Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 le LANCASTRIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5313
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 7:31

Bonjour a tous
C'est en fouillant sur "les phares en mer" que j'ai découvert cet article que je tiens a vous le communiquer.
Le saviez-vous???
Le connaisiez-vous???

Le naufrage le plus meurtrier de toute l'histoire !


...Non, ce n'est pas, contrairement à ce que l'on pourrait penser, celui du Titanic !
Le naufrage le plus meurtrier de toute l'histoire est celui ...du LANCASTRIA .


Le naufrage dramatique du LANCASTRIA, éventré par les bombes allemandes,
eut lieu le 17 juin 1940, faisant 6 000 victimes
(soit quatre fois plus que le Titanic).



UN PAQUEBOT BRITANNIQUE DES ANNEES 1920

Ce grand paquebot britannique, de 169 mètres de long, fut construit par les chantiers William Beardmore de Glasgow, puis lancé l’été 1922 sous le nom de TYRRHENIA, pour le compte de la Cunard White Star Line. Son port d’attache est Liverpool.

En 1923, il est affecté à la ligne Hambourg/Southampton/New York, puis en 1924, son nom n’étant pas apprécié, il est rebaptisé et devient “Le LANCASTRIA”.


Le transatlantique "Le Lancastria".


De 1926 à 1932, il assure le service hebdomadaire de Londres à New York, puis il est transformé en bateau de croisière de luxe pouvant accueillir 1846 passagers .

Les navigations Charters et "croisières plaisir" sont très à la mode à la fin des années 1920. Chaque hiver par exemple, la Cunard Line organise une croisière de quatre mois autour du monde, traversant les Caraïbes, longeant l’Amérique du Sud puis l’Afrique, vers la Méditerranée et Mer Noire, et, durant l’été, navigue vers la Scandinavie, Europe de l’Ouest, Est-Canada, et effectue de courts voyages aux Bermudes, Nassau et Havana. Les prix d’un voyage autour du monde en 1929 débutent à 900 $.

Jusqu’au début de la deuxième guerre, le grand paquebot effectue sans encombre aucune de nombreuses traversées et croisières.


LA REQUISISTION DU LANCASTRIA DURANT LA GUERRE 1939-1945

Dès septembre 1939, le Lancastria est réquisitionné par la Royal Navy, repeint en gris et reconfiguré pour le transport de marchandises dans l’Atlantique.

Le 05 mars 1940, le Lancastria effectue son premier service comme transport de troupes.

Au printemps 1940, il participe à l’évacuation des troupes britanniques de la campagne de Norvège, là il essuie une attaque aérienne sans être touché. Le Lancastria continue ainsi son travail ...sans se douter qu’il deviendra l’une des plus importantes tragédies du XXe siècle.


EVACUATION MASSIVE DE TROUPES EN JUIN 1940

De nombreuses fois, le Lancastria est utilisé pour l’évacuation des troupes et des blessés.

Aussi en mai 1940, le désastre de la campagne de Flandre force les Alliés à rembarquer leurs troupes précipitamment à Dunkerque .
Dans la Somme, les Allemands triomphent, il est donc temps pour les Britanniques d’évacuer, afin d’emporter le plus de monde possible. Les paquebots sont une fois de plus mis à contribution.

Fin mai, le Lancastria est envoyé à Liverpool pour un carénage, le capitaine avait donc donné au maximum de marins une permission.
Mais, le 14 juin, tout l’équipage est rappelé pour une mission urgente.

Alors que la défaite de la France est imminente, la Lancastria, sous les ordres du Commandant Sharp, est sélectionné pour participer à “l’opération Aérial”, qui consiste à l’évacuation des troupes britanniques repliées dans l’Ouest de la France.
Il gagne donc Plymouth, où il doit rejoindre d’autres grands bâtiments affectés à la même mission.

En 1939, l’aviation allemande est devenue une arme dangereuse pour les navires alliés. En effet, si elle existait déjà lors de la première guerre, les avions n’avaient pas la capacité de transporter une quantité de bombes suffisante pour couler un paquebot... ce qui n’est plus le cas aujourd’hui...

Le Lancastria appareille donc de Plymouth le 14 juin, en compagnie du FRANCONIA et de l’ORONSAY, eux aussi bâtiments de Cunard Line, en direction de Saint Nazaire, pour rapatrier bon nombre de soldats britanniques.

Arrivé au niveau de Brest, le FRANCONIA est touché par l’aviation allemande et doit faire demi-tour vers Liverpool.


90 BATIMENTS POUR L'EVACUATION DES REFUGIES

Le 17 juin, le Lancastria mouille dans l’estuaire de la Loire, à 10 miles du port de la rade des Charpentiers, devant la pointe de St Gildas, avec de nombreux autres navires.

En effet, les Anglais ont réquisitionné tout ce qui pouvait naviguer pour évacuer leurs hommes menacés par l’avance éclair des Allemands. Et le 16 juin, ce sont environ 90 bâtiments de toutes tailles qui sont stationnés à proximité de la côte.

Mais la veille, l’ennemi a largué dans la rade ses terribles LMB, mines chargées de 800 kg d’explosif. Alors que quelques dragueurs s’affèrent à nettoyer la zone, l’un d’entre eux “La Courbe” saute sur une de ces mines.

A 11 heures, le 16 juin, alors que le draguage des mines n’est pas terminé, commence l’embarquement des troupes britanniques sur les navires. On estime à 57 000 hommes le nombre de rapatriés par Saint Nazaire entre le 16 et le 19 juin 1940.

Ce sont notamment 3 torpilleurs anglais et 3 grands remorqueurs, le Minotaure, le Titan et l’Ursus, qui servent de navettes entre la côte et les navires sur lesquels les réfugiés embarquent.


LE 17 JUIN, JOUR FATIDIQUE

Ce 17 juin, vers 15 heures, le Commandant Sharp décide de prendre la mer, mais doit attendre l’arrivée d’un escorteur, car le paquebot n’est armé que d’un canon de 102 mm et de mitrailleuses. Il ne pourra donc se défendre face aux terribles “Loup gris”, les sous-marins, et la Luftwaffe.

Mais ne voyant pas d’escorteur arriver, Sharp décide d’attendre l’ORONSAY pour faire route vers l’Angleterre ensemble, en convoi ... sans savoir que ce serait là une erreur fatale pour plus de 6000 personnes...

Le Lancastria se prépare à quitter le port de St-Nazaire avec environ 9 000 passagers à bord (on ne peut savoir combien de passagers se trouvaient exactement à bord, les documents de bord étant encore sous le secret militaire jusqu'en 2040).
Des soldats, pour la plupart, mais aussi des réfugiés, femmes et enfants, exténués par des heures de marche.
Au moins 6 000 personnes montent à bord du Lancastria. A partir de ce nombre, l’officier chargé de compter arrête sa tâche, et on évalue à 9 000 le nombre de réfugiés qui prennent place à bord du Lancastria.

Il est 15h50, alors qu’il s’apprête à lever l’ancre, lorsqu’un 3ème raid aérien de 6 à 8 stukas JU87 de la VIII Flieger Korps vise le Lancastria.
Le Commandant donne l’ordre de riposter, avec ses faibles moyens : il ne dispose que d’une mitrailleuse anti-aérienne... ce qui n’aura aucun effet.

Le Lancastria est touché à quatre reprises.

La première bombe perfore le pont, explose dans la cale n°2 , causant un terrible carnage au milieu d’environ 800 personnels de la Royal Air Force placés là. Il y aura très peu de survivants.

Le navire, gravement endommagé, commence à gîter sur tribord.
Le Commandant Sharp demande alors aux hommes de se diriger sur le côté bâbord, dans le but d’équilibrer le bâtiment.

La seconde bombe transperce la cale n°3, libérant 500 tonnes de mazout épais et gluant, qui rapidement envahissent le navire.

La troisième bombe traverse la cheminée, et explose directement dans la salle des machines, sous la flottaison.

La quatrième bombe pénètre dans la cale n°4, explosant les flancs du bâtiment, laissant la mer s’engouffrer dans les cales.

Dans l’urgence, on essaie de lancer des canots de sauvetage encore en bon état, mais du fait du gîte important, rares sont ceux qui peuvent être libérés.
Et c’est seulement deux canots qui réussissent à s’éloigner du Lancastria, chargés d’hommes, de femmes et de blessés. Les autres chavirent, sous des tirs de l’aviation allemande, ou bien surchargés par les survivants fuyant le désastre.

Ceux qui savent nager sautent du navire et se jettent à l’eau, et, péniblement, nagent à travers une nappe de mazout de 20 cm d’épaisseur, qui brûle par endroits. Ils suffoquent dans "un magma de sang, de mazout et de bois éclaté".


Des centaines de survivants se sont accrochés à la coque retournée, espérant que le navire tienne jusqu’à l’arrivée des secours.
Mais l’aviation allemande s’acharne sur l’épave, et mitraille, par des passages à basse altitude, coque du navire et hommes à la mer, larguant des bombes incendiaires pour tenter d’enflammer le mazout qui surnage.


Vers 16 h 10, le navire coule.


Les derniers instants du Lancastria.


Plusieurs centaines de naufragés purent cependant être sauvés, malgré les bombardements qui continuaient, par de petites embarcations mises à la mer par les nombreux bâtiments présents sur la zone au moment de l’attaque.

Mais faute de place, les sauveteurs sont forcés à un tri macabre : les survivants les plus mal en point sont rejetés à la mer pour laisser de la place à ceux qui semblent avoir une chance de s’en sortir.

Les rescapés sont couverts de plaies et de brûlures, et intoxiqués par le mazout qu’ils ont avalés. Ceux qui avaient réussi à échapper aux explosions, à la noyade et aux tirs des mitrailleuses succombent par centaines sur les bateaux venus à leur secours, asphyxiés par le mazout avalé .

Les registres officiels parlent de 2477 survivants.

Pourtant, le calvaire des rescapés n’est pas terminé : certains d’entre eux, débarqués à Saint-Nazaire, sont capturés par les Allemands et internés. D’autres pourront par chance regagner l’Angleterre sur d’autres bateaux.

Pendant plusieurs mois, la mer a rejeté les cadavres sur la côte de la Baie de Bourgneuf, où portent les courants de l’estuaire. Le nombre de corps est si important que beaucoup ne peuvent être enterrés dans des cercueils, et c’est souvent dans des tranchées entre deux couches de paille qu’ils sont inhumés.

Les cimetières de La Baule, de Pornic, de l'Herbaudière, et les tombes de l'île du Pilier en portent la cicatrice indélébile.


LE SILENCE SUR UNE TRAGEDIE

En Angleterre, à cette époque, le premier ministre Winston Chrurchill a réussi à rassembler derrière lui toute la population dans un grand élan patriotique.
Pour ne pas atteindre le moral de son pays et de ses troupes, il décide d’interdire durant 5 années toute publication sur le sujet, gardé comme secret d’Etat , ce qui explique que l’histoire du Lancastria ait été si peu connue.
Quant à la France, à l’époque en pleine débacle, elle fit également peu d’écho de ce naufrage.
...Et la tragédie tomba dans l’oubli...

En 1988, une plaque commémorative est posée sur le Mémorial du Lancastria.


731/4891][/url]

Aujourd’hui, l’épave repose toujours au large de la Pointe-Saint-Gildas par 24 mètres de fond, à 7 km de la côte, le long du chenal de la Loire.
Elle est classée "tombe de guerre".


Le site est marqué par la bouée de chenal marquée “Lancastria”...
Revenir en haut Aller en bas
wiro49
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 880
Age : 68
Localisation : Calais, FRANCE ex Charleroi
Date d'inscription : 12/01/2013

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 8:23

thumleft thumleft thumleft Comme toujours, super Christian, tes recherches payent toujours
Revenir en haut Aller en bas
Archer
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 8191
Age : 69
Localisation : LIEGE
Date d'inscription : 09/03/2012

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 8:35

super super super super

_________________
Laurent
 
---> voir ma présentation
 
Que celui qui n'a jamais bu me jette la première bière.
Une vie saine, au grand air et des rêves plein les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://poupousse1511@gmail.com
lebon
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 4428
Age : 77
Localisation : Pont-à-Celles
Date d'inscription : 19/12/2011

MessageSujet: Le LANCASTIA   Dim 24 Mai 2015 - 8:39


super super Christian
Revenir en haut Aller en bas
chkchk karthouch
Quartier-maître
Quartier-maître
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 67
Localisation : W.S.P.1150
Date d'inscription : 01/08/2010

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 10:23

Bonjour à tous et toutes
Recherche sur internet


Le 21 décembre 1987, le « Dona Paz » quitta le port Tacloban pour Manille. Vers 22h, alors qu’il traversait le détroit de Tablas, il entra en collision avec le pétrolier « Vector » qui lui transportait 8800 barils de pétrole.
Le pétrole, alors répandu autour du ferry, s’enflamma probablement des suites d’une étincelle produite par la collision entre les 2 navires et transforma le Dona Paz en immense Brasier. Aucune embarcation de sauvetage n’a pu être mise à la mer. Officieusement, le ferry transportait cette nuit-là plus de 4000 passagers et on ne dénombre que 21 rescapés. Cette catastrophe maritime fut la plus meurtrière en tant de paix.

La plus meurtrière de tous les temps : 10.000 morts (en temps de guerre)

La catastophe maritime la plus meurtrière de tous les temps survint en janvier 1945 après que le paquebot allemand « Wilhelm Gustloff » se fasse torpiller par un sous-marin soviétique. On dénombre alors environ 10 000 morts
Revenir en haut Aller en bas
JeanMi
nous a quitté
nous a quitté
avatar

Nombre de messages : 2797
Age : 70
Localisation : THEUX
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 10:39


_________________
JeanMi   marin barre

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
calamar1942
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 4837
Age : 75
Localisation : Espagne,spanje,empuriabrava
Date d'inscription : 01/11/2009

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 12:09

superbe document mais triste et une pensé pour les victimes
Revenir en haut Aller en bas
chris7450
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 2466
Age : 70
Localisation : Hainaut - Morlanwelz
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 15:03

Superbe vidéo et surtout très intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
René
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 6455
Age : 59
Localisation : courcelles
Date d'inscription : 23/12/2010

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 16:19

Belle trouvaille Christian  super

"Mais ne voyant pas d’escorteur arriver, Sharp décide d’attendre l’ORONSAY pour faire route vers l’Angleterre ensemble, en convoi ... sans savoir que ce serait là une erreur fatale pour plus de 6000 personnes..."

Je ne pense pas que avec ou sans escorteur l'issue aurait été autre.
Revenir en haut Aller en bas
JeanMi
nous a quitté
nous a quitté
avatar

Nombre de messages : 2797
Age : 70
Localisation : THEUX
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 17:05


_________________
JeanMi   marin barre

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
Archer
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 8191
Age : 69
Localisation : LIEGE
Date d'inscription : 09/03/2012

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 24 Mai 2015 - 17:47

Merci JeanMi pour ces deux vidéos. super super

_________________
Laurent
 
---> voir ma présentation
 
Que celui qui n'a jamais bu me jette la première bière.
Une vie saine, au grand air et des rêves plein les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://poupousse1511@gmail.com
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5313
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   Dim 28 Juin 2015 - 7:07

Salut a tous
Je ne vais pas revenir sur l'histoire du naufrage.
75 ans après, le Royaume-Uni reconnaît le naufrage du Lancastria

Officiellement, le naufrage fait au moins 5200 victimes (2443 survivants), ce qui en fait le second plus meurtrier après celui du paquebot allemand Wilhelm Gustloff (plus de 5300 morts), torpillé le 30 janvier 1945 en Baltique par un sous-marin soviétique. Toutefois, selon certains historiens, la perte du Lancastria aurait, en réalité, fait quelques 7000 victimes.



C’est une étape importante et attendue que le gouvernement britannique a franchi il y a quelques jours au Parlement. Alors que le 17 juin marquait les 75 ans du naufrage du Lancastria devant Saint-Nazaire, le Chancelier George Osborne a tenu à prendre la parole dans l’enceinte de la Chambre des Communes du Palais de Wesminster pour reconnaître l’immense perte humaine que représentait cette catastrophe maritime. Médiatiquement étouffé et classé secret pour un siècle sur ordre de Winston Churchill, ce naufrage qui est l’un des plus meurtriers de l’histoire attendait toujours d’être officiellement reconnu.

Ministre des Finances, deuxième homme du gouvernement, le Chancelier Osborne s’est exprimé au nom du Premier Ministre : « C’est le 75e anniversaire du naufrage du HMT Lancastria, la plus grande perte de vies britanniques en mer dans l'histoire de cette nation maritime. Certains des survivants sont encore en vie aujourd'hui et beaucoup, bien sûr, pleurent ceux qui sont morts ».

« Ce naufrage a été gardé confidentiel, à l'époque, en raison du secret en temps de guerre, et je pense qu'il est approprié aujourd'hui, dans cette Chambre des Communes, de se souvenir de ceux qui sont morts, ceux qui ont survécu, et ceux qui les pleurent ».

Une catastrophe à taire, d'où une reconnaissance tardive

Aussitôt après le drame, Winston Churchill donne l’ordre, via un « D-Notice », de taire la nouvelle et empêche ainsi la presse de l’évoquer afin de ne pas détériorer un peu plus le moral de la nation, qui apprend chaque jour de sombres nouvelles concernant les forces britanniques. Dans ses mémoires, l’ancien Premier Ministre anglais ne regrettait pas cette décision ni celle d’avoir classé secret les informations sur cette catastrophe jusqu’en 2040 en arguant du fait que « le peuple en avait alors assez des mauvaises nouvelles ».

Alors que les survivants de la catastrophe disparaissent les uns après les autres, la colère des familles de victimes se faisait grandissante et le gouvernement britannique était pressé depuis de nombreuses années de reconnaître enfin officiellement ce terrible naufrage. En 2008, le gouvernement écossais avait, de son côté, frappé une médaille en l’honneur des disparus du HMT Lancastria. Mais Londres se murait dans un silence de plus en plus difficile à conserver.

Un groupe de députés, de militaires, des célébrités et des personnalités comme le petit-fils de Churchill militaient activement en faveur d’un geste du gouvernement, qui vient donc d’accéder à leur demande par cette commémoration officielle au Parlement.

Le Ministre de la Défense, Earl Howe, a également rappelé que  « le naufrage du HMT Lancastria reste la plus grande catastrophe maritime du Royaume-Uni et, même si elle a eu lieu il y a 75 ans cette semaine, le sacrifice de milliers de militaires et de civils, et le courage de ceux qui ont été sauvés ce jour là, ne doit jamais être oublié ».

Cependant, le ministre n’a pas pu répondre à toutes les demandes, en particulier concernant un classement de l’épave en vertu de certaines lois anglaises puisqu'elle est située dans les eaux territoriales françaises. L'Etat français a par ailleurs protégé l’épave en interdisant depuis 2006 la pratique de la plongée sur un rayon de 200 mètres autour de celle-ci.


Mais la région qui reste matériellement la plus marquée par cette catastrophe est bien évidement celle de Saint-Nazaire qui a vu durant des mois les corps sans vie des victimes rejetés par la mer et macabrement parsemer ses plages.

La plupart reposent aujourd’hui dans une petite quarantaine de cimetières de l’Ouest, parfois assez éloignés du lieu du naufrage (les îles d’Yeu, d’Oléron, de Ré, Brest…).

A l’image du cimetière britannique de Pornic, les tombes, blanches et alignées, portent parfois un nom, un grade, un âge. Elles sont d'autres fois anonymes, gravées de la mention « Known unto God » (Connu de Dieu). Toutes, portent la même date : 17 juin 1940.







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le LANCASTRIA   

Revenir en haut Aller en bas
 
le LANCASTRIA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: La marine non militaire (marine marchande, de pêche, de plaisance,...) :: Les bateaux de Légende-
Sauter vers: