Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion        

Partagez | 
 

 Des articles de presse sur "Southern Breeze"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Des articles de presse sur "Southern Breeze"   Dim 19 Aoû 2007 - 9:29

LE ZINNIA, L'IRIS, LE MYOSOTIS A TOUTE ALLURE VERS LISBONNE
Publié le Lundi 20 août 1990 (No 192) dans Le Soir, page 3, édition Bruxelles.
334 mots dans cet article
Classification: armée, armée, guerre,
Auteurs: SURMONT,EDDY

Le Zinnia, l'Iris et le Myosotis à toute allure vers Lisbonne
La flottille belge est dans le golfe... de Gascogne. Le navire de commandement et de soutien logistique «A961 Zinnia» et les deux chasseurs de mines tripartites «M920 Iris» et «M922 Myosotis» foncent à toute allure vers Lisbonne, leur premier port d'escale où ils sont attendus après-demain.
Au service des opérations de la force navale à Zeebrugge, les différents responsables préparent un éventuel changement d'ordre de mission pour nos marins. C'est demain que les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de France, de Grande-Bretagne, d'Espagne, d'Italie, du Portugal, de Grèce et de Belgique se réuniront en conseil de l'Union européenne de défense. Selon toute vraisemblance, on y décidera de l'envoi dans le golfe Persique d'une flotte comprenant des bâtiments de guerre appartenant aux pays de l'UED.
Cap au sud alors, en direction du canal de Suez, pour nos chasseurs de mines et le «Zinnia», après avoir embarqué des vivres et du combustible à Augusta, en Sicile, au lieu d'aller s'exercer au large de la Crète.
Le vice-amiral Jozef De Wilde, chef d'état-major de la force navale, est convaincu que, dans le Golfe, un travail important attend les équipages des chasseurs de mines britanniques et belges, probablement les seuls spécialistes à pouvoir y opérer vers la mi-septembre.
Après le départ de notre flottille, le vice-amiral De Wilde s'est voulu rassurant en faisant le tour des familles de nos marins réunis au mess des sous-officiers à Zeebrugge. Gardez contact. Ecrivez-leur tous les jours si possible. Un contact avec la patrie, avec les leurs, c'est très important pour le moral de nos troupes.
L'amiral n'a pas spécifié si, tout comme en 1987, il était question d'un nombre de communications téléphoniques gratuites pour «nos gars de la marine».
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Des articles de presse sur "Southern Breeze"   Dim 19 Aoû 2007 - 12:14

LES LANGUEURS D'UNE CROISIERE VERS LE GOLFE ,

Publié le Mercredi 19 septembre 1990 (No 218) dans Le Soir, page 7, édition Bruxelles.
333 mots dans cet article
Classification: armée, guerre,
Auteurs: LOOS,BAUDOUIN

Les langueurs d'une croisière vers le Golfe

Après quelque soixante heures d'escale à Djibouti, les trois bâtiments de la flotille belge repartaient hier en direction du Golfe. Nous avons réussi à obtenir un contact téléphonique avec le navire de commandement.

- Allô, le «Zinnia», à qui ai-je l'honneur?

- Ici le timonier De Welle, je n'ai pas beaucoup de temps à vous consacrer, nous quittons Djibouti dans quelques minutes, tout le monde est déjà à bord.

- Comment est le moral parmi les marins?

- Eh bien, heu, ça va. J'espère que nous tiendrons jusqu'au bout. Nous rencontrons des conditions de travail assez difficiles. La chaleur est éprouvante, même la nuit, ce qui rend le sommeil problématique. Malgré tout, nous ne chômons pas. Il y a les corvées, bien sûr, mais aussi les exercices, et le remplissage des sacs de sable pour la protection de certaines pièces des bateaux.

- Lors de votre escale à Héraklion, en Crète, il a été dit que certains miliciens regrettaient leur participation volontaire à votre mission...

- Oui, cela était parfaitement exact. Mais cela s'est arrangé après une bonne discussion. Nous formons maintenant un groupe bien soudé.

- Et le petit contentieux concernant les primes de risque qui a également été évoqué çà et là?

- C'est aussi plus ou moins réglé, nous avons obtenu un peu plus qu'annoncé.

- Avez-vous des précisions sur votre mission?

- Pas vraiment. Nous partons pour le golfe d'Oman en compagnie d'une frégate espagnole, la «Santa Maria», qui assure notre sécurité. Une fois sur place, nous croiserons dans les parages en attendant un éventuel ordre nous stipulant d'avancer vers la zone troublée. La relève des équipages est prévue pour le 15 décembre. D'ici là, je ne vous cache pas que le temps va nous sembler long...

- De quels loisirs disposez-vous à bord?

- Ah, excusez-moi, mais nous appareillons. Bien le bonjour au pays!

Propos recueillis
par B. L.
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Des articles de presse sur "Southern Breeze"   Dim 19 Aoû 2007 - 12:15

La flottille belge

Publié le Mercredi 26 septembre 1990 (No 224) dans Le Soir, page 6, édition Bruxelles.
593 mots dans cet article
Classification: guerre,
Auteurs: n.c.

La flottille belge dans les Emirats

La flottille belge dépêchée dans la région du Golfe est arrivée mardi matin dans le port de Fudjeirah (côte est des Emirats arabes unis) sur le golfe d'Oman, destination finale de son voyage. Les familles peuvent y joindre les marins jusqu'au 1er octobre en formant les numéros de téléphone suivants: 00-971-70.28.033 (Zinnia), 00-971-70.28.035 (Myosotis) ou 00-971-70.28.036 (Iris). (B.)
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Des articles de presse sur "Southern Breeze"   Dim 19 Aoû 2007 - 12:15

RELEVE DU ZINNIA APRES CELLE DE NOS CHASSEURS DE MINES LA DOUANE BELGE SERA-T-ELLE SEVERE POUR LES BAGAGES DE NOS MARINS?

Publié le Samedi 29 décembre 1990 (No 303) dans Le Soir, page 1, édition Bruxelles.
643 mots dans cet article
Classification: armée, fraude,
Auteurs: SURMONT,EDDY

Ce samedi matin devait atterrir à l'aéroport d'Ostende le Boeing 727 de la Force aérienne ramenant au pays les équipages des chasseurs de mines «Iris» et «Myosotis», partis de Zeebrugge le 17 août dernier.

Par contre, l'équipage de la frégate «Wandelaar» fait actuellement escale à Mascate d'où il lèvera l'ancre le 4 janvier, en direction de Zeebrugge. Contrairement à certaines informations erronées, le «Wandelaar» n'a pas contrôlé 1.700 navires irakiens mais bien... 15, dans sa zone de surveillance, au large des eaux territoriales du Yémen, soit dans la partie sud de la mer Rouge. Auparavant, notre frégate y avait escorté un convoi de 40 navires transportant des troupes et du matériel britannique.

Chaque opération de contrôle devait s'effectuer avec mille précautions afin d'éviter tout incident diplomatique. La décision finale de chaque mouvement (monter à bord, contrôler les papiers, visiter les soutes) incombait au commandement des opérations à Zeebrugge.

Début décembre, le «Wandelaar» a été victime d'une sérieuse avarie à l'un de ses quatre moteurs. Tout a été réparé à Djibouti grâce à l'aide matérielle fournie par la marine française.

LES TENTATIONS DE DUBA"I

Hier, dans le hall de l'aérogare d'Ostende, avant le départ de la relève, c'était du «déjà vu»: mêmes scènes émouvantes, même retard sur l'horaire, mêmes commentaires de la part des marins du «Zinnia» que ceux faits la veille, par les équipages de relève des chasseurs de mines.

Le retour, après plus de quatre mois de mission, d'un premier contingent de nos marins, suivi dès dimanche matin par leurs collègues du «Zinnia», sera sans doute heureux. Mais la fête pourrait être troublée par un contrôle très strict des bagages...

On soupçonne en effet les équipages de la flotille belge d'avoir fait trop bon usage de leurs primes, payées avec effet rétroactif. Il est vrai que la tentation était grande, à Dubaï, où les articles de luxe se vendent 25 % moins cher qu'en Belgique.

USAGE PERSONNEL...OU AUTRE?

Il y a une semaine déjà qu'est arrivé à Melsbroeck, à bord d'un C130 de la Force aérienne, le «gros» des bagages de nos marins dans le Golfe.

Parmi les colis entassés dans un hangar de la douane à Melsbroek, on soupçonne la présence de nombreux appareils électroniques (vidéos, caméscopes, lecteurs CD...), dépassant le nombre généralement accepté «pour usage personnel», y compris les cadeaux pour la famille. On s'attend aussi à tomber sur de véritables stocks de cigarettes.

Aussi bien à la Défense nationale qu'aux Douanes, on semble être au courant de la situation. Ainsi, les bagages des marins ne seront pas ramenés de Melsbroek à Ostende. Chacun devra venir les récupérer et probablement les ouvrir sous le contrôle des douaniers. Théoriquement, nos marins, considérés comme «forces belges à l'étranger», peuvent ramener pour 2.000 F de «marchandises diverses», 100 cigarettes et un litre d'alcool.

Si contrôle il y a, et que la fraude est indiscutable, il n'est cependant pas certain que la douane taxera exagérément nos marins. Si elle les taxe... Car le règlement des douanes permet une interprétation très large. En théorie, une taxe de 11,50 F par cigarette «fraudée», de 828 F par litre d'alcool rentré clandestinement au pays et de 88 % de la valeur commerciale des appareils électroniques pourrait être perçue.

La décision finale d'appliquer cette taxation ou de prendre en considération des circonstances atténuantes devrait être prise par les directions régionales des douanes concernées. Mais, comme dans le passé grand nombre de marins de la Force navale ont déjà été sanctionnés pour des importations illégales semblables...

EDDY SURMONT
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Gérald
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3617
Age : 52
Localisation : Dilbeek
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: Des articles de presse sur "Southern Breeze"   Dim 19 Aoû 2007 - 12:19

LE RAS-LE-BOL DES MARINS BELGES
Publié le Jeudi 29 novembre 1990 (No 278) dans Le Soir, page 6, édition Bruxelles.
907 mots dans cet article
Classification: guerre, armée, prime,
Auteurs: SURMONT,EDDY

Le ras-le-bol des marins belges

marin sun marin sun marin sun

Notre ennemi numéro un ne s'appelle pas Saddam Hussein mais Guy Coëme. Nous en avons ras-le-bol des promesses qu'il ne tient pas. À sept mille kilomètres de la maison, nous ne savons plus à qui nous adresser pour résoudre nos problèmes. Peut-être que la presse pourra déclencher «quelque chose»...
C'était presqu'un appel de détresse qui, mardi soir, nous parvenait par téléphone depuis Fujeirah, devenu en quelque sorte le port d'attache de la flottille belge sur la côte sud des Émirats arabes unis. Principal grief de nos marins? Non pas le manque de bière, qu'ils estiment ridicule, mais le manque... d'argent.

Avant leur départ à la mi-août pour un exercice en Méditerranée, bien vite transformé en une participation à l'opération américaine «Bouclier du désert», l'on avait promis aux équipages du Zinnia, du Myosotis et de l'Iris une prime de danger semblable à celle payée lors de la guerre Irak-Iran en 1987.

Une promesse réitérée par le ministre de la Défense nationale, Guy Cöeme, lors de sa visite à la flottille au début septembre. Il aurait alors même fait état d'une prime de danger supérieure à celle de 1987.

JOUER AU PÈRE NOËL?

De belles paroles dont nous n'avons que faire. Nous voilà à un mois de la relève, après trois mois déjà dans la région du Golfe. Personne n'a encore touché un rond. Et les nouvelles qui nous arrivent de Belgique ne sont pas rassurantes: il paraît que M. Coëme n'a même pas encore soumis la question des primes de danger au Parlement. Attend-il vraiment que nous soyons rentrés au pays pour jouer au père Noël?

Ces primes dites «de danger» et les «primes pour prestations en mer» (seulement pour les militaires de carrière), payées uniquement pour les jours effectivement passés en mer dans la zone «à risques», devraient atteindre quelque 2.500 F «toutes taxes déduites». Les miliciens auraient droit à près de 1.000 F par jour.

Lors de l'opération «Octopus», en 1987, les primes étaient régulièrement payées à bord par le maître-payeur. Aujourd'hui, notre salaire ainsi que nos heures supplémentaires (ndlr: trois heures par jour en mer) sont versés directement sur notre compte en banque en Belgique. Nous comptions sur les primes pour couvrir nos frais à bord (boissons, cigarettes) et lors des escales.

En leur absence et faute de posséder une carte de crédit, il est impossible de se procurer de l'argent dans les banques de Fujeirah. Résultat: les trois quarts des équipages n'ont même plus de quoi se payer une carte postale.

À bord, les marins font dans la «débrouille». À la cantine, l'on échange des Eurochèques pour une valeur de 7.000 francs par chèque. Mais il vient un moment où même la caisse de la cantine n'a plus d'argent liquide. Autre «système D»: demander à un permissionnaire (ils sont rares) de faire le tour des familles et de revenir les poches pleines d'enveloppes remplies d'argent.
Ce n'est pas sérieux, tout cela. Nous ne voulons pas plus d'argent que ce qui nous a été promis. Mais qu'on nous le paie. Et pas demain, aujourd'hui.

Ne pas posséder d'argent liquide lors des escales signifie... rester à bord. Pas moyen de se payer un taxi. Pas question de visiter la ville. Pas question de téléphoner au pays en dehors des deux communications gratuites de trois minutes par mois. À bord du Zinnia et des deux dragueurs de mines, cela n'arrange pas le moral.

Nous avons demandé la visite de nos représentants syndicaux. À quoi sert-il que nos familles interrogent l'amiral lors des réunions mensuelles à Zeebrugge? La réponse est toujours la même. «On» s'en occupe. C'est qui, «on»? Et puis zut, on en a marre! La tension monte à bord de chaque navire. Il risque de se déclencher une mutinerie. Pas contre le commandement à bord, mais contre les politiciens «prometteurs de beaux jours».

ADIEU MASQAT!

Nos marins se sentent vraiment délaissés par la Belgique. Et il n'y a pas que l'affaire des primes. Ainsi, ils se réjouissaient de l'escale prévue à Masquat, dans l'émirat d'Oman. Cela aurait changé de Fujeirah, où il n'y a pas grand-chose à voir. Mais voilà, le nouvel ambassadeur de Belgique à Abou Dhabi, dans les Émirats arabes unis, et qui fait également fonction d'ambassadeur à Oman, aurait «oublié» de remettre ses lettres de créance au sultan Kabuz. Du coup, Oman a refusé l'ancrage de la flottille belge à Masqat. Nos trois navires ont dû jeter l'ancre en rade de Fujeirah, où ils n'étaient pas attendus et où il n'y avait plus de place à quai...

Harcelé de questions concernant les primes «de danger», Guy Coëme a diffusé un communiqué mercredi. Selon le ministre de la Défense, ce serait à la demande expresse des familles des militaires que le montant des primes a toujours été tenu secret!
M. Coëme spécifie néanmoins que cette prime, quel que soit le grade du marin, est de 353 F par jour depuis l'arrivée dans le Golfe. En outre, tout le monde (donc également les miliciens!) recevra une prime d'«aide humanitaire», variant selon le grade. Elle sera payée dans le délai le plus court...

EDDY SURMONT
Revenir en haut Aller en bas
http://bnim.forumfamille.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des articles de presse sur "Southern Breeze"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des articles de presse sur "Southern Breeze"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Belgian Navy - Force Navale Belge - Belgische Zeemacht :: Operations - Operaties :: Operation SOUTHERN BREEZE (1990-91)-
Sauter vers: