Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  disparitions et mines Bouton10  disparitions et mines Goog_l10  

Partagez
 

 disparitions et mines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
SCHOETERS CHRISTIAN

Nombre de messages : 5988
Age : 64
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

disparitions et mines Empty
MessageSujet: disparitions et mines   disparitions et mines EmptyMer 5 Déc 2018 - 8:00

bonjour a tous
j'ai pris ces articles de Mer et Marine
pour attirer l'attention que ces  dernier temps plusieurs bateaux de péche sont coulés et porter disparus dans ces zones là.
Zone encore trés minée et remplis d'engins explosifs de touts sortes

Baie de Morlaix :
Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué

Article payant offert
Publié le 05/11/2018 par Rédaction

Ce lundi matin, Le Cap Fréhel, chalutier de 24 m immatriculé à Morlaix, a été dérouté par le Cross Corsen sur la zone des Duons, au large de la baie de Morlaix, alors qu’il devait débarquer le produit de sa pêche à la criée de Roscoff. La veille au soir, l’équipage avait en effet remonté un engin explosif dans ses filets.

L’engin pétardé en fin de matin

L’équipage du chalutier a été débarqué et la vedette de la SNSM de Roscoff a été mise en alerte. Un avis d’interdiction de navigation autour du bateau a également été émis.
Les opérations de neutralisation de la bombe par le groupement des plongeurs démineurs de Brest se sont déroulées en fin de matinée, au large de Roscoff


Un article de la rédaction du Télégramme

article 2:



Actualité
Saint-Brieuc :
Deux pêcheurs disparaissent avec leur chalutier


Publié le 05/12/2018 par Vincent Groizeleau

L’Ophélie, un chalutier briochin de 11 mètres datant de 1989, a disparu dans la nuit du 3 au 4 décembre en baie de Saint-Brieuc avec deux marins-pêcheurs à son bord. D’importants moyens de recherche et de sauvetage ont été mobilisés dès que le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) Griz-Nez a été alerté suite au déclenchement de la balise de détresse de l’Ophélie. Il était 2H37 du matin.

Cinq bateaux de pêche présents dans le secteur se sont déroutés pour participer aux recherches, qui ont également mobilisé trois vedettes de la SNSM, les SNS 156 Saint-Anne du Port, SNS 201 Robert et Edmond Bassac et SNS 090 Zant Ivy. Plusieurs aéronefs sont également intervenus, avec un avion de surveillance maritime Falcon 50 et un hélicoptère Caïman Marine de l'aéronautique navale, ainsi que l’hélicoptère Dragon 50 de la Sécurité civile.

Alors que des débris ont été détectés, les recherches sont malheureusement restées vaines. Suivant les indices recueillis, elles se sont poursuivies hier après-midi sous la surface de l’eau, avec des équipes de plongeurs provenant d’un GPD de la Marine nationale et des pompiers (SDIS 22 et SDIS 35).

Le chasseur de mines Aigle, équipé de moyens permettant la recherche d’épave, dont son sonar de coque, est maintenant mobilisé par la Marine nationale. Il est arrivé sur zone hier soir pour participer aux investigations.

Article 3

Dans la nuit de jeudi 16 à vendredi 17 août, des pêcheurs de Grandcamp-Maisy, près de Bayeux, ont remonté dans leur filet une mine allemande d’une tonne. Elle date de la Seconde Guerre mondiale.
es marins-pêcheurs du  Retour , chalutier de Grandcamp-Maisy (Calvados), ont fait une prise étonnante et hautement explosive, dans la nuit de jeudi 16 à vendredi 17 août 2018. Dans leur filet, à 2 milles marins (4 km) de la côte, ils ont repêché une mine allemande (une  Bomb Minum 1 000 ) contenant une charge explosive de 860 kg environ.
Toujours dangereuse
Bien que séjournant en mer depuis la Seconde Guerre mondiale, la mine représentait toujours un danger, explique la Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. « Un simple mouvement, notamment avec le chalutier, peut suffire à percuter son amorce et mettre à feu la charge militaire qu’elle contient. »
Afin de ne faire prendre aucun risque à l’équipage du chalutier, celui-ci a été évacué et placé à distance de sécurité à bord de la vedette de sauvetage  Président J.M. Vicquelin de la station SNSM de Grandcamp-Maisy.
Remise à l’eau
Une fois la mine remise à l’eau à l’aide de sangles, la position géographique du lieu de dépose en mer a été enregistrée. Une opération de contreminage est prévue la semaine prochaine (sous réserve de conditions météorologiques favorables).

suplement

Revenir en haut Aller en bas
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
Xavier MONEL

Nombre de messages : 4089
Age : 76
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

disparitions et mines Empty
MessageSujet: Re: disparitions et mines   disparitions et mines EmptyMer 5 Déc 2018 - 10:43

Bonjour Christian.

Mais oui, le danger existe toujours, et malgré cela, presque toutes les marines ont laissé leurs flottes de DO, DC, et autres, vieillir ; voire, les ont sacrifiées...
Heureusement, les temps changent ; les appels d'offres en sont la preuve.
En tout cas ; tu as bien fait de nous remettre tout cela en mémoire.
Merci.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
calamar1942
Amiral
Amiral
calamar1942

Nombre de messages : 6449
Age : 77
Localisation : Espagne,spanje,empuriabrava
Date d'inscription : 01/11/2009

disparitions et mines Empty
MessageSujet: Re: disparitions et mines   disparitions et mines EmptyMer 5 Déc 2018 - 11:40

thumleft
Revenir en haut Aller en bas
SCHOETERS CHRISTIAN
Amiral
Amiral
SCHOETERS CHRISTIAN

Nombre de messages : 5988
Age : 64
Localisation : ghislenghien
Date d'inscription : 10/07/2011

disparitions et mines Empty
MessageSujet: Re: disparitions et mines   disparitions et mines EmptyVen 14 Déc 2018 - 6:45

article Mer Et Marine



Actualité
Naufrage de l’Ophélie : Le bateau ne sera pas laissé au fond
Le Télégramme / Catherine Nicol

Article payant offert
Publié le 14/12/2018 par Rédaction

Un plan est en cours d’élaboration pour renflouer l’Ophélie, un bateau de pêche qui a fait naufrage le 4 décembre dernier en baie de Saint-Brieuc. Pour les autorités, impensable de laisser un bateau au fond de l’eau s’il est possible de le relever, afin de ne pas saturer les fonds d’épaves dangereuses pour la sécurité nautique.

Qu’est-il prévu pour l’Ophélie, ce bateau de pêche qui a fait naufrage le 4 décembre dernier en Baie de Saint-Brieuc ?

« L’objectif est de relever le navire dans les prochains jours », explique Eamon Mangan, directeur adjoint de la Direction des territoires et de la mer des Côtes-d’Armor, et délégué mer et littoral. Qui précise : « Ce relèvement est primordial tant pour des motifs de sécurité de la navigation - éviter le risque de suraccident -, que de préservation de l’environnement. » Mais avant d’engager une telle manœuvre, l’assureur, mandaté par l’armateur, a désigné un expert maritime : lundi une plongée de reconnaissance a été organisée. « Cet expert doit présenter un plan d’action, en l’occurrence à la préfecture maritime et la DDTM, pour relever cette épave. La date sera fixée en fonction des coefficients de marée et des conditions météorologiques. »



disparitions et mines Naufra10
Laisser ou non les épaves au fond de l’eau ?

Suite au drame, les autorités doivent aussi gérer une problématique de sécurité autour de la zone concernée. « Une information nautique est diffusée aux usagers, complétée par une réglementation temporaire de la préfecture maritime interdisant la navigation à proximité », détaille Eamon Mangan.

Pour l’administration, l’objectif est d’éviter de maintenir des épaves dans des secteurs sensibles, en terme d’activité maritime. « Nous veillons donc à ce que les épaves soient relevées. Il peut s’agir aussi bien de navires de pêche ou de plaisance que de pièces détachées. Par exemple, une ancre de navire de commerce perdue, comme cela a été le cas récemment devant Le Légué. Il s’agit d’assurer la sécurité de la navigation. En cas d’urgence, nous demandons à ce qu’un avis urgent aux navigateurs - Avurnav - soit diffusé afin d’informer d’un danger immédiat. »
À lire sur le sujet Un marin toujours porté disparu

Et les antiquités ?

Pour les épaves anciennes ou ou dans l’hypothèse où un navire ne pourrait être relevé à cause de la profondeur d’immersion, « le Service hydrographique et océanographique de la Marine (Shom) est informé et c’est lui qui mentionne sur ses cartes l’existence d’un danger. Il est donc important de connaitre la cartographie marine et les instructions nautiques du SHOM lorsque l’on navigue. Le site internet du Shom, data.shom.fr, est par ailleurs accessible à tous. »

Un article de la rédaction du Télégramme
Revenir en haut Aller en bas
calamar1942
Amiral
Amiral
calamar1942

Nombre de messages : 6449
Age : 77
Localisation : Espagne,spanje,empuriabrava
Date d'inscription : 01/11/2009

disparitions et mines Empty
MessageSujet: Re: disparitions et mines   disparitions et mines EmptyVen 14 Déc 2018 - 12:11

thumleft thumleft thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




disparitions et mines Empty
MessageSujet: Re: disparitions et mines   disparitions et mines Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
disparitions et mines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: La marine non militaire (marine marchande, de pêche, de plaisance,...) :: Les accidents et tempêtes en mer-
Sauter vers: