Le rendez-vous des anciens et amis de la Force Navale - Het rendezvous van de oudgedienden en vrienden van de Zeemacht
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion      

Partagez | 
 

 Comment seront nos futures frégates ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Jeu 5 Jan 2017 - 15:35

Bonjour Xavier,

Oui c'est intéressant mais je n'y crois pas une seconde !!!

Et, je me demande même si tout cela ne va pas être improductif au final ???

Il faut rester sérieux, on a besoin de deux nouveaux escorteurs avec des 'bonnes' capacités ASM, mais pas avec de 'pseudo' capacités ABM sot

Et, pourquoi pas une propulsion nucléaire tant qu'on y est tetard king

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Xavier MONEL
Amiral
Amiral
avatar

Nombre de messages : 3371
Age : 76
Localisation : 01480 MESSIMY SUR SAÔNE
Date d'inscription : 23/07/2013

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Jeu 5 Jan 2017 - 15:41

Re...

Certes ; j'ai été quelque peu surpris en prenant connaissance de ces nouvelles ; mais comme l'on parle un peut partout de "grossir" les budgets de défense des divers pays membres de l'UE...
Bref, la parole doit rester aux sages ; et toi, tu en fais partie.
Amitiés.

Xavier
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Jeu 12 Jan 2017 - 19:06


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Ven 13 Jan 2017 - 18:31


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
VALKIRI
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5355
Age : 80
Localisation : OSTENDE
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Ven 13 Jan 2017 - 20:48

LO

Salut  marin barre

_________________
Dans la vie il y a trois routes
L'estime:l'idéal que l'on poursuit
La route vraie:la vie réelle de tous les jours
La route sur le fond:c'est le destin

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Lun 13 Fév 2017 - 9:36

Les américains, via "The National Interest", s'intéressent aux capacités antimissiles de nos futures super-frégates  tetard king

https://twitter.com/seawaves_mag/status/830958240175419392

Voir la traduction Google de l'article ci-dessous :

Citation :
Belgique : La prochaine superpuissance de défense antimissile ?

La petite Belgique est connue pour produire d'excellents chocolats et des mitrailleuses, mais pas des roquettes qui abattent des missiles balistiques.

Pourtant, la Belgique a tranquillement pris la décision de construire des frégates équipées d'intercepteurs exoatmosphériques qui ressemblent beaucoup au système Aegis de la marine américaine. Cela ferait de la Belgique - un pays de la taille du Maryland - la première nation européenne à avoir la capacité de détruire des missiles balistiques dans l'espace.

"Nos frégates seront, si désirées, déployables dans un système de défense antimissile balistique, car elles seront en mesure de lancer des missiles capables d'engager des missiles balistiques en dehors de l'atmosphère", a déclaré la porte-parole du gouvernement belge Laurence Mortier dans un courriel à "The National Interest".

Les nouvelles frégates seront développées conjointement par la Belgique et les Pays-Bas, selon le site maritime néerlandais Marineschepen.nl . À ce stade, seule la Belgique a l'intention d'installer des intercepteurs de missiles balistiques sur ses navires, ce qui remplacerait les frégates de classe M existantes en Belgique, selon le site Web.

Ce que la Belgique propose, ça ressemble beaucoup au réseau de défense exoatmosphérique de l'Amérique: le système de défense à mi-parcours (GMD) de quarante-quatre roquettes terrestres placées dans des silos en Alaska et en Californie et plus particulièrement les trente-trois croiseurs et destroyers Aegis munis de radars de détection de missiles et de missiles intercepteurs SM-3. Ces armes sont conçues pour frapper les ogives en les battant essentiellement avec de grosses fléchettes propulsées par fusée. L'interception se produit pendant le milieu du cycle, la phase intermédiaire d'un voyage de missile balistique quand il navigue dans l'espace pendant peut-être vingt minutes avant que l'ogive plonge dans l'atmosphère.

Plusieurs États européens disposent déjà d'une capacité de défense antimissile balistique (BMD) grâce au programme BMD de l'OTAN. Par exemple, la Turquie accueille un radar d'alerte de missiles, la Grande-Bretagne conçoit son propre pays, l'Espagne accueille des navires américains Aegis sur sa base de Rota et la Pologne basera les missiles intercepteurs américains SM-3. Les Pays-Bas et le Danemark envisagent également d'installer des radars BMD sur certains de leurs navires de guerre.

Pourtant, ces capacités européennes comprennent uniquement le radar pour détecter des missiles, ou des bases pour les intercepteurs américains. Seuls les États-Unis fournissent le muscle pour l'interception exoatmosphérique à travers ses fusées SM-3 - à moins que la Belgique ne rejoigne le club.

Cependant, il est à peine concevable que la Belgique puisse se permettre de concevoir et de construire un système complet de missiles exoatmosphériques. Le gouvernement belge a annoncé qu'il souhaiterait augmenter ses dépenses de défense à 9 milliards d'euros (près de 10 milliards de dollars) par an d'ici 2030. Pourtant, l'Amérique a déjà consacré 40 milliards de dollars à son programme GMD seul, Ou jamais fonctionnera. Il semble donc probable que la Belgique achèterait son intercepteur des États-Unis, qui serait probablement le SM-3.

Espérons que la Belgique sait à quoi ça sert. L'interception d'Exoatmospheric est extrêmement délicate. Il s'agit de relever le formidable défi de distinguer une ogive nucléaire des ballons et autres leurres qu'un missile balistique déploiera pour tromper les défenseurs. Le programme américain BMD est conçu pour arrêter une poignée de missiles de l'Iran ou de la Corée du Nord, parce que la technologie actuelle ne peut tout simplement pas arrêter de façon fiable une attaque massive d'ICBM russes. Néanmoins, l'Europe dotée de sa propre capacité de DMO risque de faire penser à Moscou que cela pourrait être le prélude à un système de défense à grande échelle visant à bloquer les ICBM russes. Qui à son tour pourrait stimuler la Russie à déployer plus de missiles visant l'Europe.

Source : http://nationalinterest.org/belgium-the-next-missile-defense-superpower

Ah, j'ai bien quand même bien ri ahahah

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
titian
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Nombre de messages : 930
Age : 65
Localisation : quenast
Date d'inscription : 23/09/2012

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Ven 28 Juil 2017 - 18:56

les frégates pour 2030 ?

Ca devient compliqué !

Le jane's fighting ship de 1975 qualifiait nos frégates E 71 de " valuable coastal units "
En cause , le manque d'hélico ASM , pas de missiles ASM, missiles AA à courte portée. et un rayon d'action limité.
Dans la stratégie OTAN, les E 71 auraient été limitée à l'escorte de convois en Mer du Nord , pas sur l'Atlantique.
Une frégate qui détecte un soum doit mettre en route la turbine qui gloutonne le fuel et réduit considérablement l'automie.

Les M frégates , LOMA et LEO c'est pareil. Pas d'hélico ASM, pas de missiles ASM, pas de missiles AA longue portée et une
autonomie fuel limitéé. Valuable coastal units aussi , pour l'OTAN.

Or, de nouvelles armes posent un casse-tête aux stratèges.

Les avions furtifs. Les Russes et les Chinois en ont.

Impossible de verrouiller un missile sur un spot radar intermittant , ou faible , ou inexistant. Pareil pour les canons AA.
Comment se défendre ou défendre un convoi contre ces ghosts spots.

Les missiles anti-hélicos lancés par un soum en plongée. La marine n'a pas d'hélicos ASM mais s'il en est prévu pour
les nouvelles frégates , ça devient dangereux et aléatoire de les utiliser en ASM.
Dans les grandes marines ,on pense a les remplacer par des drônes mais ceux la n'ont pas l'autonomie et l'endurance d'un hélico.

Il est probable que nos futures frégates seront sister-ships de ce que mettront en service les Pays-Bas du coûteux
et les nouvelles technologies seront elles aussi très coûteuses .
Peut-être trop pour la Belgique qui se limitera alors à la seule défense côtières avec patrouilleurs et MCM porte-drones
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Sam 5 Aoû 2017 - 23:14


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
blackhelk3591
Amiral de flottille
Amiral de flottille
avatar

Nombre de messages : 1072
Age : 65
Localisation : oupeye
Date d'inscription : 29/10/2014

MessageSujet: photo   Ven 8 Sep 2017 - 14:25

Salut , la photo au coucher de soleil est super super
Revenir en haut Aller en bas
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Lun 25 Déc 2017 - 17:14

Le missile anti-aérien "Evolved Sea Sparrow Block II" (qui équipera nos deux futures frégates) a été tiré et testé pour la première en juin  tete marin

voici la vidéo du test et une traduction google de l'article :

Citation :
La Navy tire pour la première fois le nouveau missile "Evolved Sea Sparrow Block II" (2 novembre 2017)  

Cette nouvelle version du Sea Sparrow dispose de son propre système de recherche par radar actif, ce qui permettra de repousser les essaims de missiles de croisière de manière beaucoup plus plausible.



Le consortium NATO Sea Sparrow est vieux de plusieurs décennies et continue d'être très fort. Le missile RIM-162 Evolved Sea Sparrow Missile (ESSM), très maniable, protège les navires de surface alliés et leurs escortes depuis près de 15 ans partout dans le monde et est considéré comme un énorme succès. Avant cela, le RIM-7 Sea Sparrow, lui-même une adaptation du missile air-air AIM-7 Sparrow, avait servi depuis le milieu des années 1970, protégeant tout des super-porte-avions américains aux frégates alliées contre les menaces aériennes à courte et moyenne distance. Maintenant, le missile Evolved Sea Sparrow Missile Block II est en route, avec ses premiers tirs d'essai l'été dernier et la Marine vient de publier une vidéo de ces événements marquants.

Les deux premiers lancements d'ESSM Block II ont eu lieu à bord du navire d'essai de la Navy, le USS Paul F. Foster (EDD-964), un destroyer de la classe Spruance modifié, en juin dernier au large de la côte sud de la Californie. Les deux tests semblent avoir réussi.

Le ESSM Block II a beaucoup en commun avec son prédécesseur, y compris sa capacité à être quad-packé dans une seul silo du système de lancement vertical Mk41. Il peut également utiliser les lanceurs "hérités" comme le lanceur pivotant Mk29 qui équipe encore les potre-avions américains, les navires amphibies américains et d'autres navires alliés. Le Block II utilise le moteur de fusée du Block I et la section chaude de la poussée, mais son chercheur est beaucoup plus capable.

Au lieu de s'appuyer sur le guidage radar semi-actif, où l'un des illuminateurs radar du navire doit «éclairer» la cible du missile pour le guider et éventuellement exploser à proximité, le ESSM Block II propose à la fois des radars actifs et semi-actifs. Cette configuration de double-mode combinée à une liaison de données permet au missile d'être tiré sur des cibles sans jamais que le navire tireur n'éclaire la cible. Le missile obtient des mises à jour à mi-parcours du navire via une liaison de données pour les engagements de longue distance, ou il peut être lancé en mode "fire and forget" pour des engagements plus courts. Le "fire and forget" peut aussi être utilisé pour les tirs longue portée, le missile s'envolant à sa meilleure estimation de la cible sur son propre système de guidage inertiel avant d'allumer son radar actif, mais les chances d'une interception réussie diminuera plus le missile sera éloigné sans le bénéfice de la mise à jour à mi-parcours.

Cette configuration en mode double résout un énorme problème pour le ESSM Block I, car les navires ont une capacité limitée à se défendre en raison du nombre limité d'illuminateurs disponibles pour guider chaque missile à travers leurs attaques terminales séparées. Même si les ESSM peuvent être rapidement projetés sur de nombreuses cibles, il n'y a tout simplement pas assez de capacité de guidage et d'illuminateur pour les prendre en charge, même lorsque le temps de l'illuminateur est étroitement géré.

Ce n'est plus un problème avec le ESSM Block II, donnant aux navires une plus grande capacité à se défendre contre une attaque d'essaim de missiles multiples, et en particulier ceux émanant de vecteurs différents avec des missiles volant avec des profils d'attaque disparates. De plus, le Block II peut encore tirer parti de l'ancien style de guidage, en utilisant les illuminateurs du navire pour éclairer la cible, ce qui peut être avantageux dans certains cas, et en utilisant les deux chercheurs, la probabilité d'une destruction augmenterait probablement.

De plus, dans un espace de combat en réseau, le ESSM Block II peut intercepter des missiles anti-navires marins à plus grande distance, même lorsque les illuminateurs embarqués, ou même les radars de tout type, sont incapables de détecter ou d'éclairer les cibles à basse altitude. Le bloc ESSM Block II peut tirer parti des trajectoires de capteurs tiers (d'un autre navire, d'un avion, etc.) dans le cadre des initiatives d'engagement coopératif de la Navy et s'envoler vers sa cible en altitude, en utilisant son propre chercheur radar actif en bande X pour verrouiller la cible et la détruire. Cela sera particulièrement utile lors de l'ouverture des fonctions d'attaque de surface secondaire du missile dans les environnements littoraux.

Au total, le RIM-162 ESSM Block II offre beaucoup de capacités supplémentaires sans avoir à réaménager l'ensemble du missile. Et pour la marine américaine en particulier, qui place de grandes quantités de ces missiles sur ses destroyers, ses croiseurs, ses navires amphibies et ses porte-avions, cette capacité est grandement nécessaire. Pas seulement cela, mais c'est aussi une vraie valeur. Le programme ESSM est financé en coopération entre les États-Unis et les pays alliés qui font partie du consortium. La répartition est d'environ 40% pour les États-Unis et 60% pour les partenaires étrangers. Ainsi, la marine américaine obtient un ESSM mis à jour avec de nouvelles capacités critiques pour 40% du coût de son développement seul.

Considérant la menace croissante des missiles anti-navires qui prolifèrent parmi les concurrents de l’État et les acteurs non-étatiques, le ESSM Block II présente une capacité essentielle qui ne pourrait pas arriver assez tôt.

Le missile devrait être opérationnel en 2020.

Source : thedrive.com

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: New M-frigate Damen   Sam 20 Jan 2018 - 19:16

Vue de la future frégate belgo-néerlandaise de Damen Smilie 29



Source : http://nlnavy.damen.com/nl/#multi-purpose-fregatten

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: SeaSparrow (ESSM) block 2   Mer 19 Sep 2018 - 9:10

https://twitter.com/SciteCito/status/1042307330858254336

traduction de l'article :
Citation :

La Belgique rejoint le programme ESSM Block 2 pour ses futures frégates (18.09.2018)

La Belgique a annoncé le 14 septembre 2018 qu'elle rejoignait le programme «Evolved Seasparrow Missile Block 2». Suite à la proposition du ministre de la Défense, Steven Vandeput, le Conseil des ministres a décidé que la Belgique rejoindrait ce programme international. L'objectif est que la marine belge (composante maritime) déploie ce système de défense anti-aérienne de pointe sur ses futures frégates.

La Belgique rejoindra le programme en tant que "participant contributeur". Afin de devenir membre à part entière ou participant contribuant au programme et de pouvoir utiliser les installations européennes de test et de maintenance, la Belgique adhérera à quatre protocoles d’accord concernant le développement, la production, la maintenance, le soutien et l’utilisation des logiciels. Installations d'essai et de maintenance européennes.

Le bloc ESSM 2 a été testé contre un drone cible pour la première fois cet été. Sur la base de l'ESSM existant, l'ESSM Block 2 utilisera des instructions à la fois semi-actives et actives pour faire face aux menaces actuelles et futures. Cet essai faisait suite à la réussite de deux essais en vol de véhicules à essais contrôlés en juin 2017 et était le premier d'une série d'essais de tir réel visant à l'entrée en production du missile ESSM Block 2.

Le projet NATO Seasparrow est un consortium international de 12 pays comprenant l’Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Allemagne, la Grèce, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal, l’Espagne, la Turquie et les États-Unis. Les 12 pays membres sont des partenaires de l’ingénierie, du développement, de la production et de la maintenance des missiles et de l’équipement connexe. Créé en 1968, le projet Seasparrow de l’OTAN est le programme d’armement en coopération le plus ancien et le plus abouti de l’OTAN. Il célèbre cette année son 50e anniversaire.

À propos de l'ESSM

ESSM est un missile semi-actif guidé par radar à moyenne portée, tous temps, utilisé dans les opérations sol-air et sol-sol. ESSM représente plus de quatre décennies d’améliorations technologiques et conceptuelles grâce à un partenariat de coopération international de 43 ans composé de 12 pays, dont 10 emploient ESSM (et FMS dans 3 pays: le Japon, les Émirats arabes unis et la Thaïlande).

En tant que missile contrôlé par la queue, ESSM utilise des améliorations de son système de guidage pour tirer parti de la sensibilité accrue des demandeurs, de la propulsion et de la précision des armes. Ces fonctionnalités permettent à ESSM d’arriver au point d’interception avec plus de rapidité et de souplesse en fin de partie pour contrer la menace.

La capacité de l’ESSM fait le lien entre la défense aérienne rapprochée et les systèmes de défense locaux. Sa cinématique permet de réduire le temps de ciblage. Il s’agit d’un système d’armes multi-missions efficace contre les menaces à grande vitesse ou à faible vitesse.

Selon des sources ouvertes, le missile RIM-162 Evolved SeaSparrow (ESSM) a une portée d’environ 27 milles marins (50 km) et une vitesse maximale de Mach 4+.

Contrairement au bloc 1, le chasseur de radar à la recherche actif du bloc 2 prend en charge l’engagement du terminal sans les radars d’éclairage de cible du navire lanceur. Le bloc 2 ESSM amélioré sera mis en service par la marine américaine à partir de 2020.


Source : navyrecognition.com

Citation :
NATO Seasparrow effectue un test en vol réussi pour le ESSM bloc 2 (6/07/2018)

POINT MUGU, Californie (NNS) - Le bureau du projet NATO Seasparrow a récemment procédé à un test en vol réussi du bloc 2 du missile Seasparrow Evolved (ESSM), interceptant une cible aérienne BQM-74E, a annoncé l'US Navy le 5 juillet.

Ce test est le premier test en vol du ESSM à utiliser la nouvelle tête de recherche active du bloc 2. Le bloc 2 de l'ESSM utilisera des directives semi-actives et actives pour faire face aux menaces actuelles et futures.

Cet essai fait suite à la réussite de deux essais en vol de véhicules à essais contrôlés en juin 2017. Il s'agit du premier d'une série d'essais de tir réel visant à l'entrée en production du missile ESSM Block 2.

"Ce test en vol est essentiel pour démontrer la technologie du 'ESSM bloc 2", a déclaré le capitaine Bruce Schuette, responsable du projet NATO Seasparrow. "Je suis très fier de l'équipe de projet NATO Seasparrow, de nos partenaires de l'industrie à nos activités sur le terrain et de nos installations d'essai, pour le travail considérable qui a permis de faire de cet événement un succès."

Le projet NATO Seasparrow est un consortium international de 12 pays comprenant l’Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Allemagne, la Grèce, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal, l’Espagne, la Turquie et les États-Unis. Les 12 pays membres sont des partenaires de l’ingénierie, du développement, de la production et de la maintenance des missiles et de l’équipement connexe. Créé en 1968, le projet NATO Seasparrow est le programme d’armement en coopération le plus ancien et le plus abouti de l’OTAN. Il célèbre cette année son 50e anniversaire.

Source : navy.mil



_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Comment seront nos futures frégates ?   Mar 6 Nov 2018 - 21:47

Futures frégates belgo-néerlandaises ???

https://twitter.com/xaviervav/status/1059765455336820736

_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Mer 7 Nov 2018 - 11:45

Un design futuriste pour les nouvelles frégates belgo-néerlandaises !?




_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
olivier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 40467
Age : 50
Localisation : Quaregnon (Bel)
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   Mer 7 Nov 2018 - 12:07


_________________
olivier

Les plus grands ne sont pas ceux qui ne tombent jamais, mais ceux qui se relèvent toujours !

---> voir ma présentation

Revenir en haut Aller en bas
http://www.wielingen1991.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment seront nos futures frégates ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment seront nos futures frégates ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.belgian-navy.be :: Les dossiers du forum :: La Marine belge dans le futur...-
Sauter vers: