Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training) Bouton10  MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training) Goog_l10  

Partagez
 

 MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
olivier

Nombre de messages : 42869
Age : 51
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training) Empty
MessageSujet: MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training)   MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training) EmptyMer 16 Oct 2019 - 14:40

Deux team MOST en action

Depuis la semaine dernière, les deux équipes du MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training), le Centre belgo-néerlandais de formation pour les chasseurs de mine sont en action à bord du chasseur de mines néerlandais Zr.Ms M 863 Vlaardingen et le chasseur de mine allemand FGS M1058 Fulda.

Les équipages des chasseurs de mines allemand et néerlandais suivent actuellement un entraînement intensif devant la côte belge. Le Centre belgo-néerlandais de lutte contre les mines marine MOST les prépare durant deux semaines en vue de leur participation à la force de réaction de l’OTAN (NRF – NATO Response Force) ou groupe de lutte contre les mines et de contrôles des mines de l’OTAN (SNMCMG1 – Standing NATO Mine Countermeasures Group 1).
Le scénario des exercices a été minutieusement élaboré par des « seariders » (contrôleurs) des deux équipes du MOST. Ils ont non seulement planifié à la minute près ce qui attendait les équipages du Fulda et du Vlaardingen, mais ils ont aussi tenu à l’œil la manière dont les marins relèvent les différents défis qui leur sont soumis.
Nous avons embarqué à bord du Fulda pour découvrir comment se passait leur entraînement. L’entraînement débute quotidiennement avec un briefing détaillé basé sur un « road book ». Outre les seariders, la cheffe du MOST (appelée HMOST), le capitaine de frégate Pascale Van Leeuwen, se trouvait aussi à bord pour voir comment évoluait la seconde semaine d’entraînement. Avant de prendre la mer, tous les paramètres ont été testés. Puis, une fois sorti du port, alors que le navire navigue dans des eaux restreintes, les seariders commencent les exercices. Le chasseur de mines naviguait depuis une demi-heure en direction du Wenduinebank quand un premier incident s’est produit. Un incendie s’est déclaré dans la salle des machines. Après les interventions des premières et des deuxièmes équipes de pompiers, le navire se retrouve en « blackout » (perte de propulsion et d’électricité). Après l’intervention de la troisième équipe de pompiers, l’incendie était plus ou moins maitrisé. Comme le navire était hors de contrôle, l’ancre a été jetée et le service technique a tenté de redémarrer le navire. Leurs efforts ont été récompensés après huit minutes et le navire a pu reprendre sa route. Quelques instants plus tard, les organes de direction sont tombés en panne. Le navire se retrouve à nouveau incontrôlable. Mais en deux minutes, quatre marins se sont placés aux gouvernails de secours. Ce n’est pas une tâche aisée, car il faut tenir le navire sans système hydraulique pour aider aux manœuvres.
Après une rapide repas, le navire se retrouve attaqué par plusieurs embarcations hostiles. Dans ce cas, le « Combat and Information Centre » (CIC), le centre opérationnel du navire, devait prendre les mesures nécessaires et naviguer selon un schéma particulier pour éviter l’attaque. Les armes du bord ont été activées ! Outre la classique Mi.50, ce chasseur de mines dispose également d’un certain nombre de MG et d’une mitrailleuse automatique « remote Oto Melara 27 mm ». Elle est contrôlée depuis le CIC. Le tireur peut mettre le canon en mouvement au moyen d’une manette de commande et il dispose pour son contrôle d’une caméra optique et d’une caméra infrarouge très précises. Ce sont des moyens très efficaces pour protéger le navire.
Après une journée fructueuse en mer, le navire remet le cap vers Zeebrugge. Mais avant de rentrer par le « scheur », un seafox (submersible filoguidé pour chasser les mines) est mis à l’eau pour rechercher des mines. Une fois qu’une mine est détectée, les plongeurs du bord entrent en action pour plonger sur la mine. Tout était prêt, mais le courant était trop important pour réaliser la plongée. Après avoir réalisé un ‘cunning run’, un plongeur simule une remontée trop rapide vers la surface qui l’oblige à être évacué le plus vite possible vers un caisson hyperbare, dont chaque chasseur de mines allemand est doté. Lorsque le navire met enfin le cap vers Zeebrugge et qu’il rejoint le « scheur », la passerelle entend que le navire se trouve dans un épais brouillard et qu’ils doivent rentrer à l’aveugle à Zeebrugge.
C’était une journée bien remplie pour l’équipage du Fulda qui avait embarqué deux inspecteurs allemands en plus de l’équipe du MOST. L’un deux était le commandant du centre d’entrainement de la marine allemande. La marine dispose en effet d’un centre équivalent pour sa flotte de lutte contre les mines à Kiel, en mer Baltique. Les 14 chasseurs de mines allemands sont également mis là-bas à l’épreuve. Une fois qu’ils ont réussi, ils viennent s’entraîner avec le MOST durant deux semaines et peuvent ainsi recevoir le certificat tant convoité qui les autorise à rejoindre l’escadre de l’OTAN.
La journée se terminait sous un soleil printanier éclatant. Heureusement, celui-ci était réel, et pas une simulation de nos équipes. Par ces semaines d’entraînement, l’équipage a démontré ses connaissances mais il a surtout démontré la rapidité avec laquelle il est capable de faire face aux différentes calamités.
« MOST » a été créé en 1990. C’est le centre d’entrainement et dévaluation destiné principalement aux navires belges et néerlandais. Mais il est aussi ouvert aux navires de l’OTAN et d’autres nations. Le centre faisait d’abord partie intégrante de l’école de lutte contre les mines en mer d’Ostende. En 2002, il a été transféré à la base navale de Zeebrugge, où il se trouve encore aujourd’hui. La tâche principale du MOST est de parer les navires de lutte contre les mines à leurs missions de chasse aux mines. Afin de les préparer à leurs missions, les seariders de MOST dispensent un entrainement en profondeur et une évaluation de deux à trois semaines aux navires. Avec les 30 ans d’expérience du MOST, l’accent est principalement mis sur l’intégration et sur la standardisation entre les partenaires de l’OTAN.


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training) 001_0010
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
 
MOST (Mine countermeasures vessels Operational Sea Training)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Belgian Navy - Force Navale Belge - Belgische Zeemacht :: Les news de la Force Navale belge, les infos, les questions,...-
Sauter vers: