tranche 1998 que pour la
tranche 1999, il y aura un examen annuel préalable dans le respect des
priorités du gouvernement ainsi que des décisions budgétaire.
Les missions assignées par le gouvernement aux forces armées sont multiples.
Elle comprennent la participation à la sécurité collective de l'Europe avec
nos partenaires de l'Alliance atlantique et de l'Union de l'Europe occidentale
(UEO), la participation à des opérations humanitaires, la gestion des crises
en dehors de l'OTAN (maintien et rétablissement de la paix),... Ces dernières
années, la participation des troupes belges à l'étranger n'a jamais été aussi
importante.
Du point de vue industriel, le PMT permet de programmer les investissements.
L'impact économique et technologique se répercute sur la problématique
actuelle liée à l'emploi.
Le Plan tient compte des moyens budgétaires limités de la Défense nationale et
met l'accent sur les besoins militaires, définis sur base des propositions des
Forces armées et des recommandations des partenaires européens (Eurocorps,
UEO) et de l'Organisation de l'Atlantique Nord (OTAN).
Grâce aux programmes de modernisation et de standardisation,le plan doit, en
premier lieu, prolonger la durée de vie d'un certain nombre de matériels et,
par conséquent, réduire les coûts d'exploitation. Lorsque cela n'est pas
possible, on prévoit le remplacement du matériel.
Le PMT a été défini dans les limites de la marge budgétaire de la Défense
nationale, c'est-à-dire ce qu'il reste après le réglement des coûts en
personnel et en fonctionnement.
PMT 1997-1999
- Informatique (590 millions) - Dernière tranche d'un programme démarré en
1994 pour le renouvellement progressif des moyens informatiques en vue d'une
meilleure gestion.
- BEMILSATCOM (700 millions) - Permet de couvrir les besoins à court terme
(1996-2005) en terminaux de communication par satellites des Forces armées
indispensables pour les opérations extérieures. Les canaux nécessaires seront
loués à des exploitants civils et/ou militaires de satellites.
- Military Message Handling System (280 millions) - Dernière tranche d'un
programme démarré en 1993, qui permet de transmettre des messages militaires
de manière automatisée.
- Radios HF (190 millions) - Tranche d'un programme démarré en 1993, qui
permet aux Forces de communiquer à longue distance au sein d'un même réseau
radiophonique (très important pour des opérations à l'étranger).
- RITA 2000 (3 milliards) - Dernière tranche d'un programme fait en
collaboration avec la France, qui a démarré en 1993 et qui réalise
l'intégration des systèmes de transmission existants au sein des réseaux
nationaux et alliés de transmission tactique et stratégique.
- Command and Control System (CCIS) de la Force terrestre (1 milliard) - Mise
en place de la composante Force terrestre du CCIS. C'est un système de
transmission de commandement, qui permet à la première division mécanisée
belge de s'intégrer dans les réseaux de transmission des autres divisions du
Corps européen.
- Wing Command and Control System (290 millions) - Mise en place de la
composante Force aérienne du CCIS.
- Remplacement des drones de reconnaissance Epervier (2,4 milliards) - Achat
d'avions téléguidés destinés à la collecte des informations sur une distance
de 30 km, sans que la vie d'un pilote ou d'une équipe de reconnaissance ne
soit mise en cause.
- Medium Level Camera's (120 millions) - Amélioration de la capacité initiale
des nacelles de reconnaissance (Recce Pod), destinées aux F-16, par
l'installation de senseurs permettant la détection des menaces potentielles.
- Remplacement des gyroscopes de l'artillerie (330 millions) - Ces gyroscopes
permettront à chaque obusier de s'orienter de manière autonome sur le terrain,
ce qui augmente la souplesse et l'efficacité du soutien du feu.
- Camionnettes 1,9 tonnes (2,6 milliards) - La dernière tranche d'un programme,
démarré en 1994, visant le remplacement des camionnettes âgées de plus de 25
ans. Avantages: sécurité routière, homogénéisation du parc automobile et
mobilité.
- Remplacement des dépanneuse, des transporteurs de chars et de remorques 26
tonnes (1,1 milliard) - Remplacement des dépanneuses BERLIET et des
transporteurs de chars MAN DAF tous les deux en service depuis 1970 et des
remorques datant de 1956.
- Remplacement des chars ponts (1,2 milliards) - Remplacement des chars ponts
de combat M48A2, lesquels datent de 1960.
- Remplacement du matériel de génie du Commandement Territorial Interforces
(350 millions) (interventions lors de calamités naturelles) - Remplacement de
grues légères, de bacs chargeurs, de chargeuses pelleteuses, de compresseurs
et de semi-remorques 26 tonnes.
- Remplacement des Mortiers de l'infanterie et de la Brigade Para-Commando (1,
5 milliards) -Remplacement du matériel 4"2 datant de 1952.
- Armes anti-char de la troisième génération (6,2 milliards) - L'infanterie et
les troupes para-commando, pour lesquelles cette arme est prévue, les ont sans
arrêt utilisées en opération à l'étranger depuis début 1992. Comme cela fut
démontré à plusieurs reprises dans le passé, ces opérations peuvent facilement
se transformer en de véritables situations de combat durant lesquelles les
troupes sans soutiens extérieurs (chars, hélico antichars, artillerie) doivent
pouvoir se défendre avec leurs moyens organiques. Cette arme est indispensable
pour ces troupes dans le cadre d'un conflit classique ainsi que lors de la
destruction de bunkers. Cette nouvelle armeva remplacer l'actuel MILAN qui ne
sera plus fiable contre les blindages modernes et qui, début du siècle
prochain, ne sera plus fiable sur le plan technique. Dans le cadre d'un
programme européen, auquel l'industrie belge participe depuis le début,
l'achat de 215 postes de tir et de 2.700 missiles est planifié au lieu des 420
et 9.000 initialement prévus.
- Modernisation de 42 F16 (MLU) - Seconde tranche - (3,5 milliards): 24 avions
en 1997 et 18 avions en 1998. La flotte serait homogène et standardisée ce qui
permettrait - le cas échéant - à la Belgique de prendre part à des missions
d'embargo aérien avec des conditions optimales pour la sécurité des pilotes.
- Precision Guided Munition (PGM) - Missiles Maverick (580 millions) - Ce
programme dotera la Force Aérienne de munitions à guidage de précision,
indispensables dans les scénari PSO (peace Support Operations) actuels et dans
lesquels les dégâts collatéraux devront être limités à un minimum.
- Remplacement d'un Boeing 727 (495 millions).
- Sea King (130 millions) - Acquisition d'un appareil d'occasion pour
effectuer des secours en mer et permettre les évacuations médicales.
- C-130 (500 millions) - Ce programme prévoit le remplacement, par un matériel
de seconde main, de l'avion de transport "C-130" détruit lors de l'accident du
15 juillet 1996, survenu aux Pays-Bas le 15 juillet 1996.
- Dragueurs de mines côtiers (12 milliards) - Poursuite d'un programme de 1995,
qui prévoit le développement et la construction de 4 dragueurs de mines en
remplacement des dragueurs de mines actuels, qui sont âgés de plus de 40 ans.
- Modernisation des frégates (1,5 milliards) - Les frégates ont été mises en
service entre 1978 et 1981. Le programme de consolidation consiste en
l'adaptation des systèmes de détection et d'armement. Ces frégates peuvent
jouer un rôle dissuasif comme ce fut le cas lors des embargos contre
l'ex-Yougoslavie et l'Irak.
- Modernisation des chasseurs de mines (1,8 milliards) - Programme de
coopération internationale (France, Pays-Bas et Belgique) avec un regard sur
la modernisation des systèmes de détection (SONAR) et des systèmes d'armement
existants des chasseurs de mines TRIPARTITE (CMT).
- Remplacement des remorqueurs et "Ready Duty Ship" (Pour la lutte contre la
pollution, les plans catastrophes en Mer du Nord,...) (120 milliards) -
Remplacement par du matériel d'occasion.
- Programmes médicaux (1,2 milliards) - Remplacement des ambulances de plus de
26 ans, modernisation de l'équipement médical existant et amélioration du
soutien aux opérations (entre autres, par la création d'antennes chirurgicales
parachutables et d'hôpitaux militaires d'appui direct sur le terrain).
Modernisation du matériel médical pour les opérations à l'étranger.
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Chasseurs de mines   Ven 25 Avr 2008 - 21:02

Communiqué de presse du Conseil des ministres du 25 avril 2008

Opération de déminage en mer Baltique

Participation opérationnelle d'un chasseur de mines belge dans le cadre de l'opération multinationale de déminage en mer Baltique



Sur proposition de M. Pieter De Crem, ministre de la Défense, le Conseil des ministres a marqué son accord sur la participation d'un chasseur de mines belge, dans le cadre de l'opération multinationale de déminage MCOPLIT 08 en mer Baltique.

Le chasseur de mines belge Primula participera, du 7 au 14 mai 2008, à la recherche et à la destruction de mines marines et d'engins explosifs dans les eaux territoriales de Lituanie, ainsi que dans sa zone économique exclusive (ZEE).

Depuis 1998, des chasseurs de mines belges participent annuellement à des opérations multinationales de déminage, alternativement en Estonie, Lettonie et Lituanie. La Belgique a ainsi acquis une grande expertise dans les domaines du déminage des eaux côtières baltes, de la formation des marines des Etats baltes et de leur intégartion au sein de l'OTAN.




Pour plus d'informations :
Service de presse de M. Pieter De Crem, ministre de la Défense
M. Didier De Weerdt (F)
02/550.28.84 - 0473/86.16.36
deweerdt.d@mod.mil.be
M. Tom Monballiu (N)
02/550.28.50 - 0473/69.08.94
monballiu.t@mod.mil.be

Service Communication du Conseil des ministres
Direction générale Communication externe - Chancellerie du Premier ministre
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Chasseurs de mines   Lun 19 Mai 2008 - 17:50

Communiqué de presse du Conseil des ministres du 16 mai 2008

Opération de déminage en mer baltique

Participation opérationnelle d'un chasseur de mines belge dans le cadre de l'opération OPEN SPIRIT en mer Baltique

Sur proposition de M. Pieter De Crem, ministre de la Défense, le Conseil des ministres a marqué son accord sur la participation d'un chasseur de mines belge, dans le cadre de l'opération multinationale de déminage OPEN SPIRIT 08 en mer Baltique.

Le chasseur de mines belge Primula participera, du 1 au 12 septembre 2008, à la recherche et à la destruction de mines marines et d'engins explosifs dans les eaux territoriales de Lettonie, ainsi que dans sa zone économique exclusive (ZEE).

Depuis 1998, des chasseurs de mines belges participent annuellement à des opérations multinationales de déminage, alternativement en Estonie, Lettonie et Lituanie. La Belgique a ainsi acquis une grande expertise et a largement contribué dans les domaines du déminage des eaux côtières baltes, de la formation des marines des Etats baltes et de leur intégartion au sein de l'OTAN.




Pour plus d'informations :
Service de presse de M. Pieter De Crem, ministre de la Défense
M. Didier De Weerdt (F)
02/550.28.84 - 0473/86.16.36
deweerdt.d@mod.mil.be
M. Tom Monballiu (N)
02/550.28.50 - 0473/69.08.94
monballiu.t@mod.mil.be
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Chasseurs de mines   Jeu 22 Mai 2008 - 20:34

Questions et Réponses
Sénat de Belgique

--------------------------------------------------------------------------------

Bulletin 1-77
SESSION DE 1997-1998
Questions posées par les Sénateurs et réponses données par les Ministres
(Fr.): Question posée en français - (N.): Question posée en néerlandais


--------------------------------------------------------------------------------

Ministre des Affaires étrangères
Question nº 1020 de M. Verreycken du 17 avril 1998 (N.) :
Vente de chasseurs de mines.
Selon Le Monde du 19 mars 1998, la Turquie a acheté à la France cinq chasseurs de mines qui se trouvent toujours au port de Brest où ils sont en réparation. Il pourrait s'agir de chasseurs de mines belges qui ont été vendus à la France.

L'honorable ministre a-t-il une information quelconque qui pourrait laisser entendre que l'acheteur français n'a effectivement servi que d'intermédiaire pour la livraison à la Turquie ?

L'on stigmatise très régulièrement le régime turc pour des atteintes aux droits de l'homme. Il me semble dès lors inopportun que la Belgique renforce directement ou par le truchement d'intermédiaires l'armement dont ce régime dispose.

Le contrat de vente des chasseurs de mines contenait-il une quelconque clause prévoyant une interdiction de revendre ces navires à des régimes dont on peut mettre en doute le caractère démocratique ?

Une telle clause permet-elle de considérer comme nulle une transaction conclue ?

Réponse : Les autorités françaises ont confirmé que les chasseurs de mines auxquels l'honorable membre a fait référence ne sont pas d'origine belge.

D'ailleurs, les chasseurs de mines que les Français ont vendus aux Turcs sont d'un type différent de ceux que la Belgique a vendus à la France.
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Chasseurs de mines   Dim 8 Juin 2008 - 14:00

La Belgique commandera un "groupement tactique" européen fin 2009

POLITIQUE dim 8 juin

La Belgique prendra pour la première fois, au second semestre 2009, le commandement d'un "groupement tactique interarmées" (ou "Battle Group") européen d'intervention rapide et y contribuera à hauteur de 1.350 hommes, a-t-on appris ce dimanche auprès du ministère de la Défense.

La décision, qui marque une ambition accrue de la Belgique dans cadre de la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), a été prise vendredi par le Conseil des ministres, après des mois de tractations. Le gouvernement a également approuvé une participation importante - 1.100 hommes - à la force de réaction rapide de l'OTAN, la "NATO Response Force" (NRF), au second semestre 2008. L'idée de prendre le commandement d'un groupement tactique (GT, en anglais EUBG) était déjà contenue dans l'accord de politique étrangère négocié l'été dernier par les partenaires de l'orange bleue. Elle a été reprise dans la déclaration gouvernementale du cabinet Leterme 1er.

"Ce projet ambitieux, inscrit dans l'accord gouvernemental, nécessite la mise à disposition d'environ 1.350 personnes et d'un quartier général de force", a souligné le ministère dans un communiqué. Concrètement, la Belgique fournira à l'Union européenne un état-major de brigade - celui de la 7ème brigade de Marche-en-Famenne - et un contingent de plusieurs centaines d'hommes pour former l'ossature de l'un des deux EUBG de 1.500 hommes en "stand by" chaque semestre.

Le complément sera fourni par la France, a précisé un spécialiste du dossier à l'agence BELGA.

Un EUBG est constitué d'un bataillon renforcé par des éléments d'appui et de soutien logistique, soit environ 1.500 hommes. Il peut se déployer en cas d'urgence dans un délai de cinq à dix jours pour des missions d'une durée initiale de 30 jours, pouvant être portée à 120 jours, moyennant un réapprovisionnement approprié.

Deux groupements tactiques sont disponibles en permanence depuis le 1er janvier 2007, ce qui permet à l'UE de mener deux opérations militaire d'une manière quasi simultanée. Ils sont soit nationaux, soit multinationaux, avec la participation de 26 des 27 pays membres de l'UE, le Danemark bénéficiant d'une exemption en matière de défense dans les traités européens.

Selon un système de rotation, les deux groupements tactiques en "stand-by" sont relevés chaque semestre par deux autres constitués d'unités d'autres pays européens.

Mais l'Union n'a encore jamais fait appel à ces unités, recourant par exemple à une force ad hoc (3.700 hommes, dont une majorité de Français) pour son opération EUFOR au Tchad et en République centrafricaine lancée au printemps.

Jusqu'à présent, la Belgique s'était pour sa part contentée de fournir une contribution parfois substantielle - jusqu'à 500 hommes - à certains EUBG, mais sans jamais en assurer le commandement.

Ce concept est l'une des leçons tirées de l'opération "Artemis" menée à l'été 2003 à Bunia (Ituri, nord-est de la République démocratique du Congo) afin de renforcer temporairement les Casques bleus de l'ONU.

Le concept de "Battle Groups" oblige toutefois la plupart des Etats-membres à faire des choix en matière de contribution en tenant compte de leur participation à la NRF de l'OTAN.

Le Conseil des ministres a ainsi décidé que la Belgique mettrait, au second semestre 2008, six chasseurs F-16, un navire chasseur de mines, du personnel au "Maritime Forward Logistic Site", un bataillon d'infanterie renforcé et un peloton d'artillerie anti-aérienne (soit environ 1.100 personnes) à la disposition de la NRF-11.

Au premier semestre 2009, pour la NRF-12, cette participation sera réduite à environ 435 personnes: six F-16, une frégate et un détachement CBRN (capacité de lutte contre les agents chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires).

Au second semestre 2009, la Belgique fournira 250 personnes à la NRF-13: six F-16, un navire chasseur de mines et du personnel au "Maritime Forward Logistic Site".
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasseurs de mines   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chasseurs de mines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: L'histoire de notre Marine de 1830 à nos jours :: Composante maritime (2002 - 2010)-
Sauter vers: