Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 les frégates E71 : de la conception à la construction...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 18:37

Bonjour à tous, j'ouvre ce sujet pour y placer des extraits d'anciens NEPTUNUS sur tout ce qui concerne le programme des nouveaux escorteurs de la Force Navale pour remplacer les Algérines et qui deviendront au final les Frégates E71 de la classe Wielingen  tete marin

Citation :
Création en 1969 d'une Commission d'avis sur le programme des futurs escorteurs (5.09.1969)

C'est le vendredi 5 septembre 1969 qu'est parut au Moniteur Beige (no. 171) l'arrêté ministériel du 25 août 1969 "Création d'une Commission d'avis sur le programme des
escorteurs", arrêté signé par les ministres de la Défense Nationale Mr. P.W. Segers et des Affaires Économiques Mr. E. Leburton.
La commission est chargée de suivre les travaux du Bureau d’Étude, de prendre les décisions nécessaires à la poursuite de ces travaux ainsi que d'émettre ses avis quant aux conclusions de l’étude.
La commission est composée du Chef D’État Major de la Force Navale, président, de trois représentants du Ministère des Affaires Économiques et de trois
représentants du Ministère de la Défense Nationale, tous membres ; elle comprend en outre, trois représentants du Bureau D’Étude qui sont assesseurs ; le secrétaire est un officier de la Force Navale.
Cette commission peut constituer des groupes de travail restreints. Un membre de la Commission désigné par le président dirige, les travaux de chaque groupe de travail.

Source : NEPTUNUS 1969

Citation :
Extrait (concernant les futurs escorteurs) de l'allocution prononcée par le Commodore LURQUIN, Chef d'Etat-Major de la Fores Navale, lors d'une Conférence de presse tenue à bord du GODETIA à Anvers Ie 27 octobre 1969 :

Les escorteurs - La contribution de la Belgique à cette flotte d'escorte OTAN a traditionnellement été de six escorteurs, à employer dans la mer du Nord, la Manche et leurs accès Ces navires de 1 000 tonnes de la classe algérine ont été achetés à la Grande-Bretagne et au Canada entre 1949 et 19S9. Étant donné que ces escorteurs ont été construits en 1942-43 et que leur état devenait par trop vétuste, nous avons été obligés de les déclasser.
On doit donc en conclure que pour l'instant, la Belgique ne satisfait pas à ses engagements dans le domaine de la protection de son trafic maritime contre le danger sous-marin. Cela explique donc notre impatience à voir aboutir l’étude ordonnée dernièrement par le Comité Ministériel de Coordination Économique et Sociale et qui doit mener au renouvellement de 6.000 tonnes de batiments d'escorte vétustes par 6.000 tonnes de matériel moderne, et dont - soit dit en passant - I'industrie et l’économie belges tireraient une grande part de profit
Enfin, pour faire coopérer marine marchande et marine de guerre en cas de conflit, il est nécessaire de maintenir en temps de paix l'ossature d'une organisation nationale intégrée dans une organisation OTAN, appelée à diriger le trafic maritime ceci afin de garantir le réapprovisionnement du pays en besoins vitaux. Cette organisation appelée "Naval Control of Shipping" tombe dans les attributions de la Force Navale.

Source : NEPTUNUS 1969 N°6

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 18:43

Extrait du NEPTUNUS de Juin 1970  tete marin

Citation :
à propos des escorteurs (extrait du journal de l'Aspirant de Marine Fortuné de Guignard)

Contribution belge a I'OTAN, six navires d'escorte de convois ont été alignes par la Belgique de 1949 a 1969. C’étaient les dragueurs-escorteurs "Gerlache", "Lecointe", "Demoor", "Dufour", "Van Haverbeke" et "de Brouwer", connus plus familièrement sous le nom d'Algérines, nom donné au premier de la série, par les Canadiens
Lancés à partir de l’année 1941, ces vaisseaux étaient plus grands, (respectivement 72 m h t , 1335 T et 65 m h t , 925 T ), que les corvettes "Godetia" et "Buttercup" qui, sous le pavillon belge, escortèrent les convois au cours de la seconde guerre mondiale
A court de dragueurs, à court d'escorteurs, l'Amirauté britannique n'avait pas craint de concevoir des navires capables d'assumer à la fois ces deux missions ce furent les Algérines.
Le cours des choses devait pourtant démontrer que, quoique excellents navires de mer, les Algèrines étaient de piètres chasseurs de sous-marins car les sous-marins les gagnèrent rapidement de vitesse. Ils devinrent piètres dragueurs également dès l'apparition des mines magnétiques à haute sensibilité qui exigèrent que l'on construisit des navires en bois, à haute spécificité
Et lis perdirent alors leur classement de dragueurs de mines. Le " M " qui précède les chiffres d'immatriculation peints sur la coque et qui veut dire ," dragueur " dans l' OTAN, fit place à un " F " pour " frégate ", ce qui constitua, dirent les mauvaises langues, la transformation principale qu'ils subirent pour figurer dans la catégorie des escorteurs !

N'empêche que comme tels ils pouvaient encore terminer honorablement leur carrière de bons et robustes serviteurs, ce qu'ils firent d'ailleurs, à condition d’être affectés à l'escorte du trafic côtier, trans-Manche et Mer du Nord, où on le croit généralement, le danger de voir opérer des sous-marins n'est pas bien grand !
Dans les mains de nos marins, ils draguèrent encore de nombreuses zones dangereuses, firent bon nombre d'exercices, exécutèrent de nombreuses missions, (la garde-pêche en ces années-là fut assurée principalement par eux), et ils furent en outre souvent au Congo où ils s’illustrèrent "certain jour" maïs ceci est une autre histoire.
Voyant vieillir sa flotte, l’État-major s'inquiéta de bonne heure du remplacement de ces escorteurs, et l'on vit nombre de jolies frégates étrangères relâcher, comme par hasard en nos ports et faire monter l'eau à la bouche de nos commandants, remplir de rêve les yeux des aspirants et d'envie le cœur et les reins des équipages toujours condamnés à dormir en hamac ce qui était très déconsidéré en ce temps là ! Maïs helas, les cordons de la bourse de la Défense restaient serrés, le "Sesame-ouvre-toi" n'avait pas été trouvé.
Les deux premières Algérines moururent un beau jour au port, de grand âge (1959).
On put les remplacer dare-dare par deux autres du même type, un rien plus jeunes, que le Canada put nous offrir sur contrat MDAP c'est-a-dire sans bourse délier. On leur donna pudiquement le nom des deux mourantes, "Lecointe" et "Dufour". Six est égal à six, l'honneur était sauf et nos obligations vis-a-vis de l'OTAN respectées !
Et l'on se remit en quête du Sésame , et les Algérines de leur coté se remirent à expirer l'une après l'autre.
Faute de grives on mange des merles , le dragage des mines fit prime sur le marché et l'on fit beaucoup de bruit autour de cette spécialité à laquelle il est vrai que les Belges excellent. Et ils y excellent d'autant plus que les autres Marines, tout en alignant le nombre de dragueurs qui leur est indiqué par l'OTAN, s'en désintéressent volontiers, ravies de trouver quelqu'un qui s'en charge.
Comprenez donc : ce n'est pas à la tête d'une escadrille de dragueurs qu'un Cap'tain peut prétendre faire assez d'étincelles pour espérer devenir un jour Amiral !


C'est alors qu'on donna une autre destination à la "Gerlache" : elle devint mère d'une escadrille de dragueurs et si l'on peignit un grand " A " pour "auxiliaire" sur sa coque, les transformations ne s'arrêtèrent pas là : on lui retira son canon de 4 pouces qu'on
remplaça par un tambour de drague et on la bourra de pièces de rechange pour ses poussins (1959).
Une seule Algérine finit avec gloire ses vieux jours : c'est le "de Moor". C'est lui qui fut choisi pour porter l'expédition scientifique menée par l'université de Liège sur les récifs coralliens de la Grande Barrière d'Australie : neuf mois de campagne dans des eaux peu sûres et mal connues où les cartes marines portent, au centre de grands blancs, les mots peu rassurants de "some more reefs" (encore quelques récifs).


Le "de Moor" en sortit pour entrer dans la gloire, il a été filmé comme une vedette, son nom s'écrivit dans les journaux et la littérature en parla.
Mais pendant ce temps-là, ses frères, puis lui aussi, passèrent à la ferraille, sans qu'on vit flotter sur les eaux de nos bassins le moindre successeur à la vieille génération.
Mais où restent-ils donc ces escorteurs-la ? Cette fois, cela ne va plus, l'OTAN n'est pas contente et nous non plus !
Le "Godetia" à peine rodé (si on peut dire "rodé" pour un navire, il est vrai que celui-ci roule !) le "Zinnia" à peine lancé, l’État-major se jette sur le programme "escorteurs".
On assainit tout d'abord la flotte car il s'agit de faire des économies (et de solides) : les navires de combat sont chers, un peu plus chers que nos "Zinnia" et "Godetia" qui sont pourtant de jolis morceaux. (En fait de jolis bateaux de guerre, mis à part le "Kamina", la Belgique n'en a jamais eu d'aussi grands).
On envoie donc le "Kamina" à la ferraille car il commence à couter un peu cher, le brave !


Puis on rend aux Américains toute une série de dragueurs. Ceux-ci étaient de la réserve, mais les années passant et les progrès de la technique s'en mêlant, leur appareillage électronique ressemblait de moins en moins à ce que l'on voit sur ceux qui ne sont pas en réserve. Moderniser le tout coûterait une fortune ; alors comme ils ont prés de 18 ans et que cet âge n'est pas la prime jeunesse pour un navire en bois, on s'en défait ! Les Américains les reprennent et les redistribuent à d'autres marines qui n'ont pas les mêmes problèmes que la nôtre. Le potentiel de notre défense maritime semble fort entamé, n'est ce pas ?
Cela est vrai pour ce qui est de l'escorte ; mais pour le dragage, pas trop vite ! : les méthodes nouvelles, les instruments nouveaux permettent à nos dragueurs d'abattre 6 fois plus de besogne qu'ils ne pouvaient en faire il y a à peine 10 ans.
De ce coté-là, pour un temps on est tranquille, on comprimé aussi les dépenses et même un peu plus qu'on ne le voudrait car l'armée de terre doit en faire autant (ordre du gouvernement !) et elle n'entend pas supporter tout le poids de la compression à elle seule: "Aviation! Marine!: Serrez d'un cran la ceinture !" - Exécution

la suite ci-desous...

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: journal de l'Aspirant de Marine Fortuné de Guignard   Mer 25 Mai 2016 - 18:46

Suite de l'extrait du NEPTUNUS de Juin 1970 : à propos des escorteurs (extrait du journal de l'Aspirant de Marine Fortuné de Guignard)

Citation :
Les mains râlent se plaignent et se lamentent. Maïs construisent néanmoins à Zeebrugge, qui est en pleine expansion et qui fait bébelle à la Force Navale, un mur de quai pour ses futurs escorteurs, on le construit "hors les murs" cette fois, au delà de l’écluse derrière laquelle la vieille base de réserve "ComresdepZeb" comme on disait dans le langage hoqueté des messages télégraphiques, s'endort doucement dans son bail emphytéotique qui la lie à Bruges la Maritime.


Très tôt aussi les fondements d'une association entre les chantiers de construction navale sont jetés. Et on obtient la permission d'entamer les études et plans de ces escorteurs : c'est-à-dire que l'on prévoit le budget pour en payer l'étude qui est confiée à cette association renforcée d'officiers de marine.
Le Gouvernement examinera cette étude lorsqu'elle sera terminée et choisira à ce moment là.
Ce qui est très sage, car ou bien on achète un navire tout fait, à l'étranger, comme l'aviation achète ses avions, et il reste à faire une prospection du marché afin de trouver quelque chose qui convienne à ses besoins et à sa bourse, ou on les construit soi-même et alors il s'agit d'en faire les plans et les études de manière à ce qu'ils conviennent à ses besoins et à sa bourse.
L'État-major, fort conscient du rôle économique que la flotte peut jouer par sa présence fréquente dans les ports étrangers, veut que nos navires qui battent pavillon belge soient de construction belge.
C'est logique. On n'achete pas du tout fait, donc on construit, et comme on ne s'entoure jamais d'assez de précautions (trop fort n'a jamais manqué, disent les marins bretons), on s'est assuré l'aide d'une grande marine alliée, la Marine Royale Néerlandaise en l’occurrence : l'artillerie, ou plutôt l'armement, car il s'agit de l'ensemble "détection - conduite de tir - feu" sera celui des frégates anti-sous-mannes de cette marine, ce qui simplifiera le problème des réparations, maintenances et approvisionnements et se rapprochera de la sacro-sainte loi de standardisation qui devrait faire la force de I'OTAN.
D'ores et déjà un personnel soigneusement sélectionné est envoyé aux Pays-Bas pour y suivre des cours et apprendre le métier de l'escorte moderne. Et on assiste à la mise en place du second volet de la collaboration des marines belgo-hollandaises : celui de l'instruction "chasse anti-sous-marine" qui est confiée à la Hollande, le premier volet ayant été la fusion des écoles de guerre des mines qui s'est faite à Ostende au profit des deux marines (1965).
Le dispositif est en place, il commence à tourner ? Quelles étapes a-t-on prévues ?
— Fin 1970, les directeurs des chantiers navals remettront au gouvernement leurs conclusions techniques, économiques et financières,
— Début 1971, pose de la première quille,
— En 1976 lancement du dernier navire de la série.
Voila pour le timing, voyons maintenant ce que seront ces escorteurs.
Le vocable escorteur veut tout dire et ne rien dire, car on peut utiliser toutes sortes de navires pour en escorter d'autres : des corvettes, des frégates, des avisos, des canonnières, des vedettes rapides ou des croiseurs.
Ce qui importe de savoir c'est ce que l'on doit escorter, où et jusqu’où on doit le faire, et en prévision de quelles menaces et de quels dangers.
L'OTAN nous donne à escorter des navires marchands naviguant seuls ou en convoi, en Mer du Nord, Manche et Atlantique pour les protéger centre les attaques des sous-marins ennemis, ceci en "pool" avec les escorteurs étrangers.
C'est en épure, la mission de nos escorteurs.
Pour savoir s'il faut construire un aviso, une canonnière, une corvette, etc. pour exécuter cette mission, bien d'autres éléments interviennent : d'abord, l'armement qu'on veut plus puissant que celui de l'ennemi : la taille du navire en découlera selon la bonne et vieille définition qui veut qu'un navire de guerre soit une "plate-forme d'artillerie flottante et mobile".
L'ennemi qu'on choisit de combattre détermine l'armement que l'on porte et la Vitesse à laquelle on veut l'amener. A vouloir se défendre ou attaquer tout ennemi, on en vient à construire des super-porte-avions et comme ces Goliath se font parfois battre par des petits David, on les protège par des anti-David !
Les navires de guerre modernes sont donc à destination particulière, on est loin de la polyvalence du dragueur-escorteur de la dernière guerre ! Même l'escorte se subdivise en "classes" puis en "vocations", comme on dit. Les navires capables d'un appui feu antiaérien, en même temps que de chasser valablement le sous-marin sont des escorteurs de 4 à 6.000 T que l'on appelle encore pudiquement des frégates, mais qui ont le tonnage des croiseurs.
Spécialisons donc s'il le faut ! Les escorteurs belges seront des frégates rapides de chasse anti-sous-marine, de dimensions modestes (1.600 T) et de prix abordable.
Exactement ce dont on à besoin aujourd'hui dans l'OTAN : du "Maxi-navire pour un Mini-prix" !


Source : NEPTUNUS Juin 1970

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 18:51

Et voici les tous premiers plans et les caractéristiques "officieuses" des nouveaux escorteurs, parus dans le NEPTUNUS de décembre 1970 tete marin

Citation :
Quatre frégates pour la Force Navale

Tranche de construction navale 1971-1976

Le Comité Ministériel de Coordination Économique et Sociale (CMCES) a décidé de commander a l'industrie de la construction navale belge quatre navires escorteurs de 1.500 tonnes dont la mise en service du premier pourrait se faire dès la fin de 1973 et celle du dernier, fin 1976.
L'engagement pris par la Belgique au sein de l'OTAN, prévoit que notre pays, en collaboration avec la Grande Bretagne, les Pays Bas et la France participe a l'escorte en temps de guerre, des 4.000 navires marchands qui sillonnent la région Manche-Mer du Nord pour l’approvisionnement de l'Europe Occidentale. II était d7s lors urgent de remplacer les SIX escorteurs de la classe des «Algérines» récemment mis a la ferraille. Aujourd'hui, c'est donc chose faite ! La Force Navale aura quatre navires modernes, c'est-à dire, capables d'affronter la lutte anti-sous-marine et qui disposeront d'une défense anti-aérienne efficace ainsi que des moyens pour le combat de surface.
La commission constituée par le C.M.C.E.S., le 9 juillet 1969, après avoir pris des contacts avec les grands pays européens constructeurs de navires (France, Italie, Grande-Bretagne et les Pays Bas), amena le C.M.C.E.S. à opter pour la collaboration bilatérale proposée par la Hollande.
On peut espérer que pour les chantiers navals belges s'ouvriront des débouchés pour des commandes étrangères étant donné qu'aucun bâtiment du type choisit n'existe actuellement sur le marché.
Économiquement parlant, l'industrie belge participera directement à raison de 45% à la fabrication des escorteurs en y ajoutant les compensations indirectes par les Pays Bas, on arrive à 78% de la valeur de la dépense décidée, soit 7 milliards. En plus, la Hollande a promis de compenser à 100% tous les contrats passés à son industrie nationale.
N'oublions pas qu'un navire de guerre vit près de 25 ans, qu'il constitue un excellent moyen de faire connaitre à l'étranger les ressources de l'industrie et de l'artisanat belge dont nous pouvons être fiers.
Ces frégates ouvrent de nouvelles carrières et de nouveaux débouchés au personnel officiers et sous-officiers qui voient dans les gros navires, une
possibilité de la promotion de la fonction.
La décision du C.M.C.E.S. fournit la preuve de la confiance de la Belgique dans sa Marine de Guerre, et nous marins, nous nous en réjouissons à juste titre.

CARACTERISTIOUES OFFICIEUSES (Construction belge) :

Moteurs : Cockerill Ougree (2 hélices)
Turbines : Rolls Royce

1 100mm français à l'avant
1 tourelle de 8 missiles «Sea Sparrow» (US)
2 affuts de 3 torpilles (US)

Radar (hollandais]
Sonar (US)
Hélicoptère : à determiner

Longueur : 96,623 m
Largeur 11,176 m
Tirant d'eau : 3,581 m

Source : NEPTUNUS décembre 1970

cliquer sur l'image pour l'agrandir


cliquer sur l'image pour l'agrandir

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 18:53

Et dans le "NEPTUNUS N° 2 de 1972" voici les explications de la modification du premier projet (ci-dessus) pour arriver au final aux frégates E71 (comme nous les avons connu) tete marin (l'article est en néerlandais, mais j'ai mis en bleu une traduction simplifiée)

Citation :
Hoe het groeide...
of de nog aseer jonge geschiedenis van het E71 Fregat


door
CPC(T) Ir Willy De Munck


Op 22 december 1970 werd een van de meest zenuwslopende periodes uit de nog jonge geschiedenis van de Zeemacht afgesloten met een denderend sukses. Na maandenlange suspense werd op die dag door het MCESC aan de Minister van Landsverdediging de toelating gegeven tot het bouwen van vier fregatten, door de Belgische scheepbouwindustrie, ten behoeve van de Zeemacht.
Le 22 Décembre 1970 est un grand jour dans l'histoire de notre jeune Marine. Après des mois de suspense, le CMCES (Comité Ministériel de Coordination Économique et Sociale) a donné la permission au ministre de la Défense de faire construire quatre frégates par l'industrie de la construction navale belge, au profit de la Marine.

Voorafgaandelijk aan deze beslissing werd reeds, van december 1969 tot december 1970, door een tijdelijke vereniging van de drie voornaamste Belgische scheepswerven, in samenwerking met het Projektbureau van de Zeemacht een « Feasability Study» uitgevoerd, op basis van de vooropgestelde stafeisen.
Avant que cette décision ne soit prise, de décembre 1969 à décembre 1970, trois grands chantiers navals belges en collaboration avec le Bureau du projet de la Marine ont mené une «étude de faisabilité» sur la base des besoins proposés.

Deze studie die moest leiden tot een voorlopig bestek en een budgetaire raming werd met door de Zeemacht gefinancieerd. Alleen wanneer de schepen uiteindelijk niet gebouwd werden, zou aan de tijdelijke vereniging een forfaitair bedrag uitbetaald worden.
Cette étude devait aboutir à une spécification provisoire et à une estimation budgétaire pour le financement par la Marine. Seulement, si les navires n'étaient finalement pas construits, une somme forfaitaire serait alors payée au consortium.

Na goedkeuring van de « Feasability Study » door de Zeemacht werd door de Minister van Landsverdediging, in juni 1971, een uitvoeringsstudiekontrakt getekend met Boelwerf en Cockerill Yards voor de som van 120 miljoen frank. Dit kontrakt omvat een optie voor bouw ingeval de uitvoeringsstudie wordt goedgekeurd, hetgeen uiterlijk vóór september 1973 moet gebeuren (fig 1).
Après l'approbation de l' "étude de faisabilité» par la Marine, le ministre de la Défense a signé, en Juin 1971, un contrat d'étude avec Boelwerf et Cockerill Yards pour la somme de 120 millions de francs. Ce contrat comprend une option pour la construction, si l'étude de mise en œuvre est approuvée, qui devrait avoir lieu au plus tard en Septembre 1973 (Figure 1).

Figure 1

cliquer sur l'image pour l'agrandir

la suite en-dessous...

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 18:56

suite de l'article du "NEPTUNUS N° 2 de 1972"

Citation :
Om de bouwtermijn met langer te maken dan strikt nodig, werd de toelating verleend aan de werven en aan de Zeemacht om een zeker aantal uitrustingen en wapensystemen met lange levertijd (soms meer dan drie jaar) reeds tijdens de uitvoeringsstudie te bestellen.
Demande aide pour une traduction correcte de ce passage

In de volgende paragrafen zou ik in het kort willen uiteenzetten hoe uitgaande van de originele stafeisen, de « Feasability Study » tot een eerste ontwerp leidde en waarom en hoe dit ontwerp uiteindelijk gewijzigd werd.
Dans les paragraphes qui suivent, je voudrais expliquer brièvement pourquoi et comment la conception du premier projet, suivant les besoins d'origine et l' "étude de faisabilité", a finalement été modifié.

Volgens de stafeisen gaat het om eskorteschepen met beperkte aktiestraal, meer speciaal bestemd voor opdrachten in de Noordzee en haar noordelijke en zuidelijke toegangswegen.
Selon les exigences du staff, les escorteurs doivent avoir un rayon d'action limité, plus spécifiquement pour pouvoir opérer en mer du Nord et dans ses voies d'accès au nord et au sud.

Ze moeten in staat zijn om met sukses alle bestaande of toekomstige onderzeeboten met klassieke voortstuwing te bestrijden.
Ils doivent être en mesure de combattre avec succès tous les sous-marins "à propulsion classique" existants ou futurs.

In meer beperkte mate en in gunstige omstandigheden, moeten deze schepen eveneens onderzeeboten met nukleaire voortstuwing, die de konvooien zouden aanvallen, kunnen bestrijden.
Et, dans des conditions limitées et favorables, ces navires doivent aussi pouvoir combattre les sous-marins "à propulsion nucléaire" qui attaquent les convois.

Zij moeten beschikken over een afdoende punktuele verdediging tegen luchtdoelen en een beperkte verdediging tegen zeedoelen. Deze operationele eisen leiden vooreerst tot de volgende konfiguratie (fig- 2).
Ils doivent disposer d'un défense ponctuelle et efficace contre les cibles aériennes et d'une défense limitée contre les cibles maritimes. Ces exigences opérationnelles mènent dans un premier temps à la configuration suivante (Figure 2).

Figure 2

cliquer sur l'image pour l'agrandir

Citation :
Lengte tussen loodlijnen : ong. 94 m. (longueur : environ 94 m)
Waterverplaatsing (leeg) : ong. 1.500 t (déplacement à vide : environ 1.500 t)
Maximum snelheid : 28 kn. (vitesse maxi : 28 nœuds)
Autonomie bij 18 kn.: 4.000 n.m. (autonomie à 18 noeuds : 4.000 miles)

Bewapening : (Armement)
— Een snelvurend automatisch kanon van middelzwaar kaliber tegen lucht- en oppervlaktedoelen. (Un canon automatique rapide de calibre moyen contre les cibles aériennes et de surface)
— Een achtbuis SEA-SPARROW lanceerinrichting tegen luchtdoelen. (Un lance-missiles à huit tubes SEA-SPARROW contre les cibles aériennes)
— Twee drievoudige torpedolanceerinrichtingen voor OZB-torpedo's Mk 44. (Deux lance-torpilles à triples tubes pour torpilles asw Mk 44)
— Een Ingescheepte OZB-helikopter die dezelfde Mk 44 torpedo's kan meevoeren en afwerpen. (Un hélicoptère asw embarqué qui peut transporter et lancer les mêmes torpilles Mk 44)

Bewapening : (Armement)
— Een snelvurend automatisch kanon van middelzwaar kaliber tegen lucht- en oppervlaktedoelen. (Un canon automatique rapide de calibre moyen contre les cibles aériennes et de surface)
— Een achtbuis SEA-SPARROW lanceerinrichting tegen luchtdoelen. (Un lance-missiles à huit tubes SEA-SPARROW contre les cibles aériennes)
— Twee drievoudige torpedolanceerinrichtingen voor OZB-torpedo's Mk 44. (Deux lance-torpilles à triples tubes pour torpilles asw Mk 44)
— Een Ingescheepte OZB-helikopter die dezelfde Mk 44 torpedo's kan meevoeren en afwerpen. (Un hélicoptère asw embarqué qui peut transporter et lancer les mêmes torpilles Mk 44)

Sensoren :(capteurs)
— Sonar: Een middenfrekwente panoramische waak- en volgsonar AN-SQS-505 van Canadian Westinghouse, in vaste dome, voorzien van onderwatertelefoon. (un sonar de veille panoramique et de suivi AN-SQS-505 du canadien Westinghouse, dans un dôme fixe, équipé du téléphone sous-marin)
— Radars : - Een C-band gekombineerde lucht- en zeewraakradar type DA-05 van HSA, uitgerust met IFF-SIF. (un radar Bande C de veille aérienne / surface type DA-05 de Holland Signaal Apparaten, équipé d'IFF-SIF "Identification Friend or Foe - Selective Identification Feature")
— Een X-band gekombineerde vuurleidings- en waakradar, type M25 van HSA, met « continuous wave » - injektiemogelijkheid voor doelverlichting ten behoeve van het Sea Sparrow systeem, en uitgerust met diverse ECCM-voorzieningen. (un radar bande X de conduite de tir/de veille type WM25 de HSA, avec « continuous wave » pour éclairage des cibles pour le système Sea Sparrow, et équipé avec les diverses dispositions ECCM "Electronic Counter Counter Measures")
— Een X-band zeewaak- en navigatieradar. (un radar bande X de veille surface et de navigation)

Data Handling en Display-systeem : (Système de gestion des données, des systèmes d'armes et de commandement)
— Een SEWACO-4 Datahandlingsysteem van HSA, opgebouwd rond een numerieke rekenaar van grote kapaciteit. Een aantal horizontale beeldkasten in de Operatiecentrale kunnen naar wens zowel de ruwe gegevens van de sensoren, als synthetische, rechtstreeks bruikbare gegevens vertonen. Het systeem ontvangt taktische informatie van eigen sonar en radars en eveneens van andere schepen, via de Link X datatransmissie.Het verzamelt en verwerkt deze informatie, biedt op elk ogenblik een kompleet en onmiddellijk bruikbaar beeld van de taktische toestand en helpt aldus het Kommando bij het nemen van beslissingen in verwarde situaties. (système de gestion des senseurs, des systèmes d'armes et de commandement SEWACO 4 "Sensor, Weapon and Command System" de HSA)

Voortstuwing : (propulsion)
— Een gasturbine voor hoge snelheden. Type Rolls Royce OLYMPUS TM 3B van max. 27.575 RPk bij 5660 tr./min.
— Twee snellopende dieselmotoren van max. 3.000 RPk elk bij 1000 tr./min. voor kruisvaart.
— Twee vijfbladige verstelbare schroeven met diameter van 3.200 m. en max. draaisnelheid van 260 tr./min.
— Een primaire en twee sekundaire tandwielkasten met zelfschakelende SSS-koppelingen voor automatische overgang van diesel- naar gasturbinebedrijf.
— Bediening en kontrole van de gehele voortstuwingsinsfallatie vanuit een centrale en gekonditionneerde kontrolekamer. Bediening van toerental en schroefspoed eveneens vanaf de brug.

Bemanning : 150 in gevechtstoestand. (équipage : 150 en situation de combat)

Een zeer komplete magnetische immunisatie is voorzien, aangepast aan de voorziene operaties in ondiep water. (Une immunisation magnétique complète, adaptée aux opérations prévues dans les eaux peu profondes)

la suite en-dessous...

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 18:58

suite de l'article du "NEPTUNUS N° 2 de 1972"

Citation :
Bij het beëindigen van de « Feasability Study», ten gevolge van grondige analyses en bepaalde taktische beschouwingen door SACLANT en CINCHAN, zoals weergegeven in het Verslag over de NATO-defensie tot 1980, bleken volgende wijzigingen t.o.v. 't oorspronkelijk ontwerp zich op te dringen, (fig. 3).
A la fin de l'«étude de faisabilité» et à la suite d'une analyse approfondie de certaines considérations tactiques par SACLANT et CINCHAN, comme indiqué dans le rapport sur la défense de l'OTAN jusqu'en 1980, les changements suivants ont été apportés par rapport au design original (figure 3)

Figure 3

cliquer sur l'image pour l'agrandir

Citation :
— Verlenging van het schip tot 103 m (allongement du navire à 103 m)
— Verhoogde waterverplaatsing tot ong 1800 t (leeg) (augmentation de déplacement à environ 1800 t "à vide")
— Bemanning in gevechtstoestand 160 (équipage à en situation de combat en 160)
— Van de ingescheepte helikopter en de Mk 44 torpedo's moest worden afgezien ten voordele van twee verschillende OZB-systemen : (l'hélicoptère embarqué et les lance-torpilles Mk 44 ont dû être abandonnés au bénéfice de deux systèmes asw différents)
--- Een systeem voor korte afstand en onmiddellijke reaktie, bestaande uit een 375 mm OZB-raketwerper (un système à courte portée et à réaction immédiate, constitué d'un lance-roquettes asw de 375 mm)
--- Een systeem voor grotere afstanden, bestaande uit OZB-torpedo s van moderne konceptie en heel wat doeltreffender dan de verouderde Mk44 Deze torpedo's worden gelanceerd door twee in het binnenschip opgestelde katapulten. (un système pour les longues distances, composé de torpilles asw de conception moderne et beaucoup plus efficaces que les anciennes Mk44, lancées par deux catapultes depuis l'intérieur)
--- Van de helikopter werd afgezien, hoofdzakelijk omdat uit zeer recente Amerikaanse Britse en Nederlandse studies was gebleken, dat een ingescheepte helikopter met
doeltreffend kan gebruikt worden op schepen van minder dan 3000 ton. Daarbij kwam dat een OZB-wapen voor kleinere diepten (kleiner dan 200 m) noodzakelijk was, gezien de karakteristieken van onze operatiezone. L'hélicoptère a été abandonné, principalement à cause de récentes études américaines, britanniques et néerlandaises qui ont montré qu'un hélicoptère embarqué ne peut être utilisé efficacement sur des navires de moins de 3000 tonnes. Il est ressorti qu'une arme asw pour les petites profondeurs (moins de 200 m) était nécessaire, compte tenu des caractéristiques de notre zone d'opération

Tot besluit nog enkele beschouwingen over de budgetaire en personeels aspekten van dit programma. Bij het beëindigen van de « Feasability Study », was de CVA tot het besluit gekomen dat de kostprijs per schip, zonder munitie of wisselstukken, ongeveer 1 miljard 200 000 000 fr (1970) zou bedragen. Op dit ogenblik, en rekening houdend met de reeds afgesloten kontrakten, met de kontrakten die zeer binnenkort zullen afgesloten worden en met de reeds weerhouden opties, zijn we nog steeds binnen de budgetaire grenzen opgelegd door MVL in december 1970.
En conclusion, quelques observations sur les aspects budgétaires et de dotation de ce programme. À la fin de l' «étude de faisabilité», le CVA est venu à la conclusion que le coût par navire, sans munition ou pièce de rechange, serait d'environ 1 milliard 200 millions de fr (1970). En ce moment, en tenant compte des contrats déjà conclus, des polices d'assurance qui seront conclues très bientôt et les options déjà retenues, nous sommes toujours dans les limites budgétaires imposées par le MVL en décembre 1970

Dit bouwporgramma geeft aanleiding tot een zeer belangrijke ekonomische kompensatie voor wat betreft de uitrustingen van buitenlandse herkomst, zodat het grootste gedeelte van de totale uitgaven rechtstreeks ten goede komt aan de nationale industrie.
Ce programme de construction donne lieu à une très importante compensation économique à l'égard de l'équipement d'origine étrangère, de sorte que la plupart des dépenses totales bénéficient directement de l'industrie nationale.

Voor wat betreft de voornaamste personeelsproblemen, moet voor ogen gehouden worden dat in normale omstandigheden twee fregatten operationeel zullen zijn, éen in groot onderhoud en éen in reserve. Dit brengt de totale effektieven voor het eskortesmaldeel op ongeveer 400 man. Deze personeelslast is aanzienlijk en zal een heel speciale inspanning vragen van de Zeemacht in haar geheel. Het is nu reeds duidelijk dat de huidige omvang van de mijnbestrijdingsvloot niet zal kunnen behouden worden. In 1974-1975 zullen de eerste mijnenvegers gedecommissionneerd moeten worden om het nodige personeel voor de eskorteschepen vrij te maken.

En ce qui concerne les principaux problèmes concernant le personnel, il faut garder à l'esprit que dans les circonstances normales, deux frégates seront opérationnelles, une en entretien majeur et une en réserve. Cela porte le total des effectifs pour les 4 escorteurs à environ 400 membres d'équipage. Cette charge est importante et exigera un effort particulier pour la Marine dans son ensemble. Il est d'ores et déjà clair que la taille actuelle de la flotte de dragueurs de mines ne pourra pas être conservée. En 1974-1975, les premiers dragueurs de mines seront décommissionnés pour libérer le personnel nécessaire pour les escorteurs.

Bij het indiensttreden van het eerste fregat zal de toestand zodanig zijn dat de enige mogelijkheid om een aanvaardbaar aantal mijnenvegers operationeel te houden, zal bestaan in de uitbreiding van het Vrijwilligerssmaldeel van de Reserve dat ongeveer een jaar geleden werd opgericht. Mogelijk zullen alle MSI's, of een deel van de MSI en van de MSC naar dit smaldeel moeten overgeheveld worden.
Lors de l'entrée en service de la première frégate, la situation sera telle que la seule option pour garder un nombre acceptable de dragueurs opérationnels, consistera en l'agrandissement de l'escadron de la réserve qui a été créé il y a environ un an. Possibilité que tous les MSI's, ou une partie des MSI's et des MSC's doivent être transférés à cet escadron.

Dit programma is van het allergrootste belang en totaal nieuw voor ons land. Het welslagen ervan, en dus ook grotendeels het welslagen van het eskorteprogramma, is afhankelijk van de geestdrift de ambitie en de verbeeldingskracht van degenen die het zullen moeten uitvoeren, en meer in het bijzonder van de nauwe en openhartige samenwerking tussen aktief kader en reservekader
Ce programme est d'une importance capitale et totalement nouvelle pour notre pays. Son succès et donc en grande partie le succès du programme des escorteurs dépend de l'enthousiasme, l'ambition et l'imagination de ceux qui auront à le porter, et en particulier la coopération étroite et franche entre le personnel d'active et le personnel de la Réserve.

Source : NEPTUNUS 1972 N° 2

marin barre

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 19:00

Voilà, je vais continuer à alimenter ce sujet au fur-et-à-mesure de tout ce que je trouverais comme infos "utiles" dans les anciens NEPTUNUS super

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Bosco
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2580
Age : 67
Localisation : Dinant (Bel)
Date d'inscription : 28/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 20:20

super Bien Olivier, je trouve que le premier projet était bien avec un hélico à bord
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 20:22

Bosco a écrit:
super  Bien Olivier, je trouve que le premier projet était bien avec un hélico à bord

Oui Bernard, mais un hélico asw, ça coûte très cher, et comme le budget était très (ou trop) serré on a eu droit à un lance-roquettes asw à la place crie

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 20:32

Et même au début que les 4 frégates E71 étaient en service, ils utilisaient encore le 1er projet pour illustrer leur pub d'engagement tete marin


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
le Baron
Amiral de division
Amiral de division
avatar

Nombre de messages : 1254
Age : 52
Localisation : Liège (Bel)
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 21:46

Génial comme sujet !

De la vient la fameuse histoire/légende de nos frégates qui devaient avoir un hélico.

Mais tout ça était avant le projet définitif des E-71 qui n'ont jamais eu d'hélico.

Et pourtant, sachez que les plans d'une E-71 avec hélico existent, j'en ai une copie, établie par le chantier Cockerill, qui proposait ce projet à la Grèce.
Revenir en haut Aller en bas
maurice
Amiral de division
Amiral de division
avatar

Nombre de messages : 1528
Age : 64
Localisation : Welkenraedt (Bel)
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 22:09

thumleft thumleft
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   Mer 25 Mai 2016 - 22:23

le Baron a écrit:
Et pourtant, sachez que les plans d'une E-71 avec hélico existent, j'en ai une copie, établie par le chantier Cockerill, qui proposait ce projet à la Grèce.

Salut Laurent, les plans dont tu parles datent peut-être des années 90 quand un projet de modernisation des E71 avait été un moment envisagé !?

Et, voici deux photos d'une maquette d'une E71 modernisée :





Je suppose que ce projet de modernisation avait certainement comme but principal la vente à l'export !?

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 35535
Age : 49
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Évolution des escorteurs de la marine belge   Ven 27 Mai 2016 - 17:03

Évolution des escorteurs de notre marine :


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les frégates E71 : de la conception à la construction...   

Revenir en haut Aller en bas
 
les frégates E71 : de la conception à la construction...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Belgian Navy - Force Navale Belge - Belgische Zeemacht :: Frégates - Fregatten - Frigates :: F910 WIELINGEN-
Sauter vers: