Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 cornemuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 17:00



En 1972, la Godasse quitte St-Malo. Surprise ! On entend le grincement
d'une cornemuse sur la baie couverte de brume. Et surgit parmi les roches un
MSI britannique avec un cornemusier à l'avant . On le voit sur la photo et aussi
le garde à vous de l'équipage car  Pipes, salut aux couleurs, et
il continue sa route.
Aujourd'hui, je me pose une question ...
Est-ce une tradition sur tous les navires britanniques où seulement quelques-uns ?
Sur d'autres documents , à l'avant se tient un peut-être officier bien raide mais sans
cornemuse.
J'ai d'abord pensé que c'était uniquement sur les navires ayant un lien avec l'Ecosse.
Mais le MSI aperçu est le M 2783 ODIHAM , nommé d'après un petit village du Hampshire,
dans le sud de l'Angleterre.
J'en suis à me demander que c'est peut-être parce que le capitaine est Ecossais ??
Quelqu'un sait-il de cette tradition et l'expliquer ?
Revenir en haut Aller en bas
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 17:28

Comme on ne distingue pas très bien la marque d'étrave et que
çà pourrait être M2793 , j'ai donc fouiné sur Google pour trouver
M 2793 THORHAM mais Thorham n'est toujours pas en Ecosse. C'est
un petit patelin du comté de Norfolk , Est de l'Angleterre ...
Revenir en haut Aller en bas
VALKIRI
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4885
Age : 79
Localisation : OSTENDE
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 18:09

L O titian
Tradition sur les navires britanniques au poste de manœuvre : Officier raide(sans cornemuse) situé sur l'étrave regard vers l'avant en principe un midship
La grande majorité des noms de "ville" ce terminant en Ham se trouvent en Angleterre.
En ce qui concerne le joueur de cornemuse je ne crois pas qu'il doit y avoir un lien écossais malgré que l'instrument est "scottish" Certainement un concours de circonstance présence d'un piper mais aussi l'autorisation du vieux a/b;je me rappelle dans le années 70 sur le M 931 Knokke le piper un jeune officier en tenue  écossaise  -- se trouvait sur le pont midship installé sur les coffres a munitions,cela donnait un certain cachet au poste de manœuvre
Voici la Photo de ce jeune officier  2EV Nonneman
 
et pour mettre un peu d'ambiance

Salut salut

_________________
Dans la vie il y a trois routes
L'estime:l'idéal que l'on poursuit
La route vraie:la vie réelle de tous les jours
La route sur le fond:c'est le destin

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 18:46

merci Val
en fouinant sur le web , j'ai vu que la cornemuse est utilisée dans plusieurs
marines , française , allemande etc en certaines occasions. Cà ne semble donc
pas être une seule tradition anglaise.
Revenir en haut Aller en bas
MIKE
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3014
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 24/09/2010

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 19:02

super super titian

j'ignorais qu'une photo existait de cet événement musical

j'ai toujours pensé que ce navire s'appellait le godferdomme étant donné

que c'est ce que j"ai entendu le plus sur la passerelle

on était en pleine brume avec le concert de cornes de brume un bruit

bizarre qui a fait galoper le vieux et 2 officiers de chaque coté de la

godasse pour identifier ce bruit en répétant godferdomme

puis le brouillard se déchira et le msi apparut

pour une parfaite exactitude c"est a l"arrivée a st Malo que ça c'est


passé et non a la sortie on venait de passer la nuit au large de st malo


prés d'une bouée cloche entourés d'un concert de cornes de brumes

dans une purée de poix compléte:sifflotte: 


salut  




Revenir en haut Aller en bas
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 19:31

J'ai pris un risque en faisant cette photo alors que tout le monde
était au garde à vous . Le chef ne m'a pas vu ...
Revenir en haut Aller en bas
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 19:51

Ce que tu peux être contrariant Mike !
On voit bien sur la photo que le MSI navigue vers St Malo. Voit le
rivage en arrière-plan. Donc la Godasse quitte...
Revenir en haut Aller en bas
MIKE
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3014
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 24/09/2010

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 20:20

désolé le msi anglais naviguait ainsi que le godetia vers st malo

quant on est reparti de st malo pas de brume c'est une absolue certitude

je me souviens trés bien car c'est la pire navigation dans la brume
Revenir en haut Aller en bas
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 20:41

Revenir en haut Aller en bas
MIKE
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3014
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 24/09/2010

MessageSujet: Re: cornemuse   Sam 3 Aoû 2013 - 21:44

http://i38.servimg.com/u/f38/15/70/42/81/sortie10.jpg



VOILA LA VUE SORTIE DU PORT ST MALO tribord d'un navire

de babord on peut voir la cote photo msi
Revenir en haut Aller en bas
Robert
ex Président d'honneur
ex Président d'honneur
avatar

Nombre de messages : 489
Age : 89
Localisation : 1850 Grimbergen
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: hms hihlander correction   Mer 30 Oct 2013 - 19:00

Première ligne : ajouter la mention : à devenir Commander c'esxt à dire capitaine de frégate
Revenir en haut Aller en bas
Robert
ex Président d'honneur
ex Président d'honneur
avatar

Nombre de messages : 489
Age : 89
Localisation : 1850 Grimbergen
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Coremuses HMS Hihglander   Mer 30 Oct 2013 - 19:04

Le commander Dennys Rayner DSC & Bar RNVR fut un des très rares officiers de la réserve volontaire de la RN. Alors qu'ietait encore lieutenant commander et avait fait ses preuves comme commandant du vieux destroyer HMS Skikari dans les escortes de convois en Atlantique il fut nommé commandant du destroyer HMS Highlander. pennant nulber H 44 le 20 mars 1944. Ce bâtiment était de la classe H en construction en septembre 1939 pour la marine brézilienne mais repris le 5 du même mois par la RN. C'était une solide unité de 1350 tonne et armée de quatre pièces de 4.07 inches. Le navire venait de subir une refonte après avoir servi sous différents commandants et Rayner se rendit vite compte que le moral de l'équipage était à zéro et avec une longue de "defaulters" c'est à dire des punis. Rayner étudia la situation avec son nouveau 1er lieutenant et le Chief Engineer qui lui faisait partie de l'équipage original. La conclusion fut que les différents commandants qui s'étaient suivi ne s'étaient pas concerné du bien être de l'équipage et que de nombreuses permissions à terre avaient été refusées, même celle demandées pour des raisons familiale, la liste des "defaulters, le punis était longue autant que les demandes de mutation.., certains hommes avaient même droit à des érriérés de solde non payée, Rayner réuni alors l'équiage. Il leur dit ce qu'il avait constaté page et dit qu'il voulait faire du Highlander un "happy" ship, il supprimait toutes les punitions , prétablit les permissions mais y mis des conditions. Les hommes devaient travailler dur, s'entraîner pour recevoir des punitions et qu'ils pouvaient le contacter quand ils aurait des problèmes difficiles. L'atmosphère du bord changea immédiatement du tout au tout.
Rayner découvrit aussi que la ville de Perth aviat proposé de parrainer le batiment mais il n'y avait pas été donné suite.Et quand ils rentrèrent à Troon Rayner contacta le Mayor de la ville qui organisa immédiatement un bal pour l'équipage au cours duquel la ville leur offit deux cornemuses Il ny avait aucun bag piper dans l'équipage, mais le chief engineer eut une idée de génie. Quand le Highlander rentratit de crosière dans l'estuaire de Londonderry, le chief branchait à pkleine puissance un disque sur le haut parleu du bord tandis que sur la passerelle deux matelots soufflient dans la cornemuse pour la gonfler. Le succès était énorme et particulièrement auprès d'une base de Wren..;devant laquelle passait le destroyer.
Au début de septembre Rayner quitta à regret le Highlander qui était devenu un vrai happy ship pour prendre le commandement du 30th Escort Groupe sur la Frégate H 449 Pevensey Castle. Le 11 novembre lePenvensey Castle coula le sous-marin U 1200 de l'Oberleutnant zur See Heinrich Mangels par 50°24 . 09°10 W à 75 mille au SSE du fasnet. Il n'y eut pas de survivant.
Revenir en haut Aller en bas
titian
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Nombre de messages : 827
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: cornemuse   Mer 30 Oct 2013 - 22:07

Belle recherche , Robert.
Article intérressant .
voir aussi : sur Google
Royal naval pipers society
Revenir en haut Aller en bas
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 5312
Age : 63
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: cornemuse   Jeu 31 Oct 2013 - 7:38

ha vous dites "cornemuse" et pourqoi pas "doedelzach"
http://youtu.be/DcxOGo0T3zI

http://youtu.be/fehe-qFzeQw



La cornemuse est un instrument de musique à vent et plus particulièrement à anches. Il en existe plus d'une centaine de types dans le monde. Sa répartition géographique correspond à l'Europe entière, au Caucase, au Maghreb, au golfe Persique et va jusqu'à l'Inde du Nord.

Les origines de la cornemuse sont lointaines et difficiles à déterminer étant donné le peu de preuves archéologiques dont on dispose aujourd'hui. Elle est mentionnée dès l'époque gréco-romaine : les Grecs l'appelaient ἄσκαυλος / áskaulos et chez les Romains elle se nommait tibia utricularis. On suppose que la cornemuse prendrait ses origines en Égypte antique car de nombreuses représentations de chalumeaux doubles, tant chez les Grecs (aulos bicalame, de calamus = roseau en latin) que chez les Égyptiens montrent l'importance de cet instrument. Des débris de ce dernier ont été retrouvés dans des pyramides égyptiennes datant d'environ 3 000 ans avant J.-C. Aristophane (≈450-386 av. J.-C.) poète comique d'Athènes s'en moquait déjà. En théorie, il serait arrivé en Europe grâce aux Grecs, puis aux Romains et au commerce avec les Celtes tout autour du bassin méditerranéen. En effet, d'après Procope (fin Ve s. – vers 562) cet instrument aurait été l'instrument de marche des légions romaines. Mais rien ne permet de conforter cette théorie au vu du peu de témoignages dont nous disposons.

Rechercher une origine commune entre les différentes cornemuses est aussi hypothétique qu'illusoire ; il est d'ailleurs possible que cet instrument ait été créé simultanément ou à des époques différentes, et cela dans des régions fort éloignées.

Instrument pastoral à l'origine, elle a développé au cours des siècles un répertoire à part entière qui culmine avec la musique de cour et la musique militaire.

http://youtu.be/PSH0eRKq1lE

L'adjonction d'un réservoir (poche) à un hautbois à anche double ou à anche simple, constitue l'une des particularités de l'instrument qui permet alors un jeu continu (similaire au souffle continu) et puissant, une autre étant l'adjonction de tuyaux complémentaires à anche simple ou double (semi-mélodique ou bourdon) amplifiant encore la puissance sonore et l'effet polyphonique.

Le joueur de cornemuse est appelé « cornemuseux » et « sonneur » ou biniaouer en Bretagne, piper en Irlande ou en Grande-Bretagne


Afrique du Nord

Mezoued, tunisienne ;
Ghita n'tilout, algérienne.

Balkans Europe du sud et Moyen-Orient

Askomadoura, crétoise, proche de la tsambouna ;
Gaïda, Bulgarie, Serbie, Macédoine, Albanie ainsi que Grèce, dont le sac est constitué de la peau d'une chèvre sur lequel sont montés bourdons et hautbois à l'emplacement des pattes et du cou de l'animal ;
Karamunxia ou karamoussa, d'Italie et de Crète ;
Tsambouna, grecque ;
Tulum, propre à la région du Nord-Est de la Turquie ;
Zaqq, maltaise.
Caraba, Cimpoi roumaine et moldave ;

Pays du Caucase

Chiboni, Gudastviri, géorgienne ;
Parkapzuk, Tïk, arménienne ;

Belgique

Doedelzak, aussi appelée pijpzak (Flandre française et belge) que l'on retrouve sur les représentation de Pieter Brueghel le Jeune ; c'est une cornemuse très proche de la musette du centre de la France.
Muchosa ou muzosac, muchosac ou muchafou (en néerlandais Moezelzak), cornemuse belge du pays des Collines, Hainaut (Wallonie) ;

Catalogne

Le sac de gemecs ou sac dels gemecs, dit aussi (suivant les lieux) la borrassa, la botella, la criatura verda, el bot, la cabreta, la manxa borrega, la marieta verda, la coixinera, etc. On le trouve dans toute la Catalogne, tant en Catalogne Nord (sur le territoire de l'état français) qu'en Catalogne Sud (territoire de l'état espagnol), ainsi qu'à Mallorca où il prend le nom de ses xeremies

France
http://youtu.be/z6qcyJjjTp0
festival celtique (biniou)



Binioù bras, ou pib veur (mot breton pour le premier et breton adapté du gaélique pìob mhòr pour le second, nom féminin), littéralement « grande cornemuse », qui est l'adaptation dans la première moitié du XXe siècle du Great Highland Bagpipe écossais, avec un jeu très proche ; accordage en si bémol.


Binioù kozh (breton, nom masculin), littéralement « ancienne cornemuse », l'une des cornemuses les plus aiguës ; accordage généralement en si bémol depuis que le succès des bagadou a standardisé les bombardes, une octave au-dessus de celle du biniou bras. On trouve aussi des biniou kozh accordés traditionnellement en sol, la, si naturel et do.
Bodega : Languedoc, Montagne Noire ;
Boha (landaise), la cornemuse traditionnelle des Landes de Gascogne ;
Bousine (normande), petite cornemuse sans bourdon du Sud de la Normandie, arrivée d'Islande au XIIIe siècle, elle a disparu à la fin du XIXe siècle.
Cabrette (auvergnate), apparue au XIXe siècle dans la communauté auvergnate de Paris et qui s'est rapidement répandue en Haute Auvergne et Aubrac ; elle comporte un tuyau mélodique et un tuyau d'accompagnement, mais ce dernier n'est pas toujours fonctionnel ;
Musette du centre ; cornemuse d'usage courant dans le Berry, Bourbonnais, Nivernais et Morvan et plus généralement dans le centre de la France. reconstruite à partir d'anciens modèles conservés dans les musées ou les familles des anciens musiciens. couramment dans la tonalité sol do (16 pouces). Il en existe aussi en la /ré (14 pouces) et en do aigu (11 pouces). Il existe aussi dans le bourbonnais la cornemuse dite "grande Bourbonnaise" en 18 pouces (fa sib), 23 pouces (sol do grave) et la "20 pouces" créée par Bernard Blanc, pour jouer avec les vielles en ré, tonalité principale de cette région.
Doedelzak, flamande, en Flandre française (région de Lille à Dunkerque environ) ;
Chabrette (limousine et périgourdine) ; dites cornemuses à miroirs.
La grande nivernaise (Bourgogne), « Il y avait au siècle dernier à Saint-Pierre le Moûtier, dans le Nivernais, des fabricants de grosses cornemuses (...) qui excellaient dans les incrustations d'étain et de plomb dont ils chargeaient les chalumeaux en bois de poirier. Un détail assez curieux, c'est que les fleurs de lys qui formaient la base de cette décoration ne cessèrent jamais d'affecter la forme qu'elles avaient au XVIe siècle. » Eugène de Bricqueville, 1895.


Haute loure (normande), à haut bourdon, l'une des plus anciennes représentations étant celle du sonneur de la tourelle de l'hôtel de Bourgtheroulde de Rouen, sculpté vers 1502 (détruit en 1944 par les bombardements américains), disparue à la fin du XIXe ou au tout début du XXe siècle ;

Joueur de chevrette, Maison des Musiciens de Reims, XIIIe siècle.Loure (normande), figurée dans les anciens manuscrits, en peinture ou dans la sculpture religieuse, elle disparut au XVIIIe siècle.


Musette Béchonnet (Auvergne), Joseph Béchonnet, de la commune d'Effiat dans le nord du Puy-de-Dôme fabriqua dès le milieu du XIXe siècle, des cornemuses à soufflet (ou à bouche, proche de la musette du centre mais ayant la caractéristique, de posséder dans le boîtier, un bourdon supplémentaire (dit petit bourdon) à l'octave supérieure de la note tonale. Son aire de jeu est le nord du Puy-de-Dôme et le sud de l'Allier. Dans le Charolais et le Brionnais, les chercheurs du GRETT ont découvert que la pratique de la cornemuse a perduré jusqu'en 1931. Ils ont recensé à ce jour une dizaine de cornemuseux locaux, jouant sur des instruments à soufflet de type Béchonnet ;

Musette bressane (Bourgogne), petite cornemuse à soufflet, hautbois en Si bémol et deux bourdons (petit bourdon parallèle au hautbois sur un même boîtier). On en a retrouvé plusieurs exemplaires dont un en parfait état, signé Lutaud 1852, conservé au musée des Ursulines à Mâcon.
Musette de cour (utilisée aux XVIIe et XVIIIe siècles en France, cette cornemuse à soufflet a la caractéristique de posséder deux hautbois, pour faire deux mélodies simultanées, et neuf bourdons accordables. Elle était faite en ivoire, son sac était en soie brodée de fils d'argent ; son usage restait l'apanage des nobles, amateurs de 'bergeries'.
Panse d'oueille, ou pis d'chieuv' (Bourgogne), Dans le sud du Morvan et le Nivernais, l'association Lai Pouèlée a effectué un inventaire des musiciens et instruments. Les cornemuses retrouvées, de type musette du Centre, ne sont pas de facture locale. La pratique est restée vivante jusque dans les années 1950.

Pipasso (piposa) ou cornemuse picarde, instrument de berger, elle est toujours jouée actuellement.
Veuze (instrument du pays nantais et du marais breton/vendéen à anche double non pincée).

Italie

Baghèt, une des cornemuses italiennes venant des vallées de Bergame ;
Ciaramella, italienne ;
Cornette, de l'Italie méridionale ;
Karamunxia ou karamoussa, d'Italie et de Crète ;
Müsa, une cornemuse de l'Italie septentrionale ;
Piva, de l'Italie du Nord ;
Surdulina, de l'Italie du Sud proche de la zampogna ;
Zampogna, polyphonique, italienne à double chanter et quatre bourdons.

Hümmelchen moderne.Pays germaniques Europe centrale Bock, allemande
Hümmelchen, allemande
Sackpfeifen, germanique et suisse ;
Schäferpfeife, allemande ;
Schweizer Sackpfeife (cornemuse Suisse) : en Suisse, la cornemuse était un instrument dans la musique traditionnelle du Moyen Âge au XVIIIe siècle.
Pays slaves Europe centrale et orientale[modifier | modifier le code]Dudy, siesieńki, gajdy, polonaise ;
Dudy, tchèque ;
Gajdy, slovaque ;
Koza, polonaise et ukrainienne ;
Matstsyanka, ukrainienne et biélorusse ;
Shüvïr, cornemuse russe ;
Duda, hongroise ;
Dude, slovène
Diple, Dude, croate ;
Péninsule ibérique[modifier | modifier le code]Gaita (basque, galicienne et asturienne) ;
Gaita de foles (Portugal) ;
Sac de gemecs, (Catalogne) ;
Xeremies (Majorque) ;
Gaita de boto, (Aragon)

Royaume-Uni et Irlande
Angleterre :

Northumbrian smallpipes (Northumberland, nord-est d'Angleterre), appelée couramment small pipe ;

Écosse :

Border pipe (écossaise), la cornemuse traditionnelle du Sud de l'Écosse et du Nord-Est d'Angleterre ;
Great Highland Bagpipe (écossaise) ; c'est la cornemuse de guerre des régiments écossais de l'armée britannique et par extension des pipe-bands ;
Scottish Smallpipe (Écosse), qui est une version du northumbrian pipe développée par Colin Ross, en utilisant le doigté de la grande cornemuse d'Écosse, dans les années 1980.
Irlande:

Uilleann pipes ou Union pipes (irlandaise), qui possède un jeu complexe de chalumeaux à clé, les régulateurs, au nombre de 2 à 5 (3 sur un full set), et 3, parfois 4, bourdons, dont un deux octaves sous la fondamentale du chalumeau ;
War pipe (pib mhor, Irlande) voir Great Highland Bagpipe ;


Scandinavie Europe du Nord
Säckpipa (Suède) ;
Sekkepipe (Norvège) ;
Sækkepibe (Danemark) ;
Säkkipilli (Finlande) ;
Torupill (Estonie) ;
Ronvèders (Lettonie) ;
Dudmaisis (Lituanie) ;

http://youtu.be/3swczluqpTE
Revenir en haut Aller en bas
calamar1942
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 4837
Age : 75
Localisation : Espagne,spanje,empuriabrava
Date d'inscription : 01/11/2009

MessageSujet: Re: cornemuse   Jeu 31 Oct 2013 - 12:11

Belle histoire de cornemuse
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cornemuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
cornemuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Belgian Navy - Force Navale Belge - Belgische Zeemacht :: Les anecdotes durant votre passage dans la Force Navale-
Sauter vers: